L’ Origine delle realtà predicamentali

TEODORICO DI FREIBERG, L’origine delle realtà predicamentali, a cura di ANDREA COLLI, Milano, Bompiani (Testi a fronte), 2010, 18 euros, ISBN 45267093.

Il De origine rerum praedicamentalium è il primo trattato di Teodorico di Freiberg, domenicano tedesco attivo all’università di Parigi tra il XIII e il XIV secolo. Scritto per non disattendere le aspettative di alcuni colleghi e pensato nell’alveo di discussioni peripatetiche sull’ontologia categoriale, il De origine diviene presupposto ineludibile di tutta la riflessione teodoriciana, in virtù dell’innovativa concezione noetica in esso proposta. Coniugando in modo del tutto inedito la tradizione arabo-aristotelica e la tradizione agostiniana, Teodorico attribuisce all’intelletto una funzione costitutiva nei confronti della realtà extramentale, formulando così una teoria di simultaneità delle cause che rende complementari creazione divina, generazione naturale e attività conoscitiva. Rispondendo alle esigenze del dibattito filosofico a lui contemporaneo, la gnoseologia di Teodorico offre suggestioni teoretiche che si estendono ben oltre i confini del Medioevo.

Oltre all’Introduzione completano il volume i consueti Apparati (Note alla traduzione, Parole chiave, Bibliografia). Il testo latino a fronte riproduce quello stabilito da L. Sturlese per l’edizione critica degli scritti di Teodorico di Freiberg contenuta nel Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi.

18-21 janvier 2011. Initiation à l’édition critique: édition collective d’un texte latin du Moyen Âge

10h00-17h00. IRHT, 40, av. d’Iéna, 75116 Paris, m° Iéna / Boissière, Salle Terroine.

Séminaire-bloc. Professeur Dominique Poirel.

18-19 janv.: exposé général des méthodes de l’édition critique.

20-21 janv.: application de ces méthodes à un bref opuscule, transmis par une trentaine de manuscrits et attribué à Thomas d’Aquin, le De natura accidentis.

Ce séminaire se tient dans le cadre du projet ANR-DFG: « Thomisme et antithomisme au Moyen Âge ». Il est ouvert à tous les étudiants et chercheurs désireux d’acquérir les méthodes de l’édition critique, à partir d’un exemple bref mais suivi ensemble du début à la fin.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr

Streitliteratur und Konkordanzen. Thomas von Aquin im Kreuzverhör (1250–1650)

Albert-Ludwigs-Universität Freiburg. Wintersemester 2010-2011.

Professor Dr. Maarten J.F.M. Hoenen.

Zeit: Mo, 16–18 Uhr

Ort: KG I, HS 1228

Beginn: 18.10.2010.

Eine vernachlässigte, aber sehr aufschlussreiche Gattung von philosophischen Texten sind die so genannten Streitschriften und Konkordanzen, eine Form der literarischen Kritik, die bereits in der Antike gepflegt wurde. In diesen Schriften werden thesenartig die Auffassungen eines bekannten Philosophen dargestellt und angegriffen oder die Widersprüche in seinen Werken aufgedeckt und kommentiert. Sie liefern einen Schlüssel, um herauszufinden, was inhaltlich als neu und provokativ an den Werken eines Denkers betrachtet wurde. Ein Autor, dessen Philosophie über mehrere Jahrhunderte Gegenstand solcher Schriften war, ist Thomas von Aquin. Man stritt sich über die Interpretation seiner Werke, darüber ob die Summa theologiae oder sein Kommentar zu den Sentenzen die eigentliche Meinung des Heiligen Lehrers darstellte. Daneben gab es Kritik am Gesamtentwurf seiner Werke, vor allem wurde beanstandet, dass er in der Philosophie Aristoteles statt Augustinus den Vortritt gelassen hatte und Aristoteles nach Maßstäben des christlichen Glaubens deutete.

Weitere Informationen hier.

Initiation à la paléographie des textes philosophiques et théologiques, du IXe au XVe siècle

Lundi 17h-18h, à partir du 17 janvier 2011: bâtiment Le France, 190, avenue de France, 75013 Paris.


Prof. Dominique Poirel.

L’objectif est de se familiariser de manière progressive avec la lecture des manuscrits médiévaux d’auteurs spéculatifs, dans le but de transcrire ou éditer les textes philosophiques et théologiques du Moyen Âge.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr

Lire et se former au XIIe siècle: le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor

Lundi 15h-17h, dès le 17 janvier 2011: bâtiment Le France, 190, avenue de France, 75013 Paris.

Séminaire de l’EPHE. Prof. Dominique Poirel.

Le Didascalicon est aujourd’hui l’œuvre la plus souvent citée d’Hugues de Saint-Victor († 1141). À juste titre : ce manuel original et foisonnant, transmis au Moyen Âge par plus de cent manuscrits, a répandu dans l’Europe occidentale quelques thèmes essentiels de la « Renaissance du xiie siècle » :  nécessité pour chacun de s’instruire selon ses forces ; complémentarité des études profanes et sacrées ; utilité de chaque tous les savoir, y compris techniques ; besoin d’organiser les connaissances en une culture générale qui soit en même temps une sagesse chrétienne ; importance non seulement d’apprendre, mais de bien apprendre, grâce à une méthode et une éthique de la connaissance. Bref, l’unité, l’utilité et les modalités d’un savoir joyeux et confiant.

Souvent cité par extraits, le Didascalicon n’a que très peu été étudié comme un tout ; le succès de ses morceaux choisis a comme éclipsé la compréhension de sa visée globale. Quelle est donc l’unité de cet ouvrage singulier, complexe et labyrinthique ? C’est ce que nous examinerons ensemble, en recueillant les indices semés au fil du texte. Le but ne sera pas seulement de comprendre en profondeur un texte majeur du xiie siècle, mais encore d’entrer dans la forma mentis de son auteur et de découvrir les procédés qui fondent sa méthode intellectuelle. Puisque, selon son sous-titre (De studio legendi), le Didascalicon traite de la lecture, nous étudierons aussi comment cet « art de lire » peut nous aider à renouveler notre propre lecture et compréhension des œuvres préscolastiques, dans lesquelles bien souvent s’affrontent plusieurs modes concurrents de rationalité.

Ce séminaire se tient en lien avec celui de Julie Brumberg-Chaumont: « Initiation à la sémantique et à la logique médiévales » (même jour et même lieu, 13 h. à 15 h.). De part et d’autre il s’agit en effet d’étudier deux modes différents et complémentaires de rationalité au Moyen Âge: l’un, démonstratif, hérité de la tradition aristotélicienne; l’autre, interprétatif, façonné par la tradition patristique et monastique. Par cette double enquête, on souhaite esquisser une histoire globale des méthodes intellectuelles au Moyen Âge.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr