La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères

Ruedi Imbach, Adriano Oliva, La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères, Paris, Vrin, 2009, 180 p.; ISBN 978-2-7116-2232-0; 12 €.

Le livre que le lecteur tient en main peut être comparé à un guide de voyage, il voudrait aider le lecteur à découvrir la pensée philosophique de Thomas d’Aquin, à se déplacer et se mouvoir dans cet univers que représente l’œuvre intellectuelle du dominicain italien. Le sous-titre indique ce propos : nous souhaitons offrir des repères, à savoir des « marques servant à retrouver un lieu ».
Le plan de cette initiation à la pensée philosophique de Thomas d’Aquin est simple : après une brève biographie de l’auteur, une deuxième partie donne un aperçu synthétique des idées et des arguments philosophiques dans l’œuvre de Thomas. Dans la troisième partie, sont présentées treize œuvres majeures de l’auteur.

Recherches sur Dietrich de Freiberg

Recherches sur Dietrich de Freiberg, Joël Biard, Dragos Calma, Ruedi Imbach (éds), Turnhout, Brepols, 2009, 270 p; ISBN 978-2-503-52882-3;52 €.

Dietrich de Freiberg a peu à peu trouvé sa place dans l’historiographie philosophique du Moyen Âge. Dans l’histoire de sa découverte et de sa promotion sur les devants de la scène scientifique, un rôle essentiel revient à Kurt Flasch, à qui rend hommage ce volume recueillant les contributions prononcées à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire. Elles tentent un bilan des recherches récentes sur le dominicain allemand et attestent l’appartenance de Dietrich à l’histoire de l’aristotélisme médiéval, nullement invalidée par le statut de maître en théologie à Paris (en 1296/7), ni par le fait que le dominicain n’ait pas laissé de commentaire des œuvres du Stagirite.

Table des matières :

Alain de Libera, D’Averroès en Augustin. Intellect et cogitative selon Dietrich de Freiberg

Anne-Sophie Robin, L’antithomisme de Dietrich de Freiberg dans le De Visione beatifica

Tizian Suarez-Nani, Les êtres et leurs lieux : le fondement de la localisation selon Dietrich de Freiberg

Catherine König-Pralong, Le traité ‘De accidentis’ de Dietrich de Freiberg. Stratégies exégétiques pour une reconduction de l’accidentel au par soi

Dragos Calma, La connaissance réflexive de l’intellect agent. Le « premier averroïsme » et Dietrich de Freiberg

Alessandra Beccarisi, Dietrich in den Niederlanden. Ein neues Dokument in niederrheinischer Mundart

Loris Sturlese, Hat Meister Eckart Dietrich von Freiberg Gelesen ? Die Lehre vom Bild und von den göttlichen Vollkommenheiten in Eckharts «Expositio libri Genesis» und Dietrichs «De visione beatifica»

Pasquale Porro, Res praedicamenti / ratio praedicamenti: Teodorico di Freiberg e Enrico di Gand

Matthieu Husson, Les figures dans les traités optiques de Dietrich de Freiberg

Dietrich de Freiberg, Oeuvres choisies, vol. I

Dietrich de Freiberg, Oeuvres choisies, vol. I : Substances, quidités et accidents, textes latins traduits et annotés par Catherine König-Pralong, avec la collaboration de Ruedi Imbach, Introduction de Kurt Flasch, Paris, Vrin, 2008 (Bibliothèque des textes philosophiques), 222 p. ; ISBN 978-2-71116-1983-2 ; 26 €.

Météorite tombé de l’autre côté du Rhin, rebelle à tous les « ismes », splendide, mais apparemment isolé, Theodoricus de Vribergh est pourtant un grand philosophe. Un grand philosophe allemand du Moyen Âge. Il appartient à « l’école d’Albert le Grand », il est un représentant du « néoplatonisme médiéval », il entend défendre l’authentique doctrine d’Aristote et il est un des fondateurs de la « métaphysique de l’esprit ». La publication en français de ses principaux textes, sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera, devrait faire justice de ces raccourcis.
Ce premier volume, consacré à l’ontologie, rassemble deux traités sur la substance, la quidité et l’accident : le De accidentibus et le De quiditatibus entium. Le premier contient une critique de la théorie « commune » de l’accident, dont la fine pointe est tournée contre la doctrine thomasienne de l’eucharistie, le second, une réinterprétation d’ensemble des concepts fondamentaux de la théorie de l’essence, de l’être et de l’étant.

Studi sulle fonti di Meister Eckhart

Studi sulle fonti di Meister Eckhart. I. Aristoteles – Augustinus – Avicenna – Dionysius – Liber de Causis – Proclus – Seneca, a cura di Loris Sturlese, Fribourg, Academic Press (Dokimion 34), 2008, 200 p.; ISBN 978-3-7278-1639-0; 24 €.

I contributi riuniti nel volume affrontano la questione delle fonti del pensiero eckhartiano, per la prima volta sulla base di una documentazione sistematica ed esaustiva, che riposa su un indice complessivo ancora inedito, ma già disponibile, dell’edizione storico-critica: MEISTER ECKHART, Die deutschen und die lateinischen Werke. Dall’insieme di questa documentazione vengono qui tratti e presentati sette segmenti riguardanti autori che hanno esercitato un importante ruolo nella formazione del pensiero di Eckhart: Aristotele (De anima), Agostino (De Trinitate), Dionigi Areopagita, Avicenna, Seneca, Proclo e il Liber de causis. L’indagine sistematica del modo in cui Eckhart ha letto testi di importanza capitale per il Medioevo mette in luce, fra l’altro, nuove prospettive interpretative sulla questione dell’intelletto (Alessandra Beccarisi), della teologia mistica (Elisa Rubino) e dell’immagine (Gianfranco Pellegrino), sulla dottrina della negazione della negazione (Fiorella Retucci), sulla valutazione della cultura pagana (Nadia Bray), sul ruolo di intermediario giocato da Alberto il Grande riguardo alla componente islamica del pensiero di Eckhart (Alessandro Palazzo). Ogni articolo è corredato, in appendice, di una documentazione completa relativa alle citazioni esplicite degli autori studiati, che mette il lettore in condizione non soltanto di valutare da se stesso la novità dei contributi esegetici recati dai diversi interpreti, ma anche di costruire autonomamente percorsi di lettura e di verifica.

D’Averroès à Maître Eckhart. Les sources arabes de la « mystique » allemande

Kurt Flasch, D’Averroès à Maître Eckhart. Les sources arabes de la « mystique » allemande », traduction et adaptation par J. Schmutz, Paris, Vrin, 2008 (Conférences Pierre Abélard), 219 p. ; ISBN 978-2-7116-1941-2 ; 19 €.

Maître Eckhart passe communément pour le maître par excellence de la « mystique allemande ». Ce titre lui a été décerné par la philologie allemande du XIXe siècle, à une époque où les œuvres latines d’Eckhart étaient encore inconnues. Dans ce livre, Kurt Flasch veut ramener le lecteur au Maître Eckart historique. Il reconstruit le contexte intellectuel dans lequel sa pensée s’est développée, et fait apparaître des sources inattendues : c’est la puissante tradition péripatéticienne transmise dans le monde arabe (Avicenne, Maïmonide et surtout Averroès) et reçue chez les pères de la philosophie « allemande » que furent Albert le Grand et Dietrich de Freiberg qui fournissent la clé des principales positions spéculatives de Maître Eckhart. Il s’en dégage une nouvelle conception du Christianisme, fondée sur « les arguments naturels des philosophes » et non sur le miracle ou l’inspiration surnaturelle. Les philosophes allemands ont toujours crû qu’ils descendaient des Grecs : ils découvriront dans ce livre leur ascendance arabe.

Kurt Flasch, né à Mayence en 1930, professeur émérite à l’Université de Bochum (Allemagne). Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à la philosophie médiévale et renaissante.

University, Council, City. Intellectual Culture on the Rhine (1300-1550)

Maarten J.F.M. Hoenen, Laurent Cesalli & Nadja Germann (Hrsg.), Turnhout, Brepols, 2007 (SIEPM – Rencontres de philosophie médiévale), 400 p.; ISBN 978-2-503-52663-8 ; 60 €.

Stretching from Basel to Cologne, the Rhine formed the geographical axis of a broad cultural realm in the late Middle Ages; lending vitality not only to its cities and universities but also to the two great Councils to which it played host. Already in the fourteenth century, the lives of such famous German mystics as Meister Eckhart, Heinrich Seuse and Johannes Tauler testify to the presence of an advanced intellectual culture in the cities of the upper and lower Rhine. In the fifteenth century, the most famous Councils of the late Middle Ages took place along the Rhine, namely the Councils of Constance and Basel, which formed loci of intellectual exchange and which became seedbeds of philosophical ideas that engaged and influenced such participants as Heymericus de Campo and Nicholas of Cusa. With the establishment of the Universities of Cologne (1388), Freiburg (1457), Basel (1459) and Mainz (1476), the intellectual culture of this region took an institutional form that continues to exist to this day, and symbolizes the stability of the intellectual culture of the Rhineland. The main purpose of this volume is to explore the intellectual richness and vitality of the Rhineland in its various facets and on its different levels.

Contributions by: Alessandra Beccarisi, Francisco Bertelloni, William J. Courtenay, Anna Fredriksson Adman, Dagmar Gottschall, Mikhail Khorkov, Corneille H. Kneepkens, Jürgen Miethke, Pepijn Rutten, Wybren Scheepsma, Walter Senner, Geert Warnar and Henrik Wels.

Colloque « Deutscher Thomismus » / Compte rendu

28-30 janvier 2010, Freiburg im Br. (Allemagne). Org. M.J.F.M. Hoenen (Freiburg im Br.), R. Imbach (Paris), C. König-Pralong (Paris/Fribourg)

«Deutscher Thomismus im 13. und 14. Jahrhundert. Ergebnisse der Forschung und neue Perspektiven»

Depuis quelques décennies, l’importance de la réception des doctrines thomasiennes dans les deux provinces dominicaines allemandes à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle a été mise en évidence grâce à de grands chantiers éditoriaux[1]. Au fur et à mesure de l’édition critique des textes, une pluralité se fait cependant jour, qui fragilise aussitôt l’étiquette historiographique «thomisme allemand» inventée dans un premier temps pour canaliser et organiser la recherche historiographique. L’historien individue autant de thomismes que de réceptions de Thomas. Par ailleurs, dans les lectures de son œuvre et dans les discussions et défenses de ses thèses par les théologiens dominicains allemands, Thomas apparaît protéiforme et hétérogène : il revêt des figures différentes d’un auteur à l’autre ; sous la plume d’un même auteur, la divergence des thèses défendues par Thomas à divers moments de sa carrière, leur incompatibilité, sont également soulignées. Face à la nécessité d’assoir un choix, il n’est pas rare qu’un auteur impose aux textes thomasiens une chronologie très différente de celle reconnue aujourd’hui. Le recours à d’autres auteurs pour compléter ou préciser le sens des thèses thomasiennes, les adapter aussi à un débat postérieur d’une ou deux générations, est fréquent – à cet égard Gilles de Rome joue un rôle insigne.

En ouverture du colloque, Maarten J.F.M. Hoenen (Freiburg im Br.) et Ruedi Imbach (Paris) ont souligné ces aspects, pour préciser la portée de l’étiquette «thomisme allemand» dans le contexte du projet de recherche ANR-DFG dont cette rencontre fut une ponctuation. Du point de vue dénotatif, le thomisme allemand renvoie à une constellation d’auteurs individuels, non pas à un mouvement sciemment constitué ou à un courant unifié ; du point de vue de la connotation, il correspond à une étiquette historiographique provisoire, dont l’abandon au profit de catégories plus descriptives et discriminantes signifiera certainement un gain en scientificité. Dans cette optique, la notion de thomisme se conçoit donc dans la perspective de l’histoire institutionnelle, culturelle et sociale. Elle ne signifie pas un corps doctrinal dont on pourrait décrire le contenu a priori – à partir du présent de l’historien – pour en sonder la présence ou l’absence dans les textes du passé. Le propos est tout autre : se demander comment les théologiens dominicains allemands de la fin du xiiie siècle et du début du xive siècle lisaient Thomas d’Aquin, comment ils intégraient ses textes et ses doctrines à leur politique du savoir, comment enfin ils concevaient leur propre rapport à Thomas.

Les auteurs en question – notamment Johannes Picardi von Lichtenberg, Gerhard von Sterngassen, Johannes von Sterngassen, Nikolaus von Strassburg et Heinrich von Lübeck – n’ont pour la plupart pas encore bénéficié d’enquêtes approfondies, leurs textes étant en partie inédits[2]. Il paraissait donc utile de réunir les meilleurs spécialistes de leurs doctrines et les principaux éditeurs de leurs textes, pour brosser un tableau, à gros traits, et tenter quelques approches plus sectorielles de leurs entreprises intellectuelles. Une forte variation d’échelles et d’angles d’approche a été privilégiée lors de cette rencontre, du panorama à la lecture de texte, en passant par l’étude de constellations d’auteurs et par les enquêtes consacrées à une figure ou à un problème philosophique particulier.

Panoramas. Deux conférences publiques ont brossé deux vastes tableaux de la situation intellectuelle et institutionnelle de l’ordre dominicain allemand à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle. Évoquant le temps des études colonaises de Thomas, dès 1248, Loris Sturlese (Lecce) a présenté la deuxième « entrée » de Thomas en Allemagne, posthume quant à elle et due à la circulation de manuscrits de ses œuvres. Dès 1270, les copies de certaines œuvres sont d’ailleurs disponibles dans des bibliothèques de Teutonia. Selon le relevé de la diffusion et de la présence des codices, les œuvres les plus lues sont le Commentaire des Sentences, la Somme de théologie, les Commentaires des Analytiques postérieurs et de la Physique, ainsi que les dénommés Opuscula. En un deuxième temps, L. Sturlese s’est intéressé aux traductions des œuvres de Thomas en langue vulgaire, qui impliquent réécritures et réinterprétations. La nécessité d’inventer un vocabulaire technique encore absent des parlers vulgaires induit d’intéressantes créations linguistiques. Du point de vue institutionnel, l’existence et la diffusion de ces traductions témoignent, encore une fois, de la discrépance entre l’exigence de la maîtrise du latin, programmée par les statuts dominicains, et la réalité socioculturelle. Pour finir, esquissant un tableau peuplé de nombreux personnages – d’Erkenfridus (auteur d’un lexique philosophique à la fin du XIIIe siècle) à Heinrich Suso – L. Sturlese a décliné les nuances du thomisme allemand et questionné ainsi la pertinence de cette catégorie historiographique.

La seconde conférence publique, donnée par William J. Courtenay (Madison), a ouvert l’angle en incluant à sa fresque d’histoire institutionnelle la France et l’Angleterre. L’A. a commencé par pointer les dangers de la découpe « nationale » en histoire culturelle : longtemps, l’historiographie a situé le thomisme à Paris, un certain antithomisme en Angleterre et a vu en l’Allemagne la terre de la mystique. Une histoire plus attachée aux conditions concrètes de la production du savoir découvre cependant des transferts culturels importants, des influences transnationales, en particulier dans le cas des ordres mendiants dont les conditions statutaires d’étude programmaient des échanges. De plus, un décentrement du regard permet une meilleure appréhension de la situation d’ensemble : les périphéries – telles Montpellier, Bologne ou Cologne – gagnent en importance à mesure que les études deviennent plus sélectives à Paris et la demande de formation plus importante. Au xive siècle, les dominicains utilisaient de plus en plus les studia autres que Paris, dans le but de former plus de docteurs et d’enseignants. L’étude de la vie intellectuelle dans ces lieux de savoir pourrait enrichir la connaissance de la diffusion du « thomisme » et documenter ses diversifications. À cet égard, la prise en compte du niveau d’étude atteint dans ces centres périphériques, inférieur souvent au niveau parisien, et de ses spécificités permet de mieux appréhender certaines reconfigurations et adaptations des doctrines et des textes de Thomas.

Constellation. Alessandra Beccarisi (Lecce) s’est intéressée aux premiers débats allemands autour de l’adoption ou du rejet des doctrines thomasiennes au début du xive siècle. Au moyen d’un faisceau de preuves textuelles, elle a d’abord proposé une hypothèse aboutissant à l’inversion de la chronologie reçue, selon laquelle Johannes Picardi von Lichtenberg, dans ses Quaestiones rédigées entre 1303 et 1305, s’emploierait à défendre Thomas d’Aquin contre les attaques du dominicain Dietrich de Freiberg. En élucidant la présence d’Henri de Gand, l’usage et les critiques de ses déterminations chez les deux dominicains allemands, elle a suggéré la postériorité des interventions de Dietrich dans son De visione beatifica. Dietrich y critiquerait les déterminations de Johannes, et non l’inverse. Si cette hypothèse est confirmée, la reconstruction du débat qu’elle implique fournit des éléments majeurs pour l’histoire de l’antithomisme également. La datation actuelle des trois traités De tribus quaestionibus difficilibus de Dietrich (auquel appartient le De visione), vers 1296/7, devrait être reportée après 1303. De plus, les adversaires de Dietrich – les promoteurs de thèses thomasiennes ou parisiennes que le dominicain qualifiait de communiter loquentes – cesseraient d’être une totale abstraction, puisque l’un d’entre eux au moins aurait revêtu un visage. Dans la seconde partie de son exposé, A. Beccarisi a esquissé les contours d’un champ intellectuel par l’accès thématique des dimensions indéterminées. Elle a montré comment Johannes Picardi von Lichtenberg, Nikolaus von Strassburg et Heinrich von Lübeck lisent Thomas d’Aquin, chacun à leur manière et à chaque fois dans une intention différente. Si Johannes entend créer une forme d’orthodoxie scientifique en établissant une bonne interprétation de Thomas, Nikolaus se réfère à Gilles de Rome pour défendre une position ignorée de Thomas sur la question des dimensions indéterminées et de leur antériorité par rapport à la forme substantielle. Quant à Heinrich, distant lui aussi du strict thomisme de Johannes, il entend élaborer une nouvelle lecture d’Averroès, penseur qui figure sans conteste comme la source privilégiée et l’autorité reconnue en ces matières.

Figures. Johannes et Gerhard von Sterngassen ont tous deux été portraiturés, par deux de leurs meilleurs spécialistes. Susanne Kaup (München) a présenté un status quaestionis et une description de la Medela languentis animae (ou Pratum animarum) de Gerhard von Sterngassen, en commençant par préciser sa tradition manuscrite. Ce traité moral sur les vices et les vertus permet de documenter l’économie de la vie conventuelle dominicaine en Allemagne dans les premières décennies du xive siècle. Cette compilation n’appartient en effet pas au genre des manuels de confesseurs ou de prédicateurs ; elle ne contient pas des textes prêts à l’emploi pour une activité pastorale. Ses destinataires sont les confrères dominicains, dans l’enceinte du couvent. Son intention est de procurer une médecine de l’âme. S’il ne mentionne jamais ses sources, Gerhard cite Thomas d’Aquin plus que tout autre auteur, toujours littéralement (et non pas par paraphrase). Le choix et la découpe des citations produisent un Thomas simplifié, expurgé des argumentations et réfutations compliquées. Le Pratum animarum objective ainsi un corpus de doctrines morales, aplanissant et lissant les aspérités et les difficultés de l’écriture scolastique de Thomas.

Walter Senner (Roma) s’est penché sur le seul commentaire des Sentences allemand de cette époque qui soit conservé à ce jour, celui de Johannes von Sterngassen (dont il est l’éditeur). Après avoir présenté brièvement la tradition manuscrite (seul treize manuscrits sont conservés), il a livré un ensemble de relevés statistiques qui ont révélé les reprises nombreuses et évidentes de Thomas, les deux sommes et le commentaire des Sentences figurant parmi les œuvres les plus utilisées. Mais le commentaire présente aussi un certain nombre de déviances explicites par rapport à Thomas, dont neuf ont été listées dans un manuscrit d’Innsbruck. De manière symptomatique, il s’agit de points sur lesquels Dietrich de Freiberg s’est démarqué de Thomas. Bien que le dominicain antithomiste ne soit cité qu’une fois par Johannes, son importance ne devrait pas être sous-estimée chez Johannes. Le thomisme connaît ainsi des déclinaisons bien singulières en ces temps : l’un des auteurs les plus fidèles à Thomas, ouvertement promoteur de sa doctrine, adopte pourtant certaines des thèses de Dietrich ou issues de la tradition théodoricienne. À cet égard, la notion de probabilité épistémique joue une fonction de régulation ; dans les cas indécidables, le théologien peut présenter plusieurs thèses et les organiser selon leurs degrés de probabilité respectifs.

Problèmes philosophiques. Deux thèmes parmi les plus connus de l’histoire intellectuelle ont été traités durant le colloque, la question de la volonté et de son rapport à l’intellect, et la question de la matière et de ses dimensions, qui a servi de fil rouge à la rencontre.

Marialucrezia Leone (Leuven) a élucidé le traitement de la liberté par Johannes Picardi von Lichtenberg. La thèse de la motion de la volonté par l’intellect, d’obédience thomiste depuis les grandes censures doctrinales de la fin du xiiie siècle, est adoptée par Johannes. Mais l’influence des correctoires et des débats postérieurs aux condamnations est palpable chez Johannes, qui perçoit bien les nouveaux enjeux de la question. L’importance d’Henri de Gand est particulièrement manifeste. À la lecture de Johannes, le maître gantois apparaît bien comme la figure théologique dominante dans les débats de la décennie suivant son décès en 1293[3]. Cette lecture modifie quelque peu les points de vue d’une historiographie qui a longtemps considéré Thomas d’Aquin comme le vainqueur des débats scolastiques parisiens de la fin du xiiie siècle. Dans la lecture que fait M. Leone de Johannes Picardi, Thomas d’Aquin figure comme un antidote et une alternative à la doctrine dominante, celle d’Henri de Gand. Johannes use de Thomas contre Henri, référence première du discours, plutôt qu’il ne défend Thomas des attaques d’Henri.

Marienza Benedetto (Bari) a présenté dans le détail le contenu de trois questions disputées consacrées par Johannes Picardi à la matière et aux dimensions (les questions 21, 25 et 34). Convoquant les principaux débats théologiques du temps et les conjuguant à la lecture des traités aristotéliciens de philosophie naturelle, ces questions réalisent un intéressant montage physico-théologique, typique de la discussion scolastique entre 1270 et 1330. La lecture du De generatione et corruptione d’Aristote et le recours au De substantia orbis d’Averroès, considéré par Johannes comme l’interprète autorisé sur la question des dimensions, côtoient étroitement la question du corps mort du Christ (triduum). Lorsque Johannes établit une carte des positions concurrentes, on rencontre presque toujours Gilles de Rome et Henri de Gand. Si Johannes réfute Henri, il se démarque aussi de Gilles. Il ne perçoit d’ailleurs pas de continuité entre Thomas et Gilles, qui ne figure de fait pas comme un « thomiste » chez Johannes. De plus, M. Benedetto relève une absence intéressante, celle des franciscains qui avaient si abondamment nourri les dites « polémiques thomistes » de la fin du xiiie siècle.

Toujours sur le thème de la matière, Gianfranco Pellegrino (Lecce) a porté son regard sur la somme de Nikolaus von Strassburg. Il a décrit un net infléchissement en dehors de voies strictement thomistes. Nikolaus adopte sciemment la doctrine des dimensions élaborée par Gilles de Rome, tout en reconnaissant sa divergence par rapport aux déterminations thomasiennes. En forme de chiasme et de paradoxe historiographiques, ce Gilles n’est cependant pas le Gilles de Rome de la recherche actuelle, mais un Gilles de Rome « thomistisé ». Dans cette somme sous forme de compilation, des morceaux textuels et doctrinaux sont par ailleurs importés tels quels et remployés à des fins pédagogiques. Il n’est pas rare que des déterminations alternatives cohabitent simplement, sans que l’auteur ne défende une position.

Passant à une autre figure de la constellation thomiste allemande, Heinrich von Lübeck, Ubaldo Villani-Lubelli (Lecce) a ciblé un problème théologique spécifique, celui du cadavre (Quodl. II, q. 14 et 16). Deux objets sont à cet égard paradigmatiques en monde scolastique : la cruentatio ou phénomène du cadavre qui saigne en présence de son assassin, et le statut du corps mort du Christ durant les trois jours au tombeau (triduum). Ces questions mettent en jeu la physique aristotélicienne et l’anthropologie théologique, dans la mesure où elles postulent une forme de rémanence et d’identité du corps du défunt, par delà la mort ou corruption de la forme substantielle. Chez Heinrich von Lübeck, Gilles de Rome apparaît également comme une figure importante, puisque l’auteur prend le soin d’en réfuter les thèses. Celui-ci ne figure ni au rang des thomistes, ni parmi les auteurs dont la solution est satisfaisante. Le même constant vaut pour Hervé de Nédellec, dont Heinrich invalide les positions. Les filiations thomistes habituellement reçues dans l’historiographie de la pensée scolastique parisienne et oxonienne ne sont de fait pas pertinentes dans la constellation allemande, où des thomismes d’autres factures apparaissent. L’opposition scénarisée par Thomas lui-même entre une bonne lecture d’Aristote et son interprétation erronée par Averroès semble considérablement s’estomper en territoires allemands, s’effacer même complètement quant à la question des dimensions.

Lecture. En marge des conférences, deux ateliers dirigés par Pasquale Porro (Bari), Maarten Hoenen, Ruedi Imbach et Catherine König-Pralong, furent consacrés à une lecture de la question disputée 19 de Johannes Picardi, dédiée aux dimensions indéterminées. La transcription de ce texte encore inédit a été mise à la disposition des participants par Pasquale Porro. L’exercice a permis d’éprouver concrètement certaines thèses présentées lors des conférences. En particulier, la fonction et l’image d’Averroès dans la constellation thomiste allemande paraissent tout à fait singulières. Si Johannes von Sterngassen identifiait ici ou là l’opinion de Thomas et celle d’Averroès[4], le procédé est structurant dans la question 19 de Johannes Picardi : la mens Commentatoris et la mens Thomae ont valeur égale d’autorité dans la problématique de la matière et des dimensions. Le même phénomène a d’ailleurs été relevé par U. Villani-Lubelli chez Heinrich von Lübeck[5]. Le spectre de l’averroïsme n’a pas la même force en Allemagne qu’à Paris. Deuxièmement, Johannes élabore une lecture différenciée de Thomas, dont il souligne les prises de positions divergentes. S’il choisit à titre personnel l’une des deux déterminations de Thomas sur la question des dimensions, il affirme cependant qu’elles sont toutes deux vraisemblables bien que contraires – procédé qui laisse affleurer une idéologie et une apologétique thomistes[6]. Enfin, les phénomènes et les procédés de ventriloquie se révèlent par endroits très intéressants. Johannes ne se contente pas de reprendre littéralement et de s’approprier de longs morceaux de textes thomasiens, mais il les complète en continuant à dire « je » (ego) là où Thomas écrivait à la première personne, prolongeant ainsi son « je » auctorial à titre posthume, pour en expliciter la mens.

À faire. En conclusion de la rencontre, l’aspect inchoatif de la recherche autour du thomisme allemand a été souligné. La proportion des textes disponibles en édition critique est encore réduite et la situation des textes édités mal documentée. Du point de vue doctrinal, il paraît indiqué de mettre en relation des textes encore souvent étudiés isolément, pour découvrir des filiations : qui lit qui et de quelle manière ? Les individus de la constellation thomiste sont encore trop lâchement reliés ; leur réseau ne présente pas de configurations identifiables par l’historien. Une étude de la place et du statut de certaines figures autres, peut-être aussi importantes que Thomas, dans les écrits des dominicains allemands du début du xive siècle permettrait de préciser et de spécifier  l’étiquette générique ‘thomisme’. Les usages d’Henri de Gand, de Gilles de Rome et de Godefroid de Fontaines pourraient par exemple donner lieu à des enquêtes différenciées – à des  notes du moins – qui en révèleraient les figures multiples chez leurs lecteurs dominicains allemands. En outre, l’influence de certains auteurs parisiens de la  même génération que nos thomistes a été largement sous-évaluée, sinon ignorée ; le cas d’Herveus Natalis est peut-être le plus frappant, mais d’autres théologiens, comme Jean de Pouilly, ne sont peut-être pas complètement étranger à l’histoire du thomisme allemand. Du point de vue de l’histoire institutionnelle et culturelle, la question de l’intervention de l’ordre dominicain dans la promotion du thomisme comme orthodoxie doctrinale est loin d’être tranchée. D’autre part, les conditions de la production du savoir en milieu dominicain allemand sont encore insuffisamment documentées et décrites. Les travaux de W. Senner, W.J. Courtenay, R. Imbach et L. Sturlese relatifs à la formation et à l’activité des intellectuels dans les provinces allemandes ont ouvert des voies qui gagneraient à être prolongées. Si le studium generale des dominicains à Cologne a concentré l’attention des chercheurs, en raison de son importance et de la conséquente (et toute relative) richesse des sources, la pratique concrète du savoir et des échanges culturels qui s’y jouent demeure en partie floue. On ignore en outre presque tout du studium franciscain de Cologne, d’éventuelles relations avec les cercles dominicains, sans parler des écoles conventuelles du reste du territoire allemand, où les modalités concrètes de la vie culturelle demeurent très mal connues. Du point de vue méthodologique enfin, l’exigence d’historisation de l’étiquette ‘thomisme’ – en regard de laquelle l’étude des dominicains allemands du début du xive siècle n’est qu’un cas parmi d’autres – a mis en évidence l’importance des mises en contexte et d’approches plurielles, d’histoire doctrinale, mais aussi sociale et culturelle. Une telle démarche, historique dans son programme et par sa facture, est actuelle par ses enjeux, puisqu’elle relativise et fragmente l’unité apparente d’un corps doctrinal désigné comme ‘le thomisme’.  À cet égard, l’étude des réceptions des écrits de Thomas d’Aquin constitue sans doute un cas particulièrement aigu, en raison de l’histoire moderne et contemporaine du ‘thomisme’ qui fut conçu comme orthodoxie scientifique par ses influents promoteurs depuis le xixe siècle au moins.

Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris)


[1] De manière non exhaustive et pour ne signaler que des publications sous forme de volumes: Nikolaus von Strassburg, Summa. Liber II, tract. 8-14, ed. T. Suarez-Nani, Hamburg 1990; W. Senner, Johannes von Sterngassen OP und sein Sentenzenkommentar, 2 vols (Edition und Studie), Berlin 1995; Heinrich von Lübeck, Quodlibet primum, ed. M. Perrone, Hamburg 2008; Nikolaus von Strassburg, Summa. Liber II, tract. 1-2, ed. G. Pellegrino, Hamburg 2009; Nikolaus von Strassburg, Summa. Liber II, tract. 3-7, ed. G. Pellegrino, Hamburg 2009.

[2] Il est symptomatique que le Thomistenlexikon édité par D. Berger et J. Vijgen (Bonn 2006) n’inclue que trois d’entre eux : Johannes Picardi von Lichtenberg, ainsi que Gerhard et Johannes von Sterngassen. La vaste enquête consacrée par W. Senner à Johannes von Sterngassen, qui accompagne l’édition de son commentaire des Sentences (voir note 1 supra), n’est pas étrangère à ce fait. Au sujet de Johannes Picardi, voir récemment : P. Porro, «Essere e essenza in Giovanni Picardi di Lichtenberg: note sulla prima ricezione del tomismo a Colonia», in J. A. Aertsen, M. Pickavé (eds), Die Logik des Transzendentalen. Festschrift für Jan A. Aertsen zum 65. Geburtstag, Berlin-New York 2003, 226-245. Au sujet de Nikolaus von Strassburg: R. Imbach, U. Lindbad, « Compilatio rudis ac puerilis. Hinweise und Materialien zu Nikolaus von Strassburg O. P. und seiner Summa», Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie 32 (1985), 155-233. Au sujet d’Heinrich von Lübeck: U. Villani-Lubelli, «Heinrich von Lübeck als Leser der Averroes», in A. Beccarisi, R. Imbach, P. Porro (eds), Per perscrutationem philosophicam. Neue Perspektiven der mittelalterlichen Forschung. Loris Sturlese zum 60. Geburstag gewidmet, Hamburg 2008, 240-251.

[3] Dans sa contribution, A. Beccarisi aboutissait à des conclusions du même ordre.

[4] Par exemple dans la question 1 (Utrum etiam angeli vel plures sint eiusdem speciei) conservée dans le Cod. Vindob. 2165, on lit : Ideo est opinio doctoris nostri et Commentatoris, qui dicunt quod omnes angeli differunt specie.

[5] Voir U. Villani-Lubelli, «Heinrich von Lübeck als Leser der Averroes», in A. Beccarisi, R. Imbach, P. Porro (eds), Per perscrutationem philosophicam. Neue Perspektiven der mittelalterlichen Forschung. Loris Sturlese zum 60. Geburstag gewidmet, Hamburg 2008, 240-251.

[6] Et quia istae duae ultimae positiones videntur magis verisimiles, licet sint contrariae, ideo respondendum est ad aliquas rationes factas contra eas.

Dietrich von Freiberg. Philosophie, Theologie, Naturforschung um 1300

Kurt Flasch, Dietrich von Freiberg. Philosophie, Theologie, Naturforschung um 1300, Frankfurt am Main, Klostermann, 2007, 119 euros, ISBN 978-3-465-03301-1.

Dietrich von Freiberg, 1240/50 bis gegen 1320, war einer der originellsten Philosophen, Theologen und Naturforscher der älteren Zeit. Nach Albert dem Großen und vor Meister Eckhart erreichte er das hohe Amt eines Magisters in Paris. In eingehender Beweisführung gelang ihm als erstem die heute als richtig geltende Theorie des Regenbogens. Seine persönliche Verbindung zu Meister Eckhart ist belegt, ebenso sein Einfluß auf Eckharts Denken. Seine Schriften bilden den historisch verläßlichen Zugang zu Eckharts Werk.

Kurt Flasch, der von 1977 bis 1985 die vierbändige Ausgabe der Schriften Dietrichs veranlaßt und geleitet hat, führt zunächst ein in Dietrichs intellektuelle Welt und gibt dann Traktat für Traktat eine philosophisch-historische Analyse sämtlicher Schriften Dietrichs. Es ist die erste Gesamtdarstellung dieses Denkers seit hundert Jahren, erstmals auf verläßlicher und vollständiger Textgrundlage. Sie berücksichtigt Dietrichs Philosophie, Theologie und Naturforschung und arbeitet detailliert die außerordentliche denkerische Originalität des antithomistischen Dominikanerprofessors heraus. Dieses Buch faßt vierzig Jahre der Dietrichforschung autoritativ zusammen; es verändert das Bild der intellektuellen Situation der Zeit um 1300 und generell der Geschichte der Philosophie. Es erschließt in klarer Sprache Dietrichs subtile Theorien und wird auf lange Zeit die Grundlage künftiger Forschung bilden.

Kurt Flasch ist Professor emeritus für Philosophie der Ruhr-Universität Bochum. Er ist Mitglied der Römischen Akademie der Wissenschaften (Accademia dei Lincei), ferner der Toskanischen Akademie der Wissenschaften und der Literatur in Florenz (La Colombaria) und der Deutschen Akademie für Sprache und Dichtung.

La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères. R. Imbach, A. Oliva

Deux comptes-rendus divergents de l’ouvrage de Ruedi Imbach et Adriano Oliva.

La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères, Paris, Vrin, 2009, 180 p.; ISBN 978-2-7116-2232-0; 12 €.

Présentation de quatrième de couverture: Le livre que le lecteur tient en main peut être comparé à un guide de voyage, il voudrait aider le lecteur à découvrir la pensée philosophique de Thomas d’Aquin, à se déplacer et se mouvoir dans cet univers que représente l’œuvre intellectuelle du dominicain italien. Le sous-titre indique ce propos : nous souhaitons offrir des repères, à savoir des « marques servant à retrouver un lieu ».
Le plan de cette initiation à la pensée philosophique de Thomas d’Aquin est simple : après une brève biographie de l’auteur, une deuxième partie donne un aperçu synthétique des idées et des arguments philosophiques dans l’œuvre de Thomas. Dans la troisième partie, sont présentées treize œuvres majeures de l’auteur.

Compte-rendu de Thibaut Gress, publié le 11 mars 2010.

Compte-rendu de Guy Delaporte, publié le 15 décembre 2009.

Le livre que le lecteur tient en main peut être comparé à un guide de voyage, il voudrait aider le lecteur à découvrir la pensée philosophique de Thomas d’Aquin, à se déplacer et se mouvoir dans cet univers que représente l’œuvre intellectuelle du dominicain italien. Le sous-titre indique ce propos : nous souhaitons offrir des repères, à savoir des « marques servant à retrouver un lieu ».
Le plan de cette initiation à la pensée philosophique de Thomas d’Aquin est simple : après une brève biographie de l’auteur, une deuxième partie donne un aperçu synthétique des idées et des arguments philosophiques dans l’œuvre de Thomas. Dans la troisième partie, sont présentées treize œuvres majeures de l’auteur.