[5] Paris

Travaux du groupe parisien

1. Étude sur l’authenticité d’un groupe d’opuscules attribués à Thomas d’Aquin

a) Parmi les ouvrages attribués à Thomas d’Aquin dont l’authenticité n’est pas assurée, un groupe de six ouvrages occupe une place à part, à savoir les six traités suivants : De principio individuationis, De natura materiae, De natura accidentis, De natura generis, De instantibus, De quattuor oppositis. Plus d’une fois ces opuscules ont été conjointement transmis dans un même codex et explicitement attribués à Thomas d’Aquin, notamment dans les codices suivants : Bruges, cod. 491, Avignon 251, Bordeaux 131, Vat. Lat. 807, Ottobon. Lat. 198, Vat. Lat. 806, pour ne mentionner que quelques manuscrits particulièrement significatifs. Martin Grabmann (Die Werke des hl. Thomas von Aquin, eine literarhistorische Untersuchung und Einführung, 1967) a déjà proposé une remarquable analyse de ces manuscrits ainsi que des autres codices transmettant ces opuscules. Sur la base de cette étude, il a cru pouvoir conclure à leur authenticité. Les volumes 40 à 43 de l’Édition léonine contiennent également de précieuses descriptions des manuscrits contenant ces opuscules ; l’un de ces traités, le De natura materiae, a d’ailleurs bénéficié d’une édition critique (ed. J. M. Wyss, 1953). Pourtant la question de l’authenticité des six opuscules est encore indéterminée. Par ailleurs, un catalogue définitif des œuvres attribuées à Thomas d’Aquin demeure en l’état un desideratum de la recherche.  Compte tenu de cette situation, deux tâches s’imposent : établir un catalogue exhaustif des œuvres attribuées à Thomas d’Aquin au cours des siècles, et examiner à de nouveaux frais l’authenticité des six opuscules mentionnés.

b) En été 2010 un atelier réunira l’ensemble des participants, à Paris, pour discuter des résultats de l’enquête sur l’authenticité des opuscules. Un volet de cette rencontre sera consacré à l’étude d’un traité en particulier, le De natura generis, sous la forme d’un séminaire.

c) Les recherches d’Alain Galonnier (CNRS) récapitulées sous l’intitulé « Étude du Commentum Super librum Boetii de consolatu philosophico du Pseudo-Thomas: contenu, dépendance et influence » concernent de près ces problèmes d’authenticité. Dans l’édition par Petrus Fiaccadori des Opera omnia de saint Thomas d’Aquin figure en effet un commentaire sur la Consolatio Philosophiae de Boèce (Opuscula alia dubia, III, p. 1-147), attribué un temps à Thomas d’Aquin, rangé depuis parmi les œuvres pseudépigraphiques et qui n’a pas encore bénéficié d’une étude sérieuse. D’aucuns le pensent de William Whetley, d’autres de Thomas Waleis. Il ne serait pas antérieur au premier quart du XIVe siècle (vers 1317), notamment parce que le commentateur anonyme cite Boèce de Dacie († c. 1283). Dans le contexte du présent projet, il s’agira de l’envisager sur trois plans : dans l’histoire des exégèses boéciennes médiévales postérieures au XIIe siècle, eu égard à sa tradition manuscrite – sept témoins manuscrits sont attestés à ce jour, qui datent des XIVe et XVe siècles –, relativement enfin à la question de son auteur, dont on examinera la dépendance (à Guillaume de Conches peut-être) et l’influence (sur Nicolas Triveth par exemple).

2. Commentaires thomistes de la Métaphysique d’Aristote

a) Rédigé entre 1270 et 1272, dans la dernière période de la vie de l’auteur, la Sententia super Metaphysicam de Thomas d’Aquin a posé de redoutables problèmes aux éditeurs de la Commission léonine. Il s’agit, avant tout, d’un commentaire très étendu et développé, mais qui n’a peut-être pas été rédigé d’un seul tenant, en suivant l’ordre des livres d’Aristote. De plus, Thomas n’utilise pas toujours le même texte d’Aristote: pour un même livre de la Métaphysique, il commente tantôt la traduction latine la plus récente, tantôt la plus ancienne.

Il s’avère donc nécessaire de rechercher et d’étudier les sources explicites de ce commentaire en tenant compte de la complexité de sa rédaction. Cette enquête renouvellera l’étude doctrinale du texte, sans doute l’un des plus importants commentaires de la Métaphysique de la seconde moitié du xiiie siècle.  Le nouveau texte préparé par les éditeurs de la Léonine fournit une nouvelle base à cette recherche : il permet d’identifier les versions (traductions) différentes des textes aristotéliciens cités par Thomas et éventuellement de dater les différentes parties du commentaire en fonction de ces différences.

b) Parmi les documents produits par des disciples de Thomas d’Aquin dans le dernier quart du xiiie siècle et qui témoignent d’un intérêt particulier pour la Métaphysique, on compte le commentaire complet de cette œuvre par Humbertus de Prulliaco (†1298). Il subsiste deux témoins manuscrits du texte : Montpellier, Faculté de médecine, cod. 181, fol. 1ra-174vb ; Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, cod. 746, fol. 1ra-169rb. L’édition des cinq premiers livres du commentaire d’Humbert a été préparée par le professeur Niklaus Wicki (Luzern), décédé en mars 2008. Associé à ce projet d’édition, le Prof. Ruedi Imbach a pris en charge l’achèvement du travail, notamment l’identification des sources et des très nombreuses citations. Jamais étudié encore, ce commentaire est particulièrement intéressant dans la mesure où il réunit et discute de manière synthétique les lectures d’Averroès, Albert le Grand et Thomas d’Aquin.

c) Ce travail d’édition débouchera sur une enquête doctrinale renouvelée des lectures médiévales de la Métaphysique d’Aristote, en particulier du livre IV, où l’on rencontre les célèbres problématiques de la convertibilité de l’un et de l’étant, de la constitution de la science de l’étant en tant que tel, de l’analogie, de la fonction et de la nature du premier principe et, plus généralement, de l’objet de la métaphysique. Ces questions ont récemment été étudiées à de nouveaux frais, dans le contexte des études gandavésiennes notamment. Notre nouveau témoin ainsi que l’étude des sources identifiées dans l’édition Léonine permettront cependant d’envisager un aspect encore ignoré de la réception de la Métaphysique : celle des cercles thomistes. Cette enquête jettera des ponts vers l’étude des commentaires thomistes de la Métaphysique au xve siècle, notamment celui de Dominique de Flandres.

d) Par ailleurs, il serait souhaitable d’engager les travaux d’édition critique de la deuxième partie du Commentaire d’Humbertus de Prulliaco (livres VI-XIV).

3. Le thomisme allemand du XIVe siècle

a) Dans les travaux qu’il a consacrés à la pensée philosophique allemande du Moyen Âge, Loris Sturlese l’a décrite comme une culture alternative. Par ailleurs, les études de Ruedi Imbach sur Nicolas de Strasbourg et les travaux consacrés par Walter Senner (Angelicum, Rome) au Commentaire des Sentences de Johannes de Sterngassen ont documenté et attesté l’existence d’une véritable école thomiste allemande au début du xive siècle. Par ailleurs, certaines éditions récentes du Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi ont mis à la disposition des chercheurs des textes majeurs de ce que l’on peut qualifier de thomisme médiéval allemand par opposition à l’antithomisme de Dietrich de Freiberg.

b) Parmi ces penseurs, Nicolas de Strasbourg est l’auteur d’une imposante Somme de philosophie inachevée. Cet auteur occupe une place particulière, non seulement à cause de ses rapports à Maître Eckhart, mais encore et surtout en raison de la très ample défense des thèses ontologiques d’inspiration thomiste qu’il présente. En collaboration avec Ulrike Lindblad, Ruedi Imbach a préparé l’édition critique du premier livre de cette Somme, qu’il s’agit à présent d’achever. Gianfranco Pellegrino (Università del Salento), chargé de l’édition critique du livre II, sera à même de préparer la version définitive du livre I, en collaboration avec Ruedi Imbach.

c) Cette édition critique s’intègre au Corpus Philosophorum Teutonicorum. Plusieurs autres éditions sont actuellement préparées par des chercheurs de cet important réseau international, notamment les Quodlibeta de Henri de Lübeck par Ubaldo Villani et Massimo Perrone (Lecce) et les Quaestiones de Jean Picardi de Lichtenberg par Alessandra Beccarisi et Pasquale Porro (Lecce, Bari).

4. L’antithomisme de Dietrich de Freiberg

a) Au début du xive siècle, le monde intellectuel allemand a connu un antithomisme fort, représenté en particulier par Dietrich de Freiberg.

b) En 2008 est paru le premier d’une série de quatre volumes livrant la traduction française commentée de divers traités de Dietrich de Freiberg, accompagnées des textes latins et d’études doctrinales. Ce premier tome est consacré à la question de la substance et des accidents (De accidentibus, De quiditatibus entium). Le second, prévu pour 2009, contiendra la traduction du De visione beatifica par Anne-Sophie Robin, en collaboration avec Ruedi Imbach ; ce traité s’est révélé essentiel pour le développement de la théorie médiévale de l’intellect. Le volume III, confié à Julie Casteigt, livrera la traduction d’un traité capital pour l’histoire de l’épistémologie médiévale et de la problématique catégorielle, le De Origine rerum praedicamentalium. Enfin, le quatrième tome, dont s’occupe Alain de Libera, comportera la traduction du De intellectu et intelligibili, qui traite de la connaissance, de son objet et de sa constitution de manière très nouvelle tout en s’inscrivant dans la tradition médiévale des traités De intellectu et intelligibli, qui a atteint une première acmé dans l’œuvre éponyme d’Albert le Grand.

c) Dans le contexte d’une monographie consacré à la figure du maître universitaire telle que la concevaient les penseurs médiévaux occupant cette fonction, Catherine König-Pralong  enquêtera sur la conception que se faisait Dietrich de Freiberg du métier de théologien et sur ses confrontations avec ses collègues parisiens et allemands.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *