Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach

I. ATUCHA, D. CALMA, C. KÖNIG-PRALONG, I. ZAVATTERO (éds), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto, F.I.D.E.M., 2011, 797 p., ISBN: 978-2-503-53528-9, 75 EUR.

Academicus Adnichilatio Adunque Alietas Alto mare aperto Anima Animal Anonyme Antithomisme Anthropopoios Artificialis Atheism Aytoc Beatitudo Bild Certitudo Civilitas Conclusio Coniunctio Curiositas Discretio Distinctio Dolor Eruditio Essentiae Eutrapelia Fascinatio Felicitas Figmentum Hylémorphisme Imago Dei Individuum vagum Inhabitatio Intellectus practicus Kalokagathia Lassitudo Libertas indifferentiae Magie Maneries Manuductio Modi rerum Monopsychite Nuditas Obstinatio Obumbratio Parrhesia Parva logicalia Pater Philocaptus Philosopha Pila argentea Plagium Praedicabilis Principium pure possibile Propositio in re Proverbe Recreatio Res a reor reris Résistance Reverentia Sacrificium intellectus Sein Sermo Societas Substantia Symbole Syndérèse Tino-logia Verificativum Vernünfticheit… et plus encore

Ce livre est à  la fois un lexique, un portrait et un hommage. Un lexique historique et historiographique qui met en série des études courtes consacrées à des notions négligées, marginales ou encore mal définies de la philosophie ou, plus largement, de la pensée médiévale. Un lexique dont chaque article dessine les traits, en creux, de celui qui a souvent attiré l’attention des chercheurs sur des objets marginaux ou négligés par l’historiographie, en multipliant les approches thématiques et en plaidant pour un plus grand pluralisme méthodologique. Un portrait pointilliste de Ruedi Imbach et un hommage, en somme, sous forme de défense et illustration.

Le volume comprend des contributions de: Jan A. Aertsen, Etienne Anheim, Henryk Anzulewicz, Iñigo Atucha, Alessandra Beccarisi, Luca Bianchi, Joël Biard, Magdalena Bieniak, S.-Th. Bonino, Bruno-Marie Borde, Olivier Boulnois, Alain Boureau, Alexander Brungs, Philippe Büttgen, Dragos Calma, Monica Calma, Stefano Caroti, Delphine Carron, Julie Casteigt, Laurent Cesalli, Grellard Christophe, Stephen Chung, Emanuele Coccia, Valérie Cordonier, Iacopo Costa, J.-F. Courtine, Gilbert Dahan, Alain de Libera,  Dominique Poirel, Mary E. Ingham, Gianfranco Fioravanti, Kurt Flasch, Frédéric Gabriel, Anto Gavric, Barbara Hallensleben, Maarten Hoenen, Tobias Hoffmann, Iribarren Isabel, Zénon Kaluza, Theo Kobusch, Catherine König-Pralong, Alfonso Maierù, John Marenbon, Burkhart Mojsisch, Dominic O’Meara, Jürgen  Miethke, Adriano Oliva, Gianfranco Pellegrino, Dominik Perler, Sylvain Piron, Olaf Pluta, Pasquale Porro, François-Xavier Putallaz, Francis Python, Dominguez Reboiras Fernando, Thomas Ricklin, Aurélien Robert, Andrea Robiglio, Anne–Sophie Robin, Irène Rosier-Catach, Jacob Schmutz, Peter Schulthess, Philibert Secrétan, Loris Sturlese, Tiziana Suarez-Nani, Christian Trottmann, Luisa Valente, Anca Vasiliu, Guido Vergauwen, Ubaldo Villani-Lubelli, Peter Von Moos, Olga Weijers, Irene Zavattero.

Commande sur le site de Brepols Publishers.

Maître Eckhart. Philosophe du christianisme

Kurt Flasch, Maître Eckhart. Philosophe du christianisme, traduit de l’allemand par Catherine König-Pralong, Paris, Vrin (bibliothèque des philosophies), 2011, 336 p. ISBN : 978-2-7116-2336-5

Aujourd’hui encore, Maître Eckhart (vers 1260-1328) fascine par la singularité de sa pensée et la puissance de sa langue. Kurt Flasch livre ici une nouvelle interprétation de la vie et de l’enseignement d’Eckhart, philosophe et théologien dont il a fréquenté la pensée durant soixante ans. La recherche de ces dernières décennies a modifié l’image de Maître Eckhart. Ce livre tente un bilan. Il introduit à la pensée d’Eckhart, il invite à lire ses écrits et à penser ses propositions. De manière claire et concise, Kurt Flasch étudie les différentes oeuvres d’Eckhart une à une. Il reconstruit leur contexte biographique et historique, ainsi que le monde intellectuel d’où venait Eckhart et vis-à-vis duquel il se positionnait. Paris, Erfurt, Strasbourg et Cologne apparaissent comme les lieux de l’activité intellectuelle d’Eckhart. Les soupçons et les attaques le conduisent ensuite à Avignon, où il meurt avant la conclusion de son procès et sa condamnation par l’Église.