Lire et se former au XIIe siècle: le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor

Lundi 15h-17h, dès le 17 janvier 2011: bâtiment Le France, 190, avenue de France, 75013 Paris.

Séminaire de l’EPHE. Prof. Dominique Poirel.

Le Didascalicon est aujourd’hui l’œuvre la plus souvent citée d’Hugues de Saint-Victor († 1141). À juste titre : ce manuel original et foisonnant, transmis au Moyen Âge par plus de cent manuscrits, a répandu dans l’Europe occidentale quelques thèmes essentiels de la « Renaissance du xiie siècle » :  nécessité pour chacun de s’instruire selon ses forces ; complémentarité des études profanes et sacrées ; utilité de chaque tous les savoir, y compris techniques ; besoin d’organiser les connaissances en une culture générale qui soit en même temps une sagesse chrétienne ; importance non seulement d’apprendre, mais de bien apprendre, grâce à une méthode et une éthique de la connaissance. Bref, l’unité, l’utilité et les modalités d’un savoir joyeux et confiant.

Souvent cité par extraits, le Didascalicon n’a que très peu été étudié comme un tout ; le succès de ses morceaux choisis a comme éclipsé la compréhension de sa visée globale. Quelle est donc l’unité de cet ouvrage singulier, complexe et labyrinthique ? C’est ce que nous examinerons ensemble, en recueillant les indices semés au fil du texte. Le but ne sera pas seulement de comprendre en profondeur un texte majeur du xiie siècle, mais encore d’entrer dans la forma mentis de son auteur et de découvrir les procédés qui fondent sa méthode intellectuelle. Puisque, selon son sous-titre (De studio legendi), le Didascalicon traite de la lecture, nous étudierons aussi comment cet « art de lire » peut nous aider à renouveler notre propre lecture et compréhension des œuvres préscolastiques, dans lesquelles bien souvent s’affrontent plusieurs modes concurrents de rationalité.

Ce séminaire se tient en lien avec celui de Julie Brumberg-Chaumont: « Initiation à la sémantique et à la logique médiévales » (même jour et même lieu, 13 h. à 15 h.). De part et d’autre il s’agit en effet d’étudier deux modes différents et complémentaires de rationalité au Moyen Âge: l’un, démonstratif, hérité de la tradition aristotélicienne; l’autre, interprétatif, façonné par la tradition patristique et monastique. Par cette double enquête, on souhaite esquisser une histoire globale des méthodes intellectuelles au Moyen Âge.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr