Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts / Thomistes allemands du XIVe siècle

Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts: Lektüren, Aneignungsstrategien, Divergenzen / Thomistes allemands du XIVe siècle: lectures, stratégies d’appropriation, divergences.

Hrsg. von / Ed. par Maarten J.F.M. Hoenen, Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong.

Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 57/2, 2010.

Présentation

À l’ombre de l’étiquette historiographique «thomisme» dont la valeur est souvent systématique et la visée doctrinale, l’obscurité et le flou dans lesquels résident certains thomistes médiévaux contrastent avec la lumière projetée par le nom et l’œuvre de Thomas d’Aquin à travers les siècles. Acteurs intellectuels singuliers, différant selon leur situation géographique, institutionnelle, temporelle et culturelle, les «thomistes» du Moyen Âge émergent dans l’histoire de la philosophie au gré des éditions critiques et des études de détail.

Les contributions présentées ici sont issues du colloque «Deutscher Thomismus (13./14. Jahrhundert)» qui s’est tenu à Freiburg im Breisgau du 28 au 30 janvier 2010. Depuis quelques décennies, l’importance de la réception des doctrines thomasiennes dans les deux provinces dominicaines allemandes au xive siècle a été mise en évidence grâce à de grands chantiers éditoriaux. Les progrès de la recherche produisent de la pluralité et fragilise l’étiquette historiographique «thomisme allemand», inventée dans un premier temps pour canaliser et organiser le travail. L’historien se trouve désormais face à une constellation d’auteurs caractérisés par leur appartenance à l’ordre dominicain et leur situation allemande. Alors que le dominicain antithomiste Dietrich de Freiberg fait figure d’auteur important depuis quelques décennies – sans parler de Maître Eckhart –, les auteurs de la constellation dominicaine allemande dont les lectures de Thomas se signalent par leur positivité déclarée ou manifeste entrent à peine dans l’histoire de la philosophie.

Pour faire un point sur le dénommé «thomisme allemand» et critiquer la pertinence de cette étiquette, il était de fait temps de réunir les éditeurs des textes produits par ces auteurs, des spécialistes de la philosophie médiévale allemande, ainsi que des historiens des institutions attachés aux conditions concrètes de la production du savoir. Les contributions publiées ici présentent une reconstruction de la constellation allemande «thomiste» du xive siècle, associant des panoramas d’ordre socioculturel à des études doctrinales philosophiques – avec un accent particulier porté sur la question des dimensions indéterminées et de la matière, qui a servi de fil rouge au colloque.

Au final, si la capacité descriptive de l’étiquette «thomisme» est presque réduite à néant, étant donné l’absence d’un corps doctrinal stable qui puisse lui fournir un contenu objectif identifiable, certains dominicains de la constellation allemande se singularisent bien par un rapport privilégié à Thomas d’Aquin. D’un point de vue quantitatif d’abord, la présence de Thomas d’Aquin, explicite ou muette, est plus importante chez eux que chez leurs contemporains. Qualitativement, leurs lectures et usages des textes thomasiens témoignent d’un rapport privilégié à Thomas, qui est regardé comme une autorité et un maître à penser. Enfin, sur le plan de la politique culturelle, ces lectures se proposent d’adapter certaines élaborations thomasiennes à des buts stratégiques du temps présent.

Dans le cadre du programme ANR-DFG «Thomisme et antithomisme au Moyen Âge», les contributions publiées ici entendent donc proposer une étude historique du thomisme sans présupposer de conception déterminée ou de définition invariante de cette notion. La méthodologie mise en œuvre dans ces travaux réduit les a priori théoriques au minimum nécessaire à la définition d’objectifs programmatiques. Concrètement, il s’agit d’enquêter sur la manière dont certains dominicains ont fait référence aux textes de Thomas d’Aquin, à divers moments de l’histoire de leur réception. Le champ de la présente investigation est limité géographiquement à l’Allemagne, plus précisément aux deux provinces dominicaines allemandes médiévales, la Saxonia et la Teutonia.

Table

Hoenen, Maarten J.F.M. / Imbach, Ruedi / König-Pralong, Catherine: Introduction, p. 227-244

Courtenay, William J.: The Educational and Intellectual Framework of German Dominicans in the late 13th and early 14th centuries, p. 245-259

Hoenen, Maarten J.F.M.: Thomas von Aquin und der Dominikanerorden. Lehrtraditionen bei den Mendikanten des späten Mittelalters, p. 260-285

Beccarisi, Alessandra: Johannes Picardi de Lichtenberg: un exemple de thomisme dans l’horizon culturel allemand, p. 286-302

Leone, Marialucrezia: La Libertà del volere in Giovanni Picardi di Lichtenberg, p. 303-334

Benedetto, Marienza: Materia, corpi ed estensione in Giovanni Picardi di Lichtenberg, p. 335-368

Kaup, Susanne: Gerhard von Sterngassen OP – ein Beitrag zur Rezeption thomasischen Gedankengutes im Kontext pastoral-praktischer Theologie, p. 369-392

Pellegrino, Gianfranco: Un contributo al dibattito storiografico sul tomismo tedesco. Le dimensioni indeterminate nella Summa di Nicola di Strasburgo, p. 393-409

Villani-Lubelli, Ubaldo: “Sicut sentit frater Thomas…” War Heinrich von Lübeck ein Thomist?, p. 410-424

Beccarisi, Alessandra: Le Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi (CPTMA), p. 425-430


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.