L’antichità classica nel pensiero medievale

Im Rahmen der deutschen Arbeitsprojekte sind neulich zwei Aufsätze erschienen:


Mario Meliadò, «La teologia delle scuole filosofiche antiche: Eimerico di Campo e la dossografia del “Centheologicon”», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 385-412.

Silvia Negri, «La quaestio „De salvatione Aristotelis“ del tomista Lamberto di Monte», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 413-440.

Der Sammelband L’antichità classica nel pensiero medievale enthält ausserdem Aufsätze von N. Bray, G. Briguglia, G. Fioravanti, F. Forte, G. Gambale, G. C. Garfagnini, A. Palazzo, C. Panti, L. Parisoli, G. Piaia, D. Quaglioni, T. Ricklin, A. Rodolfi, F. Siri, C. Steel, M. Trizio. L. Tromboni, L. Valente.


Beschreibung des Herausgebers:

Il patrimonio della cultura classica, nei suoi molteplici aspetti (dalla filosofia agli auctores letterari, dal diritto alla mitologia, ecc.), ha alimentato, tra «continuità» e «rinascite», in forme varie e differenziate a seconda dei luoghi e dei tempi, delle discipline e degli autori, l’universo intellettuale del Medioevo, al punto che ricostruire le fortune dell’«Antichità classica nel pensiero medievale» significa di fatto tracciare le vicende del sapere medievale. Questo è stato l’argomento del XIX convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale (SISPM) i cui atti vengono pubblicati in questo volume.
La raccolta di saggi offre uno spaccato della sopravvivenza della cultura classica nel Medioevo, esaminando una grande varietà di questioni, di autori, di fonti e di generi letterari, toccando ambiti storico-culturali differenti, adottando numerose prospettive metodologiche e proposte teoriche. Seppur prevalenti, filosofia e teologia non sono le uniche discipline rappresentate nel volume, che ha anzi tra i suoi caratteri distintivi l’apertura multidisciplinare: accanto a contributi di contenuto filosofico e teologico, infatti, ve ne sono altri nei quali viene indagata la ricezione di componenti del patrimonio culturale classico quali la mitologia, la poesia e il diritto romano, nei quali i protagonisti del confronto con l’Antichità classica non sono i filosofi o i teologi, bensì i letterati e i giuristi medievali.

Quelques bibliothèques numériques

A côté du célèbre et bien répertorié fonds de livres scannés par Google, plusieurs institutions et bibliothèques proposent une bibliothèque de livres scannés à télécharger ou consulter en ligne. La Medieval Academy of America offre un choix de livres particulièrement intéressant pour l’historien de la philosophie médiévale.  Le site Medieval Philosophy Online, géré par Jean-Luc Solère, réunit une importante collection de ressources relatives à la philosophie, de l’antiquité au XVIIIe siècle. Parmi les fonds généralistes les plus importants, on mentionnera Gallica, de la Bibliothèque nationale de France, le fonds de la Bayerische Staatsbibliothek et celui de la Technische Universität Darmstadt, tous deux riches en incunables et manuscrits. Parmi les fonds importants et généralistes, on mentionnera: UTB E-Book Library (sur inscription), le Göttinger Digitalisierungszentrum, le Project Gutenberg, Open Library et Archive Internet.

Certains sites indexent les contenus de diverses bibliothèques virtuelles, comme Europeana (qui indexe entre autres Gallica et la BSB) et The Online Books Page qui indexe plus d’un million de livres accessibles en ligne. Pour le domaine de la philosophie médiévale, le site Medieval Philosophy Online réalise également d’importants travaux d’indexation. Le site allemand Recherche offre une description détaillée et une liste importante de ressources en ligne et de textes digitalisés.

Concernant les sources antiques et médiévales, une partie des volumes de la patrologie latine de Migne est disponible en version pdf. Les éditions critiques des œuvres d’Henri de Gand ont été numérisées et les pdf mis en ligne parl’Université d’Ashville.

Mentionnons d’autres ressources livresques, dont l’accès est parfois limité ou qui ne permettent pas toujours de télécharger des ouvrages entiers: la bibliothèque virtuelle de l’Université de Yale, le réseau américain Hathi Trust Digital Library, le réseau espagnol Biblioteca Virtual de Patrimonio Bibliográfico et le réseau colonais Digitalisierte Druck.

La plupart des bibliothèques dont le patrimoine en manuscrits  est important numérisent leur fonds de manuscrits antiques et médiévaux. Les digital libraries américaines et anglaises sont très nombreuses; les projets allemands également. Dans chaque cas, il convient de se rendre sur le site de la bibliothèque concernée. Il existe cependant un site européen qui fait l’interface entre de nombreuses bibliothèques numériques dans le monde et permet d’accéder facilement au fac-similé du manuscrit recherché, la Bibliothèque numérique Européenne des manuscrits. Les fonds de manuscrits des bibliothèques suisses sont numérisés par e-codices. Le site Medieval Philosophy Online indexe de nombreuses ressources: catalogues de manuscrits et ressources en ligne de manuscrits digitalisés. Le site Mirabile (Edizioni del Galluzzo) offre un moteur de recherche sur 17’500 auteurs médiévaux et 95’000 manuscrits. On y trouve en outre 300’000 notices bibliographiques médiévales. La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux de l’IRHT permet de consulter la reproduction d’une large sélection de manuscrits, du Moyen Âge jusqu’au début de la Renaissance, conservés dans des fonds patrimoniaux dispersés sur tout le territoire français, hormis ceux de la Bibliothèque nationale de France. Elle est enrichie par des apports extérieurs, comme les reproductions d’une centaine de manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin.

Certaines bibliothèques numériques présentent enfin des fonds plus variés, iconographiques et livresques, avec des applications audio et vidéo, comme la Bibliothèque numérique mondiale (qui ne présente toutefois, en l’état actuel, qu’un très petit nombre de documents, moins de deux milles).

Ces quelques indications n’ont aucune prétention à l’exhaustivité, mais demandent à être enrichies grâce à vos suggestions.