6, 7 et 8 juin 2013. Conférences et journée Incipit du Centre Pierre Abélard (Paris IV)

6 et 7 juin 2013. Conférences Pierre Abélard.

Prof. Dr. Thomas Ricklin (Ludwig-Maximilians-Universität München): Philosophes provocateurs.

1. Jeudi 6 juin, 17h-19h, Sorbonne, amphithéâtre Quinet: Volentes philosophos imitari : Jean de Galles et le défi de l’exemplarité.

2. Vendredi 7 juin, 11h-13h, Immeuble de France, S 104: Vir predicans justitiam : Dante et les lois de l’infamie.

3. Vendredi 7 juin, 16h-18h, Sorbonne, amphithéâtre Michelet: Appo li futuri viver per fama : Boccace et l’étique de la renommée.


8 juin  2013. Journée Incipit du Centre Pierre Abélard (Paris IV Sorbonne).

Sorbonne, amphithéâtre Michelet

10h00-11h00 Conférence d’ouverture: Prof. em. Dr. Peter von Moos (Heidelberger Akademie der Wissenschaften): Les païens au Paradis.

Présentations de publications récentes en histoire de la philosophie médiévale et tables rondes.

11h15-11h35 Jocelyne Sfez, Nouvelles publications sur Nicolas de Cues

11h35-12h25 Table-ronde autour des livres d’Alain Boureau, Richard de Mediavilla: Questions disputées (t. I-V), Belles Lettres, avec Julie Brumberg, Dominique Demange, Aurélien Robert

12h25-12h45 Emanuele Coccia, Présentation du livre de Sylvain Piron, Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, Belles Lettres 2012

14h-14h 15 Véronique Decaix, Présentation du livre de Jan Aertsen, Medieval Philosophy as Transcendantal Thought: from Philipp the Chancellor to Francisco Suarez, Leiden, Brill, 2012.

14h15-14h35 Jean-Baptiste Brenet, Présentation des livres Philosophical psychology in Arabic Thought and the Latin Aristotelianism of the 13th century, éd. par L. X. López Farfeat & J. Alejandro Tellkamp, Vrin, 2013, et Al-Fârâbî, Le livre du régime politique, de Philippe Vallat, Belles Lettres, 2012.

14h35-15h15 Table-ronde autour du livre de Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature, La rationalité scientifique médiévale face à l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle), Belles Lettres, 2013, avec Alain Boureau, Aurélien Robert, Sabine Rommevaux

15h15-15h30 Pause

15h30-16h15 Table-ronde autour du livre de Catherine König-Pralong et Ruedi Imbach, Le défi laïque, Vrin 2013, avec Gianluca Briguglia, Christophe Grellard, Thomas Ricklin, Irène Rosier-Catach

16h15-17h Ruedi Imbach, Épilogue

La journée sera suivie par un pot amical offert par les Éditions Vrin.

 

30 septembre – 5 octobre 2012. Ecole thématique du LEM/CNRS/EPHE

Centre VVF de Piriac-sur-Mer


QUELLE HISTOIRE POUR LA PENSÉE MÉDIÉVALE ? PHILOSOPHIE  ET HISTOIRE INTELLECTUELLE DU XIIe AU XVIIe SIÈCLE

Lundi 1er octobre

9h | J. Brumberg-Chaumont (LEM/CNRS) et A. Robert (CESR/Tours): Ouverture de l’École thématique

La philosophie naturelle à la croisée des savoirs

Comment faire l’histoire de la philosophie naturelle au Moyen Âge ? La question semble anodine, mais elle soulève en réalité de nombreux problèmes méthodologiques. La philosophie naturelle ne se constitue pas seulement comme une discipline distincte, une simple branche de la philosophie, mais elle se construit aussi dans un dialogue avec les autres disciplines. L’angle d’attaque retenu sera  ainsi celui des rapports qu’entretient la philosophie naturelle avec d’autres types de savoirs, notamment la médecine, la magie, les mathématiques et la théologie. En creux, il s’agira de comprendre les changements qui s’opèrent à l’époque moderne, lorsque la philosophie naturelle semble gagner une certaine autonomie.

10h | Irène Caiazzo (LEM/CNRS) : « Mathématique, médecine et physique élémentaire au XIIème siècle »

11h15 | Nicolas Weill-Parot (Université de Paris-Est Créteil) : « Entre philosophie naturelle, médecine et magie : la forme spécifique du Moyen Âge à la Renaissance »

14h | Joël Chandelier (Université de Paris VIII) /Aurélien Robert (CESR/CNRS) : « L’anthropologie médicale (XIIIe-XIVe s.) »

16h | Jean-Luc Solère (CNRS-Boston College): « La réfutation des indivisibles par Duns Scot et sa postérité »

 Atelier-discussion | 17h-18h30

 

Mardi 2 octobre

L’émergence des vernaculaires dans la sphère philosophique

 Existe-t-il une philosophie en dehors de l’université au Moyen Age? Si cela est le cas, quels sont les auteurs, quels sont les thèmes traités par ces auteurs qui sont en général des laïcs. Quelle est la place des laïcs dans le monde intellectuel médiéval? Les exposés et l’atelier proposeront des réponses à ces questions souvent négligées par l’historiographie traditionnelle. En même temps seront abordés certaines des questions majeures de la réflexion politique autour du rapport entre l’ordre politique et l’église.

10h | R. Imbach (Université Paris IV): « La philosophie et les laïcs au Moyen âge »

11h15 | G. Briguglia (Marie Curie EHESS): « La philosophie politique en langue vulgaire »

Atelier-discussion: Lecture des textes de philosophie politique en langue vernaculaire: Brunetto Latini, Dante, Boccace | 16h-18h30

 

Mercredi 3 octobre

Théologie, philosophie, religion

Une science de Dieu et de la révélation est-elle possible? Alors qu’Aristote a rendu cette science inaccessible en définissant la science la plus haute comme une épistémè théologikè, science que Dieu seul a de lui-même, la période médiévale voit se dessiner un double mouvement: orientation de la métaphysique vers l’être et non plus seulement vers Dieu, connaissance de Dieu par la foi. La théologie repose alors sur des prémisses de foi, ce qui pose le problème de son statut épistémologique: axiomatique? Intelligence fondée sur une évidence supérieure? Procédure dialectique? Science? Sagesse?

La connexion avec la science divine sera assurée par les théories de la subalternation: la science humaine de Dieu repose ainsi sur une participation à la science divine. Mais cette théorie sera elle-même critiquée à la fin du XIIIe s.

9h | D. Poirel (IRHT/CNRS): « Contours, méthode et autonomie d’une discipline théologique avant la naissance des universités »

10h15 | O. Boulnois (EPHE): « De la science théologique à la théologie comme science »

 11h15 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne):  « Science de la théologie et histoire de l’Église »

Atelier-discussion. Difficultés de méthode dans le maniement des textes théologiques | 14h30-17h

Jeudi 4 octobre (matin)

Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine

Ce module présente et discute quelques aspects méthodologiques aujourd’hui débattus en histoire de la philosophie médiévale. En raison de son ancrage dans la discipline philosophique – dont la pratique est relativement autonome dans le champ des sciences humaines et sociales –, l’histoire de la philosophie s’est moins intégrée que les autres disciplines historiques au nouveau champ des sciences sociales et de la culture, qui s’est constitué dès le début du XXe siècle. ‘Doctrine’ et ‘culture’ décrivent deux faces de l’objet philosophique : son contenu d’une part, ses fonctionnalités sociales et épistémiques d’autre part. Le module ‘Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine’ propose une réflexion sur l’efficience réciproque, la concurrence et l’alternance de ces deux sélecteurs historiographiques.

8h30 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne) : « Cultures confessionnelles et pouvoir des doctrines

09h15 | C. König-Pralong (Université de Fribourg, Suisse) : « Histoire de la philosophie, histoire de la réception, histoire culturelle »

10h30 | Blaise Dufal (EHESS Paris). Une anthropologie de la scolastique : à propos du mythe

11h15 | Gianluca Briguglia (EHESS Paris). Marsile de Padoue et le républicanisme du XXe siècle

12h00-12h45 | Discussion générale

Jeudi 4 octobre (après-midi) et vendredi 5 octobre (matin)

Philosophie du langage, logique et épistémologie

La session consacrée à la philosophie du langage à la logique et à l’épistémologie sera centrée sur la question de l’universalité. Nous nous interrogerons en particulier sur la relation entre grammaire universelle et logique naturelle, sur la manière dont la logique peut être universelle à la fois comme science et comme méthode de tout savoir, sur la statut du latin, sur la nature de la formalité de la logique et de la philosophie du langage médiévales. Nous suivrons l’évolution de ce questionnaire à la Renaissance et à l’époque moderne, avec l’émergence des vernaculaires dans la réflexion linguistique et philosophique, dans un contexte où le paradigme aristotélicien est mis en question.

 14h30 | J. Brumberg-Chaumont (CNRS/LEM): « Formalité vs généralité de la logique comme méthode universelle du savoir »

15h45 | L. Cesalli (CNRS/UMR 8163/Université de Genève): « Universalité–de quoi parlons-nous au juste? Quelques réflexions autour de réponses médiévales »

 16h45 | I. Rosier-Catach (CNRS/UMR7597/EPHE/): « Roger Bacon, Boèce de Dacie et Dante »

Atelier-Discussion 1 (pause café) | 17h15-19h15

Vendredi 05 octobre matin

9h | J. Maat (université d’Amsterdam): « Logic, universal grammar and universal languages in the 17th century »

10h15 | M. Pecharman (CNRS/ Maison française d’Oxford): « Rationalité du langage et théorie de la traduction à Port-Royal »

Atelier-discussion 2 | 11h15-13h

 

Conclusions de l’école thématique (14h30-16h30)

Contact: julieephe5paris@hotmail.com

9 juin 2012. Journée Incipit

Journée bibliographique et d’études médiévales organisée par le Centre Pierre Abélard (Paris IV Sorbonne) | 9h30-17h30, EPHE, Site  du 41 rue Gay Lussac, 5ème étage, salle 98


9h30-10h30 Conférence de Dorothea Weltecke (Université de Constance) L’athéisme et le doute au Moyen Age : comment traiter un problème difficile ?

10h30-10h45 Pause

10h45-12h15 Table-ronde Les émotions au Moyen Âge, animée par Damien Boquet (Aix-Marseille) et Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris)

Livres présentés et discutés: Damien Boquet et Piroska Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009 | D. Boquet et P. Nagy (dir.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence, SISMEL-Edizioni del galluzzo, Micrologus Library 34, 2010 | D. Boquet et P. Nagy (dir.), La Chair des émotions. Pratiques et représentations corporelles de l’affectivité au Moyen Âge, dossier Médiévales, 61, 2011 | Dominik Perler, Transformationen der Gefühle. Philosophische Emitionstheorien 1270-1670, Tübingen, Fischer, 2011.


14h15-15h15 Conférence de Marwan Rashed (ENS Paris) L’être et l’essence à la byzantine. Une réfutation psellienne inédite d’un traité perdu de Proclus

15h15-15h30 Pause

15h30-16h30 Table-ronde animée par Christophe Grellard (Paris I Sorbonne), avec la participation de Tiziana Suarez-Nani (Fribourg) et Jean Ceylerette (Lille), autour du livre de

Joël Biard, Science et nature, La théorie buridanienne du savoir, Paris, Vrin, 2012

16h30-17h30 Table-ronde Scolastique et antiscolastique, animée par Adriano Oliva (CNRS-Commission Léonine) et Sylvain Piron (EHESS)

Livres présentés et discutés: Catherine König-Pralong, Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle, Paris, Vrin, 2011 | Philippe Büttgen, Luther et la philosophie, Paris, Vrin, 2011.


 

Marwan Rashed, Alexandre d'Aphrodise: Commentaire perdu à la Physique d'Aristote (Livres IV-VIII), Berlin, De Gruyter, 2011
Dorothea Weltecke, "Der Narr spricht: Es ist kein Gott" Atheismus, Unglauben und Glaubenszweifel vom 12. Jahrhundert bis zur Neuzeit, Frankfurt-New York, Campus, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


7, 8 et 11 juin. Conférences Pierre Abélard

Josep E. Rubio Albarracin

Jeudi 7, vendredi 8 et lundi 11, de 16h-18h, Immeuble de France, 190 avenue de France (métro Quai de la Gare, Bus 89), salle 006

Raymond Lulle: Le langage et la raison

1. Langage et réalité: une relation problématique chez Lulle

2. La réalité comme signe. Le jeu des significations dans l’épistémologie lullienne

3. La formalisation d’un nouveau langage: la genèse de l’ARS

4. La raison contemplative, ou la contemplation rationnelle de l’Ars demonstrativa

Le Professeur Josep E. Rubio Albarracin (Université de Valencia)  a publié le traité „Ars demonstrativa“ dans la collection Raimundi Lulli Opera Latina (Turnhout 2007) et il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la philosophie de Lulle dont notamment „Les bases del pensament de Ramon Llull: els orígens de l’art lul·liana“ (Valencia 1997).

Antworten auf den Neuplatonismus. Thomas von Aquins Kommentar zum Liber de causis

Montag, 16–18 Uhr, Wintersemester 2011/2012, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg im Breisgau, KG I, HS 1224

Prof. Dr. Maarten J.F.M. Hoenen, Mario Meliadò, Silvia Negri

Thomas von Aquin wurde bereits bald nach seinem Tode als der ‚doctor communis‘ gelobt, weil er in seinem Denken verschiedene Traditionen zusammengebracht habe. Die Größe des Thomas bestehe darin, so wurde behauptet, dass er in den zahlreichen philosophischen Theorien immer das Wichtigste erkannte und für seine Verteidigung des christlichen Glaubens einsetzte. Die These, dass Thomas der Inbegriff mittelalterlichen Denkens sei, findet heute noch immer Verteidiger. Die Forschung hat jedoch aufgedeckt, dass die Situation weitaus komplizierter ist und Thomas in der Auswahl und Lektüre seiner Quelle kontroverse Positionen bezog. Das beste Beispiel für den komplexen Umgang mit der philosophischen Tradition ist sein Kommentar zum Liber de causis (1272), einer Neubearbeitung von Teilen der Elementatio Theologica von Proclus, die im 12. Jh. aus dem Arabischen ins Lateinische übersetzt wurde. Der Erfolg des Liber de causis war vor allem durch die falsche Zuschreibung an Aristoteles bedingt. Seine Rezeption erfuhr jedoch eine Wende mit dem Kommentar des Thomas von Aquin: in einer meisterhaften Exegese identifizierte dieser zum ersten Mal den Ursprung der im Liber de causis enthaltenen Lehren (Proclus). Es ist der Kommentar eines Anhängers von Aristoteles, der sich der Bedeutung, aber auch der Gefahren des neuplatonischen Werkes für den Christen bewusst ist. Im Seminar werden wir den Kommentar in seinen Hauptteilen gemeinsam lesen. Dabei gehen wir ausführlich auf den Stand der modernen Forschung ein.

Vgl. auch

8 septembre 2011. Conférence d’Adriano Oliva (Commission Léonine Paris, IRHT)

18h00-19h00, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle 035

Les sermons de Thomas d’Aquin: problèmes d’authenticité et originalité des contenus

Dans le cadre du colloque ANR Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle.

Colloque et conférence ouverts à tous.

18-21 janvier 2011. Initiation à l’édition critique: édition collective d’un texte latin du Moyen Âge

10h00-17h00. IRHT, 40, av. d’Iéna, 75116 Paris, m° Iéna / Boissière, Salle Terroine.

Séminaire-bloc. Professeur Dominique Poirel.

18-19 janv.: exposé général des méthodes de l’édition critique.

20-21 janv.: application de ces méthodes à un bref opuscule, transmis par une trentaine de manuscrits et attribué à Thomas d’Aquin, le De natura accidentis.

Ce séminaire se tient dans le cadre du projet ANR-DFG: « Thomisme et antithomisme au Moyen Âge ». Il est ouvert à tous les étudiants et chercheurs désireux d’acquérir les méthodes de l’édition critique, à partir d’un exemple bref mais suivi ensemble du début à la fin.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr

Streitliteratur und Konkordanzen. Thomas von Aquin im Kreuzverhör (1250–1650)

Albert-Ludwigs-Universität Freiburg. Wintersemester 2010-2011.

Professor Dr. Maarten J.F.M. Hoenen.

Zeit: Mo, 16–18 Uhr

Ort: KG I, HS 1228

Beginn: 18.10.2010.

Eine vernachlässigte, aber sehr aufschlussreiche Gattung von philosophischen Texten sind die so genannten Streitschriften und Konkordanzen, eine Form der literarischen Kritik, die bereits in der Antike gepflegt wurde. In diesen Schriften werden thesenartig die Auffassungen eines bekannten Philosophen dargestellt und angegriffen oder die Widersprüche in seinen Werken aufgedeckt und kommentiert. Sie liefern einen Schlüssel, um herauszufinden, was inhaltlich als neu und provokativ an den Werken eines Denkers betrachtet wurde. Ein Autor, dessen Philosophie über mehrere Jahrhunderte Gegenstand solcher Schriften war, ist Thomas von Aquin. Man stritt sich über die Interpretation seiner Werke, darüber ob die Summa theologiae oder sein Kommentar zu den Sentenzen die eigentliche Meinung des Heiligen Lehrers darstellte. Daneben gab es Kritik am Gesamtentwurf seiner Werke, vor allem wurde beanstandet, dass er in der Philosophie Aristoteles statt Augustinus den Vortritt gelassen hatte und Aristoteles nach Maßstäben des christlichen Glaubens deutete.

Weitere Informationen hier.

Initiation à la paléographie des textes philosophiques et théologiques, du IXe au XVe siècle

Lundi 17h-18h, à partir du 17 janvier 2011: bâtiment Le France, 190, avenue de France, 75013 Paris.


Prof. Dominique Poirel.

L’objectif est de se familiariser de manière progressive avec la lecture des manuscrits médiévaux d’auteurs spéculatifs, dans le but de transcrire ou éditer les textes philosophiques et théologiques du Moyen Âge.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr

Lire et se former au XIIe siècle: le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor

Lundi 15h-17h, dès le 17 janvier 2011: bâtiment Le France, 190, avenue de France, 75013 Paris.

Séminaire de l’EPHE. Prof. Dominique Poirel.

Le Didascalicon est aujourd’hui l’œuvre la plus souvent citée d’Hugues de Saint-Victor († 1141). À juste titre : ce manuel original et foisonnant, transmis au Moyen Âge par plus de cent manuscrits, a répandu dans l’Europe occidentale quelques thèmes essentiels de la « Renaissance du xiie siècle » :  nécessité pour chacun de s’instruire selon ses forces ; complémentarité des études profanes et sacrées ; utilité de chaque tous les savoir, y compris techniques ; besoin d’organiser les connaissances en une culture générale qui soit en même temps une sagesse chrétienne ; importance non seulement d’apprendre, mais de bien apprendre, grâce à une méthode et une éthique de la connaissance. Bref, l’unité, l’utilité et les modalités d’un savoir joyeux et confiant.

Souvent cité par extraits, le Didascalicon n’a que très peu été étudié comme un tout ; le succès de ses morceaux choisis a comme éclipsé la compréhension de sa visée globale. Quelle est donc l’unité de cet ouvrage singulier, complexe et labyrinthique ? C’est ce que nous examinerons ensemble, en recueillant les indices semés au fil du texte. Le but ne sera pas seulement de comprendre en profondeur un texte majeur du xiie siècle, mais encore d’entrer dans la forma mentis de son auteur et de découvrir les procédés qui fondent sa méthode intellectuelle. Puisque, selon son sous-titre (De studio legendi), le Didascalicon traite de la lecture, nous étudierons aussi comment cet « art de lire » peut nous aider à renouveler notre propre lecture et compréhension des œuvres préscolastiques, dans lesquelles bien souvent s’affrontent plusieurs modes concurrents de rationalité.

Ce séminaire se tient en lien avec celui de Julie Brumberg-Chaumont: « Initiation à la sémantique et à la logique médiévales » (même jour et même lieu, 13 h. à 15 h.). De part et d’autre il s’agit en effet d’étudier deux modes différents et complémentaires de rationalité au Moyen Âge: l’un, démonstratif, hérité de la tradition aristotélicienne; l’autre, interprétatif, façonné par la tradition patristique et monastique. Par cette double enquête, on souhaite esquisser une histoire globale des méthodes intellectuelles au Moyen Âge.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr


19 mai 2012. Catherine König-Pralong, Ruedi Imbach

9h30-12h30, Université Paris IV Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, salle des Actes, 75005 Paris

A.-F. Boureau-Deslandes

Le Moyen Âge philosophique des historiens modernes en France

Le Moyen Âge de nos histoires de la philosophie naît sous la plume des historiens de la philosophie des XVIIIe et XIXe siècles. L’histoire se constitue en science dès le XVIIIe siècle. Avec sa consœur la philologie, la discipline historique domine le monde universitaire des sciences de l’homme au XIXe siècle. Dans ce contexte institutionnel et intellectuel, la discipline philosophique réaffirme sa place en se constituant une histoire, une histoire « critique » parce que philosophique. Des philosophes de métier, qui sont souvent des enseignants, redéfinissent progressivement les fins et les contours de leur discipline conformément aux nouveaux standards et enjeux scientifiques. Les pratiques scientifiques sont désormais sécularisées et la nouvelle université – humboldtienne et napoléonienne – programme un exercice conjoint de l’enseignement et de la recherche.

La première histoire critique de la philosophie écrite en langue française est publiée en 1737 par André-François

J.-M. Degérando

Boureau-Deslandes, un homme du monde et philosophe matérialiste. De Boureau-Deslandes à l’Histoire de la philosophie scolastique de Barthélémy Hauréau (publiée entre 1863 et 1880), l’écriture de l’histoire de la philosophie se spécialise et se professionnalise, notamment dans l’université avec Victor Cousin. La philosophie médiévale gagne en consistance. Cet essor de l’histoire de la philosophie médiévale va de pair avec l’édition de nouvelles sources, arabes et latines. Au XIXe siècle, les échanges avec le monde scientifique allemand s’intensifient et des débats naissent de part et d’autre du Rhin.

Victor Cousin

La journée d’études du 19 mai propose un parcours (parmi d’autres trajectoires possibles) dans l’historiographie française moderne entre 1737 et 1880. Nous observerons comment, mus par quels intérêts et dans quelles fins, les historiens de la philosophie ont sélectionné dans le matériau textuel des sources médiévales et des doxographies antérieures de quoi donner à la philosophie du Moyen Âge son visage moderne. Deux thèmes guideront nos lectures : les intérêts nationaux à l’œuvre dans l’écriture de l’histoire de la philosophie et un débat qui connaît une grande virulence après 1800, la question du rôle de la culture arabe dans l’histoire de la pensée philosophique « occidentale ».

Les dossiers de textes peuvent être obtenus par avance en écrivant à koenigpralong@gmail.com

Les transcendantaux chez Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg

Université Paris IV-Sorbonne, UFR de philosophie et de sociologie.

Prof. Ruedi Imbach

MASTER 2 (1er et 2nd semestre 2010-2011), Séminaire de philosophie médiévale

Deux théories médiévales sur les catégories et les transcendantaux: Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg

La doctrine des transcendantaux (un, vrai, bien) est incontestablement l’un des acquis les plus originaux de la métaphysique médiévale. Quel est le rapport de cette  théorie qui tente d’identifier les déterminations générales de l’étant avec la division de l’étant que propose l’analyse catégoriale ? De quelle manière convient-il de concevoir la relation de l’intellect avec les catégories et les transcendantaux ? Découverte, déduction ou constitution ?

L’analyse minutieuse de certains textes fondamentaux de l’ontologie thomasienne (De veritate 1, 1 ; 21, 1 ; De potentia 9, 4)  et de trois traités de Dietrich (De origine rerum praedicamentalium, De accidentibus, De natura contrariorum) visera la clarification de ces questions dont la signification pour la genèse de la philosophie transcendantale moderne n’est pas négligeable.

R.I.

Détail sur la page du Master Spécialité « Histoire de la philosophie » de l’Université Paris IV-Sorbonne ou sur le site du Centre Pierre Abélard

4 décembre 2010. Journée Thomas d’Aquin. Thomismes médiévaux

Sous la direction d’Adriano Oliva et Ruedi Imbach.

Centre SAULCHOIR, salle « Dumont », Centre ISTINA
45 rue de la Glacière – 75013 Paris.

9h30 Accueil
10h Serge-Thomas BONINO (Toulouse)
Le thomisme en France au XIVe siècle :
autour d’Armand de Belvézer
11h30 Fabrizio AMERINI (Parme)
Le thomisme en Italie au XIVe siècle :
d’Hervé de Nédellec à François de Prato

14h15 Ruedi IMBACH – Adriano OLIVA (Paris)
« Libros volvo multum lego /me, ut possum, mente rego »
(Rémy des Girolami)
Hommage au Père Emilio Panella O.P.,
historien de l’Ordre dominicain et du thomisme médiéval
15h Catherine KÖNIG-PRALONG (Fribourg, CH)
Paysage thomiste : Teutonia / Saxonia, au début du XIVe siècle.
Présentation d’une publication
15h45 G. BERCEVILLE, M. BORGO, I. COSTA,
R. IMBACH, A. OLIVA

Présentation de quelques ouvrages de philosophie et de
théologie médiévales.