Dietrich de Freiberg. Œuvres choisies II. La vision béatifique

Bilingue, Traduction et introduction de Anne-Sophie Robin Fabre, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2012. 384 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2436-2

Dans ce traité de la fin du XIIIe siècle, le dominicain allemand veut résoudre de manière strictement philosophique le problème traditionnel de la vision béatifique. Cette démarche radicale qui, à elle seule, mériterait déjà d’attirer la curiosité scientifique n’épuise cependant pas tout le potentiel d’intérêt historique que recèle le De visione beatifica. Lorsque, dès les premières lignes, l’auteur prétend que, quand ils parlent de l’intellect agent les philosophes péripatéticiens visent ce qu’Augustin entendait en parlant du « fond secret » de l’esprit (abditum mentis), le lecteur se rend immédiatement compte que les catégories historiographiques traditionnelles vont être mises en crise. Si, de plus, on tient compte du rôle que joue Averroès dans l’ensemble de l’oeuvre du dominicain, la conclusion s’impose : on va devoir réviser la taxinomie des écoles philosophiques médiévales, si l’on veut la situer dans une histoire de la réception de la philosophie antique et arabe.
Collection bilingue sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera.

30 septembre – 5 octobre 2012. Ecole thématique du LEM/CNRS/EPHE

Centre VVF de Piriac-sur-Mer


QUELLE HISTOIRE POUR LA PENSÉE MÉDIÉVALE ? PHILOSOPHIE  ET HISTOIRE INTELLECTUELLE DU XIIe AU XVIIe SIÈCLE

Lundi 1er octobre

9h | J. Brumberg-Chaumont (LEM/CNRS) et A. Robert (CESR/Tours): Ouverture de l’École thématique

La philosophie naturelle à la croisée des savoirs

Comment faire l’histoire de la philosophie naturelle au Moyen Âge ? La question semble anodine, mais elle soulève en réalité de nombreux problèmes méthodologiques. La philosophie naturelle ne se constitue pas seulement comme une discipline distincte, une simple branche de la philosophie, mais elle se construit aussi dans un dialogue avec les autres disciplines. L’angle d’attaque retenu sera  ainsi celui des rapports qu’entretient la philosophie naturelle avec d’autres types de savoirs, notamment la médecine, la magie, les mathématiques et la théologie. En creux, il s’agira de comprendre les changements qui s’opèrent à l’époque moderne, lorsque la philosophie naturelle semble gagner une certaine autonomie.

10h | Irène Caiazzo (LEM/CNRS) : « Mathématique, médecine et physique élémentaire au XIIème siècle »

11h15 | Nicolas Weill-Parot (Université de Paris-Est Créteil) : « Entre philosophie naturelle, médecine et magie : la forme spécifique du Moyen Âge à la Renaissance »

14h | Joël Chandelier (Université de Paris VIII) /Aurélien Robert (CESR/CNRS) : « L’anthropologie médicale (XIIIe-XIVe s.) »

16h | Jean-Luc Solère (CNRS-Boston College): « La réfutation des indivisibles par Duns Scot et sa postérité »

 Atelier-discussion | 17h-18h30

 

Mardi 2 octobre

L’émergence des vernaculaires dans la sphère philosophique

 Existe-t-il une philosophie en dehors de l’université au Moyen Age? Si cela est le cas, quels sont les auteurs, quels sont les thèmes traités par ces auteurs qui sont en général des laïcs. Quelle est la place des laïcs dans le monde intellectuel médiéval? Les exposés et l’atelier proposeront des réponses à ces questions souvent négligées par l’historiographie traditionnelle. En même temps seront abordés certaines des questions majeures de la réflexion politique autour du rapport entre l’ordre politique et l’église.

10h | R. Imbach (Université Paris IV): « La philosophie et les laïcs au Moyen âge »

11h15 | G. Briguglia (Marie Curie EHESS): « La philosophie politique en langue vulgaire »

Atelier-discussion: Lecture des textes de philosophie politique en langue vernaculaire: Brunetto Latini, Dante, Boccace | 16h-18h30

 

Mercredi 3 octobre

Théologie, philosophie, religion

Une science de Dieu et de la révélation est-elle possible? Alors qu’Aristote a rendu cette science inaccessible en définissant la science la plus haute comme une épistémè théologikè, science que Dieu seul a de lui-même, la période médiévale voit se dessiner un double mouvement: orientation de la métaphysique vers l’être et non plus seulement vers Dieu, connaissance de Dieu par la foi. La théologie repose alors sur des prémisses de foi, ce qui pose le problème de son statut épistémologique: axiomatique? Intelligence fondée sur une évidence supérieure? Procédure dialectique? Science? Sagesse?

La connexion avec la science divine sera assurée par les théories de la subalternation: la science humaine de Dieu repose ainsi sur une participation à la science divine. Mais cette théorie sera elle-même critiquée à la fin du XIIIe s.

9h | D. Poirel (IRHT/CNRS): « Contours, méthode et autonomie d’une discipline théologique avant la naissance des universités »

10h15 | O. Boulnois (EPHE): « De la science théologique à la théologie comme science »

 11h15 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne):  « Science de la théologie et histoire de l’Église »

Atelier-discussion. Difficultés de méthode dans le maniement des textes théologiques | 14h30-17h

Jeudi 4 octobre (matin)

Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine

Ce module présente et discute quelques aspects méthodologiques aujourd’hui débattus en histoire de la philosophie médiévale. En raison de son ancrage dans la discipline philosophique – dont la pratique est relativement autonome dans le champ des sciences humaines et sociales –, l’histoire de la philosophie s’est moins intégrée que les autres disciplines historiques au nouveau champ des sciences sociales et de la culture, qui s’est constitué dès le début du XXe siècle. ‘Doctrine’ et ‘culture’ décrivent deux faces de l’objet philosophique : son contenu d’une part, ses fonctionnalités sociales et épistémiques d’autre part. Le module ‘Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine’ propose une réflexion sur l’efficience réciproque, la concurrence et l’alternance de ces deux sélecteurs historiographiques.

8h30 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne) : « Cultures confessionnelles et pouvoir des doctrines

09h15 | C. König-Pralong (Université de Fribourg, Suisse) : « Histoire de la philosophie, histoire de la réception, histoire culturelle »

10h30 | Blaise Dufal (EHESS Paris). Une anthropologie de la scolastique : à propos du mythe

11h15 | Gianluca Briguglia (EHESS Paris). Marsile de Padoue et le républicanisme du XXe siècle

12h00-12h45 | Discussion générale

Jeudi 4 octobre (après-midi) et vendredi 5 octobre (matin)

Philosophie du langage, logique et épistémologie

La session consacrée à la philosophie du langage à la logique et à l’épistémologie sera centrée sur la question de l’universalité. Nous nous interrogerons en particulier sur la relation entre grammaire universelle et logique naturelle, sur la manière dont la logique peut être universelle à la fois comme science et comme méthode de tout savoir, sur la statut du latin, sur la nature de la formalité de la logique et de la philosophie du langage médiévales. Nous suivrons l’évolution de ce questionnaire à la Renaissance et à l’époque moderne, avec l’émergence des vernaculaires dans la réflexion linguistique et philosophique, dans un contexte où le paradigme aristotélicien est mis en question.

 14h30 | J. Brumberg-Chaumont (CNRS/LEM): « Formalité vs généralité de la logique comme méthode universelle du savoir »

15h45 | L. Cesalli (CNRS/UMR 8163/Université de Genève): « Universalité–de quoi parlons-nous au juste? Quelques réflexions autour de réponses médiévales »

 16h45 | I. Rosier-Catach (CNRS/UMR7597/EPHE/): « Roger Bacon, Boèce de Dacie et Dante »

Atelier-Discussion 1 (pause café) | 17h15-19h15

Vendredi 05 octobre matin

9h | J. Maat (université d’Amsterdam): « Logic, universal grammar and universal languages in the 17th century »

10h15 | M. Pecharman (CNRS/ Maison française d’Oxford): « Rationalité du langage et théorie de la traduction à Port-Royal »

Atelier-discussion 2 | 11h15-13h

 

Conclusions de l’école thématique (14h30-16h30)

Contact: julieephe5paris@hotmail.com