Autour de la nature de l’accident

Actes du colloque THOM Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle tenu à l’Université Paris IV-Sorbonne les 8 et 9 septembre 2011.



Serge-Thomas Bonino | Autour du De natura accidentis: Présentation | p. 5-8

Ruedi Imbach et Catherine König-Pralong | Aristote au Latran: Eucharistie et philosophie selon Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg | p. 9-30

Silvia Donati | La doctrine de l’analogie de l’être dans la tradition des commentaires de la Physique: Quelques modèles interprétatifs (commentaires de la Faculté des arts, autour de 1250-1300) | p. 31-60

Alessandra Beccarisi | Le traité bâlois De natura accidentis: Entre thomisme et antithomisme | p. 61-78

Julie Casteigt | Reduplicatio excludit omne alienum a termino: Accident et qualité redupliquée à partir de l’article 13 d’Eckhart condamné dans la bulle pontificale In agro dominico | p. 79-102

Dominique Demange | Accidents et relations non convertibles selon Thomas d’Aquin, Pierre Olivi et Jean Duns Scot | p. 103-120

Serge-Thomas Bonino | Le statut ontologique de l’accident selon Thomas de Sutton | p. 121-156

Jean-Luc Solère | Les variations qualitatives dans les théories post-thomistes | p. 157-204

Joël Biard | Comment définir un accident? Le double statut de l’accidentalité selon Buridan et ses conséquences sur la théorie de la définition | p. 205-230.

Zwei neue Studien über den Universalienstreit im 15. Jahrhundert

Im letzten Heft der Recherches de Théologie et Philosophie médiévales werden zwei Studien des deutschen Teams THOM veröffentlicht, die den Universalienstreit im 15. Jahrhundert betreffen.


Mario MELIADÒ, Scientia peripateticorum. Heymericus de Campo, the Book of Causes, and the Debate over Universals in the Fifteenth Century, RTPM, 2012, 79, 195-230.

Abstract :
The fifteenth-century debate between Albertists and Thomists centered on the elaboration of two alternative models of Peripatetic science, within which the question of universals took on an architectonic function. The present article analyzes the anti-Thomistic position of the Albertist Heymericus de Campo († 1460) and aims to reconstruct the sources as well as the metaphysical assumptions lying behind it. The article shows that the major differences with the rival school originated in Heymericus’ having incorporated within the Peripatetic science the causal paradigm defined by the notion of fluxus. This notion was drawn by Heymericus from the pseudo-Aristotelian Liber de causis as interpreted by Albert. The Book of Causes not only provided Heymericus with the metaphysical foundation for solving the problem of universals, but also represented the main authority legitimizing the inclusion of the doctrine of the flux into the Aristotelian canon. An Appendix offers the edition of Heymericus’ short commentary on the Liber de causis, contained in his Questiones supra libros philosophie Aristotelis (Cod. Cus. 106, ff. 53v-54r).

Silvia NEGRI, The Traps of Realism. The Debate over Universals in the Fifteenth Century and the Thomists of Cologne, RTPM, 2012, 79, 231-265.

Abstract :
Fifteenth-century Thomists were deeply involved in the debate over the nature and mode of universals, which was at the core of the so-called Wegestreit in the late Middle Ages. Their solutions were intended to fill some theoretical gaps left by Thomas Aquinas, who, although he touched on the theme in his work, did not leave a systematic treatment of the topic. This paper investigates the opinions of the major Thomist masters of Cologne as found in their Commentaries on the De ente et essentia and in other sources. It aims to bring into focus the strategies by which those masters ‘canonized’ Aquinas’s doctrine, developing their own views in the process and differentiating them from the views of their institutional rivals.

 

über den Universalienstreit

Dietrich de Freiberg. Œuvres choisies II. La vision béatifique

Bilingue, Traduction et introduction de Anne-Sophie Robin Fabre, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2012. 384 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2436-2

Dans ce traité de la fin du XIIIe siècle, le dominicain allemand veut résoudre de manière strictement philosophique le problème traditionnel de la vision béatifique. Cette démarche radicale qui, à elle seule, mériterait déjà d’attirer la curiosité scientifique n’épuise cependant pas tout le potentiel d’intérêt historique que recèle le De visione beatifica. Lorsque, dès les premières lignes, l’auteur prétend que, quand ils parlent de l’intellect agent les philosophes péripatéticiens visent ce qu’Augustin entendait en parlant du « fond secret » de l’esprit (abditum mentis), le lecteur se rend immédiatement compte que les catégories historiographiques traditionnelles vont être mises en crise. Si, de plus, on tient compte du rôle que joue Averroès dans l’ensemble de l’oeuvre du dominicain, la conclusion s’impose : on va devoir réviser la taxinomie des écoles philosophiques médiévales, si l’on veut la situer dans une histoire de la réception de la philosophie antique et arabe.
Collection bilingue sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera.

Science et nature au Moyen Âge: deux publications récentes

Joël Biard, Science et nature. La théorie buridanienne du savoir, Paris, Vrin, 2012.
Collection « Études de Philosophie Médiévale » XCIX, 978-2-7116-2384-6, 404 p., 16 × 24 cm, 35 €.

La notion médiévale de scientia comporte une multiplicité de dimensions : disposition de l’esprit qui accorde un assentiment justifié à des propositions, discours organisé qui doit être analysé du point de vue des critères sémantiques et des modalités argumentatives, encyclopédie des disciplines profanes ou sacrées.
Cet ouvrage étudie systématiquement la théorie buridanienne de la science, la diversité de ses sens, l’étagement de ses degrés de certitude depuis la connaissance du contingent jusqu’aux formes les plus rigoureuses du savoir démonstratif, ainsi que la diversité de ses rationalismes régionaux. Avec Jean Buridan (né entre 1295 et 1300, mort en 1361), la science est solidement ancrée dans le monde de la nature et des hommes, et se déploie en un réseau des savoirs qui surgissent et se développent dans le cadre du cours naturel du monde, dessinant le champ autonome de la philosophie.


 

Joël Biard & Sabine Rommevaux (eds.), La nature et le vide dans la physique médiévale. Études dédiées à Edward Grant, Turnhout, Breopls, Studia Artistarum 32, 2012.

437 p., 4 b/w ill., 156 x 234 mm, 2012, ISBN: 978-2-503-54476-2, Languages: French, English

Table des matières

Joël Biard et Sabine Rommevaux : Avant-Propos
David C. Lindberg : Homage to Edward Grant

A) Parcours transversaux
Nicolas Weill-Parot : Retour sur « l’horreur du vide » : les origines de la « nature universelle » dans la physique médiévale et ses significations (xiiie‑xvie siècles)
Rega Wood : What Price the Horror vacui ? Insterstitial Vacua and Aristotelian Science
Appendix : Relationship between Roger Bacon and Richard Rufus
Aurélien Robert : Le lieu, le vide et l’espace chez quelques atomistes du xive siècle

B) Le vide dans le monde arabe
Jean Celeyrette : Le vide chez Avicenne
John Walbridge : Illuminationists, Place and the Void
Cristina Cerami : Mélange, minima naturalia et croissance animale dans le Commentaire moyen d’Averroès au De generatione et corruptione, I, 5

C) Le vide chez quelques auteurs du xiiie siècle
Henryk Anzulewicz : Albert the Great on Void. Some Remarks
Joan Cadden : Albertus Magnus on Vacua in the Living Body
Cesare Musatti : The Extracosmic Void in an Anonymous Commentary on De caelo (MS. Paris, Bibl. nat. Lat. 16 160)
Appendix 1 : Anonymus, Questiones supra librum De celo et mundo, I, qu. 23, « Utrum extra celum sit aliquod vacuum ? »
Appendix 2 : Petrus de Alvernia (?), Questiones super libros De celo et mundo, I qu. 32
Appendix 3 : Petrus de Alvenia, Questiones supra librum De caelo et mundo, I, qu. 29

D) Le vide du xive au xvie siècle
Edmond Mazet : Le vide dans les Questiones de motu de Richard Kilvington
Stefan Kischner : Nicole Oresme on the Void in His Commentary on Aristotle’s Physics
Joël Biard : Signification et statut du concept de vide selon Albert de Saxe et Jean Buridan
Sabine Rommevaux : Le vide secundum naturam dans les Questions sur la Physique de Blaise de Parme
Annexe : Blaise de Parme, Questions sur la Physique, IV, qu. 4 et qu. 5, édition critique et traduction par Joël Biard et Sabine Rommevaux
Stefano Caroti : De Pierre de Padoue à Augustinus Niphus : la discussion sur le vide dans quelques auteurs italiens (xive-xvie siècle)

Bibliographie
Index nominum