[2] Présentation

Le projet Thomisme et antithomisme (2009-2012) porte sur la réception de la pensée thomiste au Moyen Âge, dont la diversité et la richesse ne sont pas encore appréciées à leur juste valeur. Il est focalisé sur deux moments particulièrement significatifs pour la constitution de mouvements que l’on peut qualifier de « thomistes » : leur apparition au tournant du xiiie et du xive siècle et leur consolidation au xve siècle. Ces deux phases ont suscité des contestations philosophiques, théologiques et institutionnelles qu’il faut bien rassembler sous le nom d’« antithomisme ». L’étude de ces courants antagonistes contribuera à reconstruire les divers aspects de la vie philosophique et intellectuelle de la fin du Moyen Âge, dont ils ne constituent bien sûr que l’une des multiples manifestations.

Les travaux relatifs aux XIIIe et XIVe siècles seront réalisés à Paris autour du Centre Pierre Abélard (Université Paris IV-Sorbonne). Ils livreront aux spécialistes de la pensée médiévale des textes encore inédits, mais renouvelleront aussi l’étude de thématiques porteuses en philosophie, en particulier l’histoire des lectures de la Métaphysique d’Aristote. Enfin, ils feront connaître au public francophone un philosophe allemand antithomiste célèbre, Dietrich de Freiberg, singulièrement négligé par l’historiographie philosophique francophone. Des éditions critiques, des traductions françaises commentées, plusieurs études doctrinales (sous forme d’articles, d’actes de colloque ou de parties de monographie) seront réalisées durant ces trois ans.

Les chercheurs de Freiburg im Breisgau enquêteront sur la fortune et les renaissances du thomisme sur la longue durée de la translatio studiorum, de la mort de Thomas d’Aquin (7 mars 1274) au XVIe siècle, avec une focalisation forte sur le XVe siècle. Ils étudieront la constitution d’écoles philosophiques (viae) – phénomène typique de ce siècle – et les systèmes philosophiques à forte cohésion doctrinale dont elles ont été les promotrices. Ces recherches aboutiront à plusieurs éditions critiques, une encyclopédie des renaissances thomistes, des articles et des actes de colloque.

Plus de précisions sur la méthodologie et les objectifs du projet sous ce lien