Autour de la nature de l’accident

Actes du colloque THOM Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle tenu à l’Université Paris IV-Sorbonne les 8 et 9 septembre 2011.



Serge-Thomas Bonino | Autour du De natura accidentis: Présentation | p. 5-8

Ruedi Imbach et Catherine König-Pralong | Aristote au Latran: Eucharistie et philosophie selon Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg | p. 9-30

Silvia Donati | La doctrine de l’analogie de l’être dans la tradition des commentaires de la Physique: Quelques modèles interprétatifs (commentaires de la Faculté des arts, autour de 1250-1300) | p. 31-60

Alessandra Beccarisi | Le traité bâlois De natura accidentis: Entre thomisme et antithomisme | p. 61-78

Julie Casteigt | Reduplicatio excludit omne alienum a termino: Accident et qualité redupliquée à partir de l’article 13 d’Eckhart condamné dans la bulle pontificale In agro dominico | p. 79-102

Dominique Demange | Accidents et relations non convertibles selon Thomas d’Aquin, Pierre Olivi et Jean Duns Scot | p. 103-120

Serge-Thomas Bonino | Le statut ontologique de l’accident selon Thomas de Sutton | p. 121-156

Jean-Luc Solère | Les variations qualitatives dans les théories post-thomistes | p. 157-204

Joël Biard | Comment définir un accident? Le double statut de l’accidentalité selon Buridan et ses conséquences sur la théorie de la définition | p. 205-230.

Zwei neue Studien über den Universalienstreit im 15. Jahrhundert

Im letzten Heft der Recherches de Théologie et Philosophie médiévales werden zwei Studien des deutschen Teams THOM veröffentlicht, die den Universalienstreit im 15. Jahrhundert betreffen.


Mario MELIADÒ, Scientia peripateticorum. Heymericus de Campo, the Book of Causes, and the Debate over Universals in the Fifteenth Century, RTPM, 2012, 79, 195-230.

Abstract :
The fifteenth-century debate between Albertists and Thomists centered on the elaboration of two alternative models of Peripatetic science, within which the question of universals took on an architectonic function. The present article analyzes the anti-Thomistic position of the Albertist Heymericus de Campo († 1460) and aims to reconstruct the sources as well as the metaphysical assumptions lying behind it. The article shows that the major differences with the rival school originated in Heymericus’ having incorporated within the Peripatetic science the causal paradigm defined by the notion of fluxus. This notion was drawn by Heymericus from the pseudo-Aristotelian Liber de causis as interpreted by Albert. The Book of Causes not only provided Heymericus with the metaphysical foundation for solving the problem of universals, but also represented the main authority legitimizing the inclusion of the doctrine of the flux into the Aristotelian canon. An Appendix offers the edition of Heymericus’ short commentary on the Liber de causis, contained in his Questiones supra libros philosophie Aristotelis (Cod. Cus. 106, ff. 53v-54r).

Silvia NEGRI, The Traps of Realism. The Debate over Universals in the Fifteenth Century and the Thomists of Cologne, RTPM, 2012, 79, 231-265.

Abstract :
Fifteenth-century Thomists were deeply involved in the debate over the nature and mode of universals, which was at the core of the so-called Wegestreit in the late Middle Ages. Their solutions were intended to fill some theoretical gaps left by Thomas Aquinas, who, although he touched on the theme in his work, did not leave a systematic treatment of the topic. This paper investigates the opinions of the major Thomist masters of Cologne as found in their Commentaries on the De ente et essentia and in other sources. It aims to bring into focus the strategies by which those masters ‘canonized’ Aquinas’s doctrine, developing their own views in the process and differentiating them from the views of their institutional rivals.

 

über den Universalienstreit

Le premier commentaire cistercien sur les Sentences de Pierre Lombard par Humbert de Preuilly (†1298)

Article de Monica Brinzei paru dans le Bulletin de philosophie médiévale, 53, 2011, p. 81-148. Cette recherche, réalisée dans le cadre du projet THOM, prélude à l’édition du Commentaire de la Métaphysique de Humbert de Preuilly, par Nikolaus Wicki et Monica Brinzei.

Abstract

The Cistercian Humbert de Preuilly (†1298) played an important role as an early intellectual guide for the members of his Order. He delivered his lectures on the Sentences at Paris around 1290, from which we have the first Cistercian commentary on the Sentences in the form of Conclusiones that summarize the views of Giles of Rome in Book I and of Thomas Aquinas in Books II-IV. Preserved in some 46 manuscripts, Humbert’s Conclusiones super librum Sententiarum clearly served as an introduction to systematic theology for the White Monks. This article presents a new catalogue of manuscripts, a transcription of the Prologue and the tabula questionum.

Dietrich de Freiberg. Œuvres choisies II. La vision béatifique

Bilingue, Traduction et introduction de Anne-Sophie Robin Fabre, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2012. 384 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2436-2

Dans ce traité de la fin du XIIIe siècle, le dominicain allemand veut résoudre de manière strictement philosophique le problème traditionnel de la vision béatifique. Cette démarche radicale qui, à elle seule, mériterait déjà d’attirer la curiosité scientifique n’épuise cependant pas tout le potentiel d’intérêt historique que recèle le De visione beatifica. Lorsque, dès les premières lignes, l’auteur prétend que, quand ils parlent de l’intellect agent les philosophes péripatéticiens visent ce qu’Augustin entendait en parlant du « fond secret » de l’esprit (abditum mentis), le lecteur se rend immédiatement compte que les catégories historiographiques traditionnelles vont être mises en crise. Si, de plus, on tient compte du rôle que joue Averroès dans l’ensemble de l’oeuvre du dominicain, la conclusion s’impose : on va devoir réviser la taxinomie des écoles philosophiques médiévales, si l’on veut la situer dans une histoire de la réception de la philosophie antique et arabe.
Collection bilingue sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera.

Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhunderts

Mario Meliadò, Silvia Negri

« Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhunderts. Der Magister Lambertus de Monte und die Handschrift Brussel, Koninklijke Bibliotheek, ms. 760 », Bulletin de philosophie médiévale, 53, 2011, S. 349-384.

Abstract

Past and recent historiography on the fifteenth-century Wegestreit described early Parisian Albertism as an intellectual trend internal to the Arts Faculty and almost exclusively identified with the figure of Johannes de Nova Domo. Although historical documents hinted at the existence of a more established school, no further evidence could be provided. In this contribution we focus on the manuscript Brussel, Koninklijke Bibliotheek van België, ms. 760, which contains a commentary to the Sentences given at Paris by Lambertus de Monte, albertista magnus, around 1423. This previously unnoticed source turns out to be the first important witness of the presence of Albertism in the Faculty of Theology at Paris, and testifies to a significant reception and development of the ideas of Johannes de Nova Domo. Moreover, the manuscript evinces an interesting constellation of marginalia, some of which bear traces of unknown works of the Albertist Heymericus de Campo. The article aims to present the source from a textual and material perspective, insofar as it investigates also some peculiar aspects of the history of the manuscript. The codex came from the Augustinian Canons’ Convent of Korsendonk, where it was partially copied, as we discovered, by the erudite Johannes de Meehrout.

Publications en philosophie médiévale. 2011

Pour l’année 2011-2012, il n’a pas été possible d’établir une bibliographie des travaux en histoire de la philosophie médiévale dans le contexte de l’organisation de la journée Incipit 2012 du Centre Pierre Abélard. On pourra cependant se référer à deux entreprises du même ordre: celle d’Alessandro Pertosa de l’Université de Macerata et la liste des publications récentes établie et actualisée par Irene Zavattero pour le site Philosophia Medii Aevi.

Science et nature au Moyen Âge: deux publications récentes

Joël Biard, Science et nature. La théorie buridanienne du savoir, Paris, Vrin, 2012.
Collection « Études de Philosophie Médiévale » XCIX, 978-2-7116-2384-6, 404 p., 16 × 24 cm, 35 €.

La notion médiévale de scientia comporte une multiplicité de dimensions : disposition de l’esprit qui accorde un assentiment justifié à des propositions, discours organisé qui doit être analysé du point de vue des critères sémantiques et des modalités argumentatives, encyclopédie des disciplines profanes ou sacrées.
Cet ouvrage étudie systématiquement la théorie buridanienne de la science, la diversité de ses sens, l’étagement de ses degrés de certitude depuis la connaissance du contingent jusqu’aux formes les plus rigoureuses du savoir démonstratif, ainsi que la diversité de ses rationalismes régionaux. Avec Jean Buridan (né entre 1295 et 1300, mort en 1361), la science est solidement ancrée dans le monde de la nature et des hommes, et se déploie en un réseau des savoirs qui surgissent et se développent dans le cadre du cours naturel du monde, dessinant le champ autonome de la philosophie.


 

Joël Biard & Sabine Rommevaux (eds.), La nature et le vide dans la physique médiévale. Études dédiées à Edward Grant, Turnhout, Breopls, Studia Artistarum 32, 2012.

437 p., 4 b/w ill., 156 x 234 mm, 2012, ISBN: 978-2-503-54476-2, Languages: French, English

Table des matières

Joël Biard et Sabine Rommevaux : Avant-Propos
David C. Lindberg : Homage to Edward Grant

A) Parcours transversaux
Nicolas Weill-Parot : Retour sur « l’horreur du vide » : les origines de la « nature universelle » dans la physique médiévale et ses significations (xiiie‑xvie siècles)
Rega Wood : What Price the Horror vacui ? Insterstitial Vacua and Aristotelian Science
Appendix : Relationship between Roger Bacon and Richard Rufus
Aurélien Robert : Le lieu, le vide et l’espace chez quelques atomistes du xive siècle

B) Le vide dans le monde arabe
Jean Celeyrette : Le vide chez Avicenne
John Walbridge : Illuminationists, Place and the Void
Cristina Cerami : Mélange, minima naturalia et croissance animale dans le Commentaire moyen d’Averroès au De generatione et corruptione, I, 5

C) Le vide chez quelques auteurs du xiiie siècle
Henryk Anzulewicz : Albert the Great on Void. Some Remarks
Joan Cadden : Albertus Magnus on Vacua in the Living Body
Cesare Musatti : The Extracosmic Void in an Anonymous Commentary on De caelo (MS. Paris, Bibl. nat. Lat. 16 160)
Appendix 1 : Anonymus, Questiones supra librum De celo et mundo, I, qu. 23, « Utrum extra celum sit aliquod vacuum ? »
Appendix 2 : Petrus de Alvernia (?), Questiones super libros De celo et mundo, I qu. 32
Appendix 3 : Petrus de Alvenia, Questiones supra librum De caelo et mundo, I, qu. 29

D) Le vide du xive au xvie siècle
Edmond Mazet : Le vide dans les Questiones de motu de Richard Kilvington
Stefan Kischner : Nicole Oresme on the Void in His Commentary on Aristotle’s Physics
Joël Biard : Signification et statut du concept de vide selon Albert de Saxe et Jean Buridan
Sabine Rommevaux : Le vide secundum naturam dans les Questions sur la Physique de Blaise de Parme
Annexe : Blaise de Parme, Questions sur la Physique, IV, qu. 4 et qu. 5, édition critique et traduction par Joël Biard et Sabine Rommevaux
Stefano Caroti : De Pierre de Padoue à Augustinus Niphus : la discussion sur le vide dans quelques auteurs italiens (xive-xvie siècle)

Bibliographie
Index nominum

L’antichità classica nel pensiero medievale

Im Rahmen der deutschen Arbeitsprojekte sind neulich zwei Aufsätze erschienen:


Mario Meliadò, «La teologia delle scuole filosofiche antiche: Eimerico di Campo e la dossografia del “Centheologicon”», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 385-412.

Silvia Negri, «La quaestio „De salvatione Aristotelis“ del tomista Lamberto di Monte», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 413-440.

Der Sammelband L’antichità classica nel pensiero medievale enthält ausserdem Aufsätze von N. Bray, G. Briguglia, G. Fioravanti, F. Forte, G. Gambale, G. C. Garfagnini, A. Palazzo, C. Panti, L. Parisoli, G. Piaia, D. Quaglioni, T. Ricklin, A. Rodolfi, F. Siri, C. Steel, M. Trizio. L. Tromboni, L. Valente.


Beschreibung des Herausgebers:

Il patrimonio della cultura classica, nei suoi molteplici aspetti (dalla filosofia agli auctores letterari, dal diritto alla mitologia, ecc.), ha alimentato, tra «continuità» e «rinascite», in forme varie e differenziate a seconda dei luoghi e dei tempi, delle discipline e degli autori, l’universo intellettuale del Medioevo, al punto che ricostruire le fortune dell’«Antichità classica nel pensiero medievale» significa di fatto tracciare le vicende del sapere medievale. Questo è stato l’argomento del XIX convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale (SISPM) i cui atti vengono pubblicati in questo volume.
La raccolta di saggi offre uno spaccato della sopravvivenza della cultura classica nel Medioevo, esaminando una grande varietà di questioni, di autori, di fonti e di generi letterari, toccando ambiti storico-culturali differenti, adottando numerose prospettive metodologiche e proposte teoriche. Seppur prevalenti, filosofia e teologia non sono le uniche discipline rappresentate nel volume, che ha anzi tra i suoi caratteri distintivi l’apertura multidisciplinare: accanto a contributi di contenuto filosofico e teologico, infatti, ve ne sono altri nei quali viene indagata la ricezione di componenti del patrimonio culturale classico quali la mitologia, la poesia e il diritto romano, nei quali i protagonisti del confronto con l’Antichità classica non sono i filosofi o i teologi, bensì i letterati e i giuristi medievali.

Etudes sur le premier siècle de l’averroïsme latin. Approches et textes inédits

Dragos Calma, Études sur le premier siècle de l’averroïsme latin. Approches et textes inédits, Turnhout, Brepols, Studia artistarum, 2011.

387 p., 4 b/w ill. + 1 colour ill., 156 x 234 mm, 2011
ISBN: 978-2-503-54291-1
Languages: French, Latin

Ce livre est consacré aux auteurs qui ont repris la pensée d’Averroès dans le monde latin entre 1250 et 1350. De nouvelles remarques sur la polysémie du terme averroista précèdent les grands thèmes abordés : le retour numériquement identique au corps corrompu, le rapport entre matière et puissance, la nécessité et la contingence, l’intellect agent et possible. Des manuscrits et des textes inédits jusqu’à ce jour sont au coeur des discussions qui apportent la preuve que des doctrines puisées dans l’œuvre d’Averroès circulaient entre les Universités de Paris, Oxford, Bologne et Padoue. Sans prétendre aborder tous les aspects de l’averroïsme latin de cette période, le livre reprend sur nouveaux frais des questions considérées comme résolues et propose de nouvelles perspectives de recherche.

Pour commander cliquer ici.

Lire le monde au Moyen Âge: signe, symbole et corporéité

Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, 95/2, 2011, 328 p., 28 €. ISBN : 978-2-7116-995-7

Actes du colloque des 8 et 9 janvier 2009, Institut Catholique de Paris, Faculté de philosophie. 

SOMMAIRE

E. Falque. — Présentation (211)

O. Boulnois. — La théologie symbolique face à la théologie comme science (217)

V. Giraud. — Signum et vestigium dans la pensée de saint Augustin (251)

P. Calixto Ferreira Filho. — Symbolisme et métonymies du sensible au divin chez Denys l’Aéropagite (275)

Ph. Richard. — « De ma chair, je verrai Dieu ». Relecture contemporaine d’un texte carolingien sur la vision béatifique (287)

P. Turpin. — Querelle eucharistique et épaisseur du sensible : Bérenger et Lanfranc (303)

J. Leclercq. — Voir le monde par les affects : Bernard de Clairvaux et la voie monastique (323)

Ch. Trottmann. — Isaac de l’Étoile lecteur du livre de la nature (343)

D. Poirel. — Lire l’univers visible : le sens d’une métaphore chez Hugues de Saint-Victor (363)

E. Falque. — Le geste et la parole chez Hugues de Saint-Victor : l’Institution des novices (383)

L. Solignac. — De la théologie symbolique comme bon usage du sensible chez saint Bonaventure (413)

BULLETINS

G. Berceville, M. Borgo, I. Costa, A. Oliva. — Bulletin d’histoire des doctrines médiévales (429)

J.-P. Jossua. — Bulletin de théologie littéraire (473)

RECENSION DES REVUES (505)

Notices bibliographiques (531)

Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach

I. ATUCHA, D. CALMA, C. KÖNIG-PRALONG, I. ZAVATTERO (éds), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto, F.I.D.E.M., 2011, 797 p., ISBN: 978-2-503-53528-9, 75 EUR.

Academicus Adnichilatio Adunque Alietas Alto mare aperto Anima Animal Anonyme Antithomisme Anthropopoios Artificialis Atheism Aytoc Beatitudo Bild Certitudo Civilitas Conclusio Coniunctio Curiositas Discretio Distinctio Dolor Eruditio Essentiae Eutrapelia Fascinatio Felicitas Figmentum Hylémorphisme Imago Dei Individuum vagum Inhabitatio Intellectus practicus Kalokagathia Lassitudo Libertas indifferentiae Magie Maneries Manuductio Modi rerum Monopsychite Nuditas Obstinatio Obumbratio Parrhesia Parva logicalia Pater Philocaptus Philosopha Pila argentea Plagium Praedicabilis Principium pure possibile Propositio in re Proverbe Recreatio Res a reor reris Résistance Reverentia Sacrificium intellectus Sein Sermo Societas Substantia Symbole Syndérèse Tino-logia Verificativum Vernünfticheit… et plus encore

Ce livre est à  la fois un lexique, un portrait et un hommage. Un lexique historique et historiographique qui met en série des études courtes consacrées à des notions négligées, marginales ou encore mal définies de la philosophie ou, plus largement, de la pensée médiévale. Un lexique dont chaque article dessine les traits, en creux, de celui qui a souvent attiré l’attention des chercheurs sur des objets marginaux ou négligés par l’historiographie, en multipliant les approches thématiques et en plaidant pour un plus grand pluralisme méthodologique. Un portrait pointilliste de Ruedi Imbach et un hommage, en somme, sous forme de défense et illustration.

Le volume comprend des contributions de: Jan A. Aertsen, Etienne Anheim, Henryk Anzulewicz, Iñigo Atucha, Alessandra Beccarisi, Luca Bianchi, Joël Biard, Magdalena Bieniak, S.-Th. Bonino, Bruno-Marie Borde, Olivier Boulnois, Alain Boureau, Alexander Brungs, Philippe Büttgen, Dragos Calma, Monica Calma, Stefano Caroti, Delphine Carron, Julie Casteigt, Laurent Cesalli, Grellard Christophe, Stephen Chung, Emanuele Coccia, Valérie Cordonier, Iacopo Costa, J.-F. Courtine, Gilbert Dahan, Alain de Libera,  Dominique Poirel, Mary E. Ingham, Gianfranco Fioravanti, Kurt Flasch, Frédéric Gabriel, Anto Gavric, Barbara Hallensleben, Maarten Hoenen, Tobias Hoffmann, Iribarren Isabel, Zénon Kaluza, Theo Kobusch, Catherine König-Pralong, Alfonso Maierù, John Marenbon, Burkhart Mojsisch, Dominic O’Meara, Jürgen  Miethke, Adriano Oliva, Gianfranco Pellegrino, Dominik Perler, Sylvain Piron, Olaf Pluta, Pasquale Porro, François-Xavier Putallaz, Francis Python, Dominguez Reboiras Fernando, Thomas Ricklin, Aurélien Robert, Andrea Robiglio, Anne–Sophie Robin, Irène Rosier-Catach, Jacob Schmutz, Peter Schulthess, Philibert Secrétan, Loris Sturlese, Tiziana Suarez-Nani, Christian Trottmann, Luisa Valente, Anca Vasiliu, Guido Vergauwen, Ubaldo Villani-Lubelli, Peter Von Moos, Olga Weijers, Irene Zavattero.

Commande sur le site de Brepols Publishers.

Maître Eckhart. Philosophe du christianisme

Kurt Flasch, Maître Eckhart. Philosophe du christianisme, traduit de l’allemand par Catherine König-Pralong, Paris, Vrin (bibliothèque des philosophies), 2011, 336 p. ISBN : 978-2-7116-2336-5

Aujourd’hui encore, Maître Eckhart (vers 1260-1328) fascine par la singularité de sa pensée et la puissance de sa langue. Kurt Flasch livre ici une nouvelle interprétation de la vie et de l’enseignement d’Eckhart, philosophe et théologien dont il a fréquenté la pensée durant soixante ans. La recherche de ces dernières décennies a modifié l’image de Maître Eckhart. Ce livre tente un bilan. Il introduit à la pensée d’Eckhart, il invite à lire ses écrits et à penser ses propositions. De manière claire et concise, Kurt Flasch étudie les différentes oeuvres d’Eckhart une à une. Il reconstruit leur contexte biographique et historique, ainsi que le monde intellectuel d’où venait Eckhart et vis-à-vis duquel il se positionnait. Paris, Erfurt, Strasbourg et Cologne apparaissent comme les lieux de l’activité intellectuelle d’Eckhart. Les soupçons et les attaques le conduisent ensuite à Avignon, où il meurt avant la conclusion de son procès et sa condamnation par l’Église.

 

Le bon usage des savoirs

Catherine König-Pralong, Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle, Paris, Vrin, Études de philosophie médiévale, 360 p., 35 euros, ISBN : 978-2-7116-2358-7.

[Parution: septembre 2011] La philosophie médiévale est en général mieux connue que ses auteurs. Ce livre s’intéresse aux acteurs intellectuels auteurs des textes qui ont servi de matériaux à l’histoire de la philosophie médiévale. Qui sont-ils? Dans quels lieux institutionnels et dans quelles conditions culturelles ont-ils travaillé? Quelles conceptions se faisaient-ils de leur mission, de ses intérêts et de ses fins? Démentant un préjugé répandu, les scolastiques se révèlent intéressés à la politique culturelle; ils avaient une conscience aigue des enjeux épistémiques, éthiques et sociaux de leurs pratiques professionnelles. Cette étude documente ces autoreprésentations et les contraste au moyen d’un regard plus extérieur, qui décrit les pratiques savantes des auteurs scolastiques et reconstruit leurs différentes conceptions du savoir et de la société chrétienne. À l’étude des contextes intellectuels et sociaux, elle présente des mises en série, de la division des sciences à la structuration du champ social en évêque, docteur, moine et laïc. À la lecture de textes issus de divers milieux et temps, elle articule des distinctions, entre clerc et laïc, évêque et docteur, arts libéraux et arts mécaniques, sédentaires et pérégrins, adulte et enfant, homme et femme, centre et périphérie, chrétien et non chrétien, théologie et philosophie. Conditions culturelles du savoir et contenus doctrinaux sont approchés par des méthodes irréductiblement différentes, qui convergent cependant sur un même objet, le texte qualifié de « philosophique » par son auteur ou par ses historiens.

Table des matière

Introduction

— Les intellectuels d’aujourd’hui et ceux du Moyen Âge

— La sélection historiographique : un exemple

— Approcher le savoir scolastique par les représentations et les pratiques

I. Intellectualisme clérical : le théologien universitaire en chaire

1. Jean Peckham : Parler latin au paradis

— La langue du paradis

— Latinitas

— Cléricalisme scientifique

2. Richard de Bury : des savoirs élitaires

— Un manifeste en faveur de l’étude

— Des bœufs et des ânes

— L’idéal clérical

3. Thomas d’Aquin : des évêques et des docteurs

— Universitaire

— Docteurs et évêques : scientia et potestas selon Thomas d’Aquin

— Structuration du champ ecclésiastique selon Thomas d’Aquin

4. Henri de Gand : le théologien en chaire

— Sur les traces textuelles d’un parfait universitaire parisien

— Structuration du champ ecclésiastique selon Henri de Gand

— Docteur en théologie : autorité et curiosité du théologien

— Le pêcheur de perles : la rationalité supérieure du théologien

— Gestion de son image publique par le théologien

— Le théologien et son public : une sélection drastique

— Retour sur la réception de l’œuvre d’Henri de Gand

5. Godefroid de Fontaines : un clerc à deux têtes, théologien et philosophe

— La longue carrière universitaire d’un théologien critique

— Structuration du champ ecclésiastique selon Godefroid de Fontaines

— Rendez à la philosophie ce qui est à la philosophie

— Laïcs et docteurs à la même enseigne de la foi, différents par l’érudition

II. Modèles divergents en milieu clérical

1. Roger Bacon : moralité théologique et réforme du savoir scolastique

— Un outsider sur les bords

— Une réception dans l’histoire des sciences

— L’aristocratie corrompue des docteurs

— Défaillance de la scolastique parisienne

— Le schème uti / frui

— Au sujet du « messianisme scientifique de Roger Bacon » : discussion d’une interprétation

— Utilité, beauté et moralité de la science

— La théologie à la lettre d’un clerc qui se sait singulier

2. Pierre de Jean Olivi : pour une expertise théologique souveraine

— L’invention d’un dissident

— Une certaine défense de l’étude (Quaestiones de perfectione evangelica)

— Des simples et des savants (Expositio super Regulam fratrum minorum)

— Place, statut et pratique de la philosophie (De perlegendis philosophorum libris)

— La foi du dormeur et de l’enfant : contre la théologie rationaliste des docteurs (Quaestiones de fide)

— Olivi dans le jeu scolastique (Summa quaestionum in Secundum Sententiarum)

3. Dietrich de Freiberg et la scolastique : distance et divergence

— Un professeur allemand

— Dans un vide interstellaire de l’historiographie philosophique

— Prologues

— La philosophie et la croyance dans les traités

— Un embryon de chronologie

— Un objet embarrassant : le cadavre du Christ

— Le rejet des pratiques coutumières : les combats de Dietrich

Conclusion et point d’orgue

1. Résultats de l’enquête et récapitulations : situations du savoir

2. L’universel désir de savoir

3. Point d’orgue : sortir de la scolastique

— Scolastique

— La damnatio memoriae de la philosophie médiévale laïque

— Réceptions contemporaines de Lulle, Dante et Pétrarque

— La découverte des nouveaux mondes

— Autres mondes, autres coutumes

Bibliographie

Textes médiévaux

Études

Index des noms propres

 

Remerciements 2

Introduction 4

— Les intellectuels d’aujourd’hui et ceux du Moyen Âge 4

— La sélection historiographique : un exemple 11

— Approcher le savoir scolastique par les représentations et les pratiques 17

I. Intellectualisme clérical : le théologien universitaire en chaire 23

1. Jean Peckham : Parler latin au paradis ? 27

— La langue du paradis 27

— Latinitas 29

— Cléricalisme scientifique 34

2. Richard de Bury : des savoirs élitaires 44

— Un manifeste en faveur de l’étude 44

— Des bœufs et des ânes 46

— L’idéal clérical 53

3. Thomas d’Aquin : des évêques et des docteurs 56

— Universitaire 58

— Docteurs et évêques : scientia et potestas selon Thomas d’Aquin 64

— Structuration du champ ecclésiastique selon Thomas d’Aquin 67

4. Henri de Gand : le théologien en chaire 70

— Sur les traces textuelles d’un parfait universitaire parisien 70

— Structuration du champ ecclésiastique selon Henri de Gand 74

— Docteur en théologie : autorité et curiosité du théologien 79

— Le pêcheur de perles : la rationalité supérieure du théologien 84

— Gestion de son image publique par le théologien 94

— Le théologien et son public : une sélection drastique 96

— Retour sur la réception de l’œuvre d’Henri de Gand 106

5. Godefroid de Fontaines : un clerc à deux têtes, théologien et philosophe 110

— La longue carrière universitaire d’un théologien critique 110

— Structuration du champ ecclésiastique selon Godefroid de Fontaines 114

— Rendez à la philosophie ce qui est à la philosophie 117

— Laïcs et docteurs à la même enseigne de la foi, différents par l’érudition 122

II. Modèles divergents en milieu clérical 133

1. Roger Bacon : moralité théologique et réforme du savoir scolastique 134

— Un outsider sur les bords 134

— Une réception dans l’histoire des sciences 139

— L’aristocratie corrompue des docteurs 141

— Défaillance de la scolastique parisienne 147

— Le schème uti / frui 155

— Au sujet du « messianisme scientifique de Roger Bacon » : discussion d’une interprétation 161

— Utilité, beauté et moralité de la science 167

— La théologie à la lettre d’un clerc qui se sait singulier 171

2. Pierre de Jean Olivi : pour une expertise théologique souveraine 175

— L’invention d’un dissident 175

— Une certaine défense de l’étude (Quaestiones de perfectione evangelica) 183

— Des simples et des savants (Expositio super Regulam fratrum minorum) 192

— Place, statut et pratique de la philosophie (De perlegendis philosophorum libris) 196

— La foi du dormeur et de l’enfant : contre la théologie rationaliste des docteurs (Quaestiones de fide) 205

— Olivi dans le jeu scolastique (Summa quaestionum in Secundum Sententiarum) 214

3. Dietrich de Freiberg et la scolastique : distance et divergence 230

— Un professeur allemand 230

— Dans un vide interstellaire de l’historiographie philosophique 237

— Prologues 247

— La philosophie et la croyance dans les traités 261

— Un embryon de chronologie 271

— Un objet embarrassant : le cadavre du Christ 272

— Le rejet des pratiques coutumières : les combats de Dietrich 281

Conclusion et point d’orgue 299

1. Résultats de l’enquête et récapitulations : situations du savoir 299

2. L’universel désir de savoir 303

3. Point d’orgue : sortir de la scolastique 311

— Scolastique 311

— La damnatio memoriae de la philosophie médiévale laïque 315

— Réceptions contemporaines de Lulle, Dante et Pétrarque 319

— La découverte des nouveaux mondes 327

— Autres mondes, autres coutumes 328

Bibliographie 333

Textes médiévaux 333

Études 338

Publications relatives à la philosophie médiévale. Janvier 2010-mai 2011

Cette liste n’est pas exhaustive. Elle indique quelques travaux récents afférents à la philosophie médiévale au sens large, sous les rubriques: Éditions | Traductions | Ouvrages collectifs | Répertoires, Usuels, Lexiques | Monographies.

Éditions

Anonymi Artium Magistri Questiones super Librum Ethicorum Aristotelis (Paris, BnF, lat. 14698), ed. Iacopo Costa, Turnhout, Brepols, 2010 (Studia Artistarum 23).

Aristoteles Latinus, De progressu animalium, De motu animalium, Fragmenta translationis anonymae, ed. P. De Leemans, Turnhout, Brepols, 2011 (ALPE XVII 1. III).

Aristoteles Latinus, De progressu animalium, De motu animalium, Translatio Guillelmi de Morbeka / De motu animalium, ed. P. De Leemans, Turnhout, Brepols, 2011 (ALPE XVII 2.II-III).

Aristoteles Latinus, Meteorologica. Liber quartus. Translatio Henrici Aristippi. Corpus philosophorum Medii Aevi, ed. Elisa Rubino, Turnhout, Brepols, 2010 (ALPE X, 1).

Boethii Daci Quaestiones super Librum De Anima I-II, ed. Robert Wielockx. — Anonymi Boethio Daco usi, Quaestiones Metaphysicae, ed. Gianfranco Fioravanti, Kopenhaven, 2009 (CPDMA 14).

Francisci de Marchia Quaestiones in secundum librum sententiarum (Reportatio). Quaestiones 13-27, ed. Tiziana Suarez-Nani, William O. Duba, Emmanuel Babey, Girard J. Etzkorn, Leuven, Leuven University Press, 2010.

Garnerii de Ruperforti, Contra Amaurianos, a cura di Paolo Lucentini, Turnhout, Brepols, 2010.

Geoffrey of Vinsauf, Poetria nova, Revised edition. Translated by Margaret F. Nims, Introduction to the revised edition by Martin Camargo, Turnhout, Brepols, 2010 (MST 49).

Giles of Viterbo, The Commentary on the Sentences of Petrus Lombardus, ed. Daniel Nodes, Leiden, E.J. Brill, 2010 (Studies in Medieval and Reformation Traditions 151).

Guillelmus Alvernus, Opera homiletica I et II, ed. Franco Morenzoni, Tunrhout, Brepols, 2010 (CCCM 230/231).

Hugo de Miromari, De hominis miseria, mundi et inferni contemptu, ed. Fabrice Wendling, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 234).

Ibn Bagga (Avempace), La conduite de l’isolé et deux autres épîtres, ed. Charles Genequand, Paris, Vrin, 2010 (Textes et traditions).

Iohannes Hus, Polemica, Opera omnia XXII, ed. Jaroslav Eršil, Gabriel Silagi, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 238).

Jean de Reading, Scriptum in primum librum sententiarum, ed. Francesco Fiorentino, Paris, Vrin, 2011 (TPMA).

John Buridan, Quaestiones super libros «De generatione et corruptione» Aristotelis. A Critical Edition with an Introduction, ed. by Michiel Streijger, Paul J.J.M. Bakker, Johannes M.M.H. Thijssen, Leiden, Brill, 2010 (History of Science and Medicine Library 17).

Nicole Oresme, Questiones super geometriam Euclidis, ed. H.L.L. Busard, Stuttgart, F. Steiner 2010 (Boethius 57).

Olszewski Mikolaj, Dominican Theology at the Crossroads. A Critical Edition and Study of the Prologues to the Commentaries on Peter Lombard’s Sentences by James of Metz and Hervaeus Natalis, Münster, Aschendorff, 2010 (Archa Verbi. Subsidia 2).

Petrus Abaelardus, Glossae super Peri hermeneias, ed. Klaus Jacobu, Christian Strub, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 206).

Richard de Mediavilla, Questions disputées 23-31. Les Démons, Texte établi et traduit par Alain Boureau, Paris, Les Belles Lettres, 2011 (Bibliothèque scolastique).

Thomas Gallus, Explanatio in libros Dionysii, ed. Declan Lawell, Turnhout, 2010 (CCCM 223).

Thomas Wylton, On the Intellectual Soul, ed. Lauge O. Nielsen and C. Trifogli, English Translation by Gail Trimble, Oxford, Oxford University Press, 2010.


Traductions

AAVV, La philosophie arabe IXe-XIVe siècle, Textes choisis et présentés par Pauline Koetschet, Paris, Points, 2011 (Essais).

Albert le Grand, Métaphysique, Livre XI, traités II et III, Texte latin et traduction française, Introduction et notes par Isabelle Moulin, Paris, Vrin, 2010 (Sic et Non).

Averroes on Aristotle’s ‘Metaphysics’, An annotated translation of the so-called Epitome by Rüdiger Arnzen, Berlin-New York, De Gruyter, 2010 (Scientia Graeco-Arabica).

Averroes, Die entscheidende Abhandlung und die Urteilsfällung über das Verhältnis von Gesetz und Philosophie, Mit einer Einleitung und kommentierenden Anmerkungen übersetzt von Franz Schupp, Hamburg, Meiner, 2009.

Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire, traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard, 2011.

Dante Alighieri, De vulgari eloquentia, Introduzione, traduzione e commento di Mirko Tavoni, Milano, Mondadori, 2010 (Dante Alighieri, Opere minori I, a cura di M. Santagata).

Hugo von Sankt Viktor, Über die Heiltümer des christlichen Glaubens, Peter Knaue (Übersetzung) Rainer Berndt (Kommentar), Münster, Aschendorff, 2010 (Corpus Victorinum. Schriften 1).

Ibn Zuhr de Séville, Le Traité médical (Kitâb al-Taysir), Introduction, traduction et notes par Fadila Bouamrane, Paris, Vrin, 2010 (Études musulmanes).

Jacques de Viterbe, L’âme, l’intellect et la volonté (Quodlibet I, 7, 12, 13), Trad. Antoine Côté, texte latin d’Eelcko Ypma, Paris, Vrin, 2010 (Translatio).

Maximus the Confessor, Ambigua to Thomas and Second Letter to Thomas, Introd., transl. and notes by Joshua Lollar, Tunrhout, Brepols, 2010.

Nicolas De Cues , Les conjectures – De coniecturis, Texte traduit avec introduction et notes par Jean-Michel Counet, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

Nicolas de Cues, Traité du béryl, Texte, traduction et notes par Maude Corrieras, Paris, Ipagine, 2010.

Peter Lombard, The Sentences, Book 4 : On the Doctrine of Signs, Translated by Giulio Silano, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2010.

Radulphus Ardens, The Questions on the Sacraments: Speculum uniuersale 8.31–92, Edited and translated by Christopher P. Evans, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2010 (ST 171) (Mediaeval Law and Theology 3).

Roger Bacon, The Art and Science of Logic. A translation of the Summulae dialectices with notes and introduction by Thomas S. Maloney, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2009 (MST 47).

Teodorico di Freiberg, L’origine delle realtà predicamentali, trad. a cura di Andrea Colli, Milano, Bompiani, 2010.

William of Auvergne, Selected Spiritual Writings, Translated by Roland I. Teske, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2011 (MST 50).


Ouvrages collectifs

« Videre et videri coincidunt ». Theorien des Sehens in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts, ed. Wolfgang Christian Schneider, Harald Schwaetzer, Marc de Mey, Inigo Bocken, Aschendorff, Münster, 2010.

1308. Eine Topographie historischer Gleichzeitigkeit, ed. by Andreas Speer, David Wirmer, Berlin-New York, W. de Gruyter 2010 (Miscellanea Mediaevalia. Veröffentlichungen des Thomas-Instituts der Universität Köln 35).

A Companion to Henry of Ghent, ed. Gordon A. Wilson, Leiden, E.J. Brill. 2010 (Brill’s Companions to the Christian Tradition 23).

Arts du langage et théologie aux confins des XIe/XIIe siècles, ed. Irène Rosier-Catach, Turnhout, Brepols, 2011.

Boethius Christianus? Transformationen der Consolatio Philosophiae in Mittelalter und Früher Neuzeit, éd. Reinhold F. Glei, Nicola Kaminski, Franz Lebsanft, Berlin, De Gruyter, 2010.

Communities of Learning. Networks and the Shaping of Intellectual Identity in Europe, 1100-1500, ed. by Constant Mews, John N. Crossley, Turnhout, Brepols, 2010 (Europa Sacra 9).

Continuities and Disruptions between the Middle Ages and the Renaissance. Proceedings of the colloquium held at the Warburg Institute, 15-16 June 2007, jointly organised by the Warburg Institute and the Gabinete de Filosofia Medieval, ed. Charles Burnett, José Meirinhos, Jacqueline Hamesse, Turnhout, Brepols, 2009 (TEMA 48).

Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts: Lektüren, Aneignungsstrategien, Divergenzen / Thomistes allemands du XIVe siècle: lectures, stratégies d’appropriation, divergences, ed. Maarten J.F.M. Hoenen, Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong, Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 57/2, 2010.

Etienne Langton, prédicateur, bibliste, théologien, ed. Louis-Jacques Bataillon et alii, Turnhout, Brepols 2010 (BHCMA 9).

Greeks, Latins, and Intellectual History 1204-1500, ed. Martin Hinterberger, Christopher Schabel, Leuven, Leuven University Press, 2011 (Recherches de Théologie et de Philosophie Médiévales – Bibliotheca 11).

I beni di questo mondo. Teorie etico-economiche nel laboratorio dell’Europa medievale. Atti del convegno della S.I.S.P.M., Roma, 19-21 settembre 2005, a cura di Roberto Lambertini, Leonardo Sileo, Porto, FIDEM, 2010 (TEMA 55).

I manoscritti e la filosofia. Atti della giornata di studi, Siena 18 aprile 2007, a cura di Paola Bernardini, Siena, Edizioni dell’Università, 2010

Il silenzio / The Silence, Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2010 (Micrologus XVIII).

Immaginario e immaginazione nel Medioevo, a cura di Maria Bettetini, Louvain-la-Neuve, Brepols, 2010 (TEMA 51).

Itinerarium Joao Duns Escoto (1308-2008), Numero Especial comemorativo do VII Centenario da morte do Doutor Subtil, Ano LV / N°195, Setembro – Dezembro 2009.

Johannes Duns Scotus 1308-2008, Die philosophischen Perspektiven seines Werkes, Investigations into his Philosophy. Proceedings of the « Quadruple Congress » on John Duns Scotus. Part 3, ed. Ludger Honnefelder and alii, Münster, Aschendorff, 2010.

John Duns Scotus, Philosopher, Proceedings of « The Quadruple Congress » on John Duns Scotus, Part 1, ed. Mary Beth Ingham and Oleg Bychkov, Franciscan Institute Publications, Aschendorff Verlag, 2010.

Knowledge, Discipline and Power in the Middle Ages. Essays in Honour of David Luscombe, ed. Joseph Canning, Edmund King and Martial Staub, Leiden, Brill, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 106).

L’Atlante della letteratura italiana, I. Dalle origini al Rinascimento, a cura di Sergio Luzzatto e Gabriele Pedullà, Torino, Einaudi, 2010.

L’école de Saint-Victor de Paris. Influence et rayonnement du Moyen Âge à l’Époque moderne, ed. Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2010 (Bibliotheca Victorina 22).

Les innovations du vocabulaire latin à la fin du moyen âge autour du Glossaire du latin philosophique. Actes de la journée d’étude du 15 mai 2008, ed. Olga Weijers, Iacopo Costa et Adriano Oliva, Turnhout, Brepols, 2010.

Les lieux de l’argumentation. Histoire du syllogisme topique d’Aristote à Leibniz, ed. Joël Biard, Fosca Mariani Zini, Turnhout, Brepols, 2010 (Studia Artistarum 22).

Lo Scotismo nel Mezzogiorno d’Italia. Atti del Congresso Internazionale (Bitonto 25-28 marzo 2008) in occasione del VII Centenario della morte del beato Giovanni Duns Scoto, a cura di Francesco Fiorentino, Fédération Internationale des Instituts d’Etudes Médiévales, Porto, 2010 (TEAM 52).

Luoghi e voci del pensiero medievale, a cura di Mariateresa Fumagalli Beonio Brocchieri e Riccardo Fedriga, Milano, Encyclomedia, 2010.

Methods and Methodologies : Aristotelian Logic East and West, 500-1500, ed. Margaret Cameron, John Marenbon, Leiden, Brill, 2011.

Philosophy and Theology in the Long Middle Ages. A Tribute to Stephen F. Brown, ed. Kent Emery, Jr., Russell L. Friedman and Andreas Speer, Leiden, Brill, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 105).

Pierre de Jean Olivi. Philosophe et théologien, ed. Catherine König-Pralong, Olivier Ribordy, Tiziana Suarez-Nani, Berlin, De Gruyter, 2010 (Scrinium Friburgense, 29).

Politiques des émotions au Moyen Âge, ed. Damien Boquet, Piroska Nagy, Firenze, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2010 (Micrologus’ Library, 34).

Presenze filosofiche in Umbria I. Dal Medioevo all’età moderna, a cura di Antonio Piretti, Milano, Mimesis, 2010.

Rethinking the History of Skepticism. The Missing Medieval Background, ed. Henrik Lagerlund, Brill, Leiden, 2010 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 103).

The Creation of the Ius commune. From Casus to Regula, ed. John W. Cairns et Paul J. du Plessis, Edinbourg, Edinburgh University Press, 2010.

The Medieval Translator. Traduire au Moyen Âge. Lost in Translation?, ed. Denis Renevey, Christiana Whitehead, Turnhout, Brepols, 2010 (The Medieval Translator 12).


Répertoires, Usuels, Lexiques

Ebbesen, Sten, Goubier, Frédéric, A catalogue of 13th century sophismata, Paris, Vrin, 2010.

Encyclopedia of Medieval Philosophy. Philosophy between 500 and 1500, ed. Henrik Lagerlund, Dordrecht-Heidelberg-London-New York, Springer, 2011.

Lohr, Charles H., Latin Aristotle Commentaries. I.2 Medieval Authors. M-Z, SISMEL, 2010 (Corpus Philosophorum Medii Aevi. Subsidia, 18).


Monographies

Allegro, Giuseppe, Teologia e metodo in Pietro Abelardo, Presentazione di Constant J. Mews, Palermo, Officina di studi medievali, 2010.

Ariani, Marco, Lux inaccessibilis. Metafore e teologia della luce nel ‘Paradiso’ di Dante, Roma, Aracne, 2010.

Aurell, Martin, Le Chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011.

Bartlett, Robert, The Natural and the Supernatural in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Benedetto, Marienza, Un enciclopedista ebreo alla corte di Federico II. Filosofia e astrologia nel Midrash ha-hokmah di Yehudah ha-Cohen, Bari, Edizioni di Pagina, 2010 (collana Biblioteca filosofica di Quaestio).

Bieniak, Magdalena, The Soul-Body Problem at Paris, ca. 1200-1250: Hugh of St-Cher and His Contemporaries, Leuven, University Press, 2010.

Boureau, Alain, En somme. Pour un usage analytique de la scolastique médiévale, Lagrasse, Verdier, 2011.

Boureau, Alain, L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les Franciscains et la Vierge Marie à la fin du XIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2010 (Histoire).

Calma, Dragos, Le poids de la citation. Étude sur les sources arabes et grecques dans l’œuvre de Dietrich de Freiberg, Fribourg, Academic Press, 2010 (Dokimion 35).

Chang, Sheng-Chia, William Ockham’s View on Human Capability, Frankfurt a.M., P. Lang, 2010 (European University Studies. XXIII. Theology 899).

Colli, Andrea, Tracce agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg, prefazione di Maarten J.F.M. Hoenen, Genova, Marietti, 2010.

d’Avray, David L., Medieval Religious Rationalities. A Weberian Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

d’Avray, David L., Rationalities in History. A Weberian Essay in Comparison, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Ebbersmeyer, Sabrina, Homo agens. Studien zur Genese und Struktur frühhumanistischer Moralphilosophie, Berlin , de Gruyter, 2010 (Quellen und Studien zur Philosophie 95).

Egerding, Michael, Die Exempla in der Deutschen Mystik systemtheoretisch beobachtet Paderborn, Schöningh 2011.

Ernst, Stephan, Anselm von Canterbury, Aschendorff, Münster, 2011 (Zugänge zum Denken des Mittelalters 6).

Falzone, Paolo, Desiderio della scienza e desiderio di Dio nel Convivio di Dante, Bologna, Il Mulino, 2010.

Flasch, Kurt, Introduction à la philosophie médiévale, Deuxième édition augmentée d’une postface de l’auteur, traduit de l’allemand par Janine de Bourgknecht, Ruedi Imbach et François-Xavier Putallaz, préface de Ruedi Imbach et François-Xavier Putallaz, Paris 2010 (Cerf).

Flasch, Kurt, Meister Eckhart. Philosoph des Christentums, München, Beck, 2010.

Forthomme, Bernard, Les aventures de la volonté perverse, Bruxelles, Lessius, 2010.

Giraud, Cédric, Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au XIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2010.

Gregory, Tullio, Giovanni Scoto. Quattro studi, praef. Enrico Menestò, Spoleto, Fondazione Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 2011 (Uomini e mondi medievali 24).

Griffel, Frank, Al Ghazali’s Philosophical Theology, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Hahn-Jooss, Barbara, « Ceste Ame est Dieu par condicion d’Amour ». Theologische Horizonte im «Spiegel der einfachen Seelen» von Marguerite Porete, Münster, Aschendorff, 2010 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, Neue Folge, Band 73).

Hasse, Dag N., Latin Averroes Translations of the first half of the Thirteenth century, Olms, Hildesheim, 2010.

Heyder, Regina, Auctoritas scripturae. Schriftauslegung und Theologieverständnis Peter Abaelards unter besonderer Berücksichtigung der „Expositio in Hexaemeron“, Münster, Aschendorff, 2010 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters. Neue Folge, Band 74).

Humphrey, Illo, Boethius. His Influence on the European Unity of Culture: from Alcuin of York (†804) to Thierry of Chartres (†1154), Nordhausen, Bautz, 2010.

Jeschke, Thomas, Deus ut tentus vel visus. Die Debatte um die Seligkeit im reflexiven Akt (ca. 1293 – 1320), Brill, Leiden, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 104).

Kobusch, Theo, Die Philosophie des Hoch- und Spätmittelalters, München, Beck, 2011.

Lizzini, Olga, Fluxus, Bari, Edizioni di Pagina, 2011 (Biblioteca filosofica di Quaestio).

Marmo, Costantino, La Semiotica del XIII secolo, Milano, Bompiani, 2010.

Meier-Staubach, Christel, Studi sull’enciclopedismo medievale, Louvain-la-Neuve, Brepols, 2010.

Monaco, Davide, Deus trinitas. Dio come «non altro» nel pensiero di Niccolò Cusano, con una prefazione di Werner Beierwaltes, Roma, Città Nuova, 2010.

Perler, Dominik, Transformation der Gefühle. Philosophische Emtionstheorien 1270-1670, Frankfurt, Fischer, 2011.

Pitour, Thomas, Wilhelm von Auvergnes Psychologie. Von der Rezeption des aristotelischen Hylemorphismus zur Reformulierung der Imago-Dei-Lehre Augustins, Paderborn, Schöningh, 2011 (Augustinus. Werk und Wirkung 2)

Ruth Glasner, ‘Averroes’ Physics. A turning point in medieval natural philosophy, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Scott, John, A., Perché Dante?, Firenze, Società Dantesca Italiana, 2010.

Sorge, Valeria, Seller, Fabio, Filosofia, scienza e teologia dall’Opus Maius (Ruggero Bacone), Armando Editore, 2010 (I classici della filosofia).

Terry, Wendy R., Seeing Marguerite in the Mirror. A Linguistic Analysis of Porete’s Mirror of Simple Souls, Leuven, Peeters, 2011.

Van Bladel, Kevin, The Arabic Hermes. From Pagan Sage to Prophet of Science, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Van Geest, Paul, The Incomprehensibility of God. Augustine as a Negative Theologian, Leuven, Peeters, 2011 (Late Antique History and Religion 4).

L’ Origine delle realtà predicamentali

TEODORICO DI FREIBERG, L’origine delle realtà predicamentali, a cura di ANDREA COLLI, Milano, Bompiani (Testi a fronte), 2010, 18 euros, ISBN 45267093.

Il De origine rerum praedicamentalium è il primo trattato di Teodorico di Freiberg, domenicano tedesco attivo all’università di Parigi tra il XIII e il XIV secolo. Scritto per non disattendere le aspettative di alcuni colleghi e pensato nell’alveo di discussioni peripatetiche sull’ontologia categoriale, il De origine diviene presupposto ineludibile di tutta la riflessione teodoriciana, in virtù dell’innovativa concezione noetica in esso proposta. Coniugando in modo del tutto inedito la tradizione arabo-aristotelica e la tradizione agostiniana, Teodorico attribuisce all’intelletto una funzione costitutiva nei confronti della realtà extramentale, formulando così una teoria di simultaneità delle cause che rende complementari creazione divina, generazione naturale e attività conoscitiva. Rispondendo alle esigenze del dibattito filosofico a lui contemporaneo, la gnoseologia di Teodorico offre suggestioni teoretiche che si estendono ben oltre i confini del Medioevo.

Oltre all’Introduzione completano il volume i consueti Apparati (Note alla traduzione, Parole chiave, Bibliografia). Il testo latino a fronte riproduce quello stabilito da L. Sturlese per l’edizione critica degli scritti di Teodorico di Freiberg contenuta nel Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi.

Le poids de la citation

Dragos Calma, Le poids de la citation. Etude sur les sources arabes et grecques dans l’œuvre de Dietrich de Freiberg, Fribourg, Academic Press, 2010, 388 p., Fr. 72.- / EUR 54.-, ISBN 978-2-8271-1061-2.

Une citation n’est jamais gratuite puisqu’elle présuppose un choix et une claire intention de la part de celui qui l’opère. Savoir la cerner et la faire résonner est du ressort de l’historien. Les treize nouvelles catégories de citations proposées dans ces pages permettent de saisir dans le détail la connaissance directe ou indirecte qu’un auteur a de ses sources, ainsi que l’intérêt philosophique et philologique qu’il manifeste pour le discours d’autrui. Conçu comme un recueil de tableaux, de notes et de brefs commentaires sur les occurrences explicites des diverses autorités dans l’œuvre de Dietrich de Freiberg, ce livre veut inciter à d’autres études, pointues et «rebelles dans leur diversité», afin de présenter sous un nouvel angle la pensée du dominicain et de ses contemporains.

Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts / Thomistes allemands du XIVe siècle

Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts: Lektüren, Aneignungsstrategien, Divergenzen / Thomistes allemands du XIVe siècle: lectures, stratégies d’appropriation, divergences.

Hrsg. von / Ed. par Maarten J.F.M. Hoenen, Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong.

Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 57/2, 2010.

Présentation

À l’ombre de l’étiquette historiographique «thomisme» dont la valeur est souvent systématique et la visée doctrinale, l’obscurité et le flou dans lesquels résident certains thomistes médiévaux contrastent avec la lumière projetée par le nom et l’œuvre de Thomas d’Aquin à travers les siècles. Acteurs intellectuels singuliers, différant selon leur situation géographique, institutionnelle, temporelle et culturelle, les «thomistes» du Moyen Âge émergent dans l’histoire de la philosophie au gré des éditions critiques et des études de détail.

Les contributions présentées ici sont issues du colloque «Deutscher Thomismus (13./14. Jahrhundert)» qui s’est tenu à Freiburg im Breisgau du 28 au 30 janvier 2010. Depuis quelques décennies, l’importance de la réception des doctrines thomasiennes dans les deux provinces dominicaines allemandes au xive siècle a été mise en évidence grâce à de grands chantiers éditoriaux. Les progrès de la recherche produisent de la pluralité et fragilise l’étiquette historiographique «thomisme allemand», inventée dans un premier temps pour canaliser et organiser le travail. L’historien se trouve désormais face à une constellation d’auteurs caractérisés par leur appartenance à l’ordre dominicain et leur situation allemande. Alors que le dominicain antithomiste Dietrich de Freiberg fait figure d’auteur important depuis quelques décennies – sans parler de Maître Eckhart –, les auteurs de la constellation dominicaine allemande dont les lectures de Thomas se signalent par leur positivité déclarée ou manifeste entrent à peine dans l’histoire de la philosophie.

Pour faire un point sur le dénommé «thomisme allemand» et critiquer la pertinence de cette étiquette, il était de fait temps de réunir les éditeurs des textes produits par ces auteurs, des spécialistes de la philosophie médiévale allemande, ainsi que des historiens des institutions attachés aux conditions concrètes de la production du savoir. Les contributions publiées ici présentent une reconstruction de la constellation allemande «thomiste» du xive siècle, associant des panoramas d’ordre socioculturel à des études doctrinales philosophiques – avec un accent particulier porté sur la question des dimensions indéterminées et de la matière, qui a servi de fil rouge au colloque.

Au final, si la capacité descriptive de l’étiquette «thomisme» est presque réduite à néant, étant donné l’absence d’un corps doctrinal stable qui puisse lui fournir un contenu objectif identifiable, certains dominicains de la constellation allemande se singularisent bien par un rapport privilégié à Thomas d’Aquin. D’un point de vue quantitatif d’abord, la présence de Thomas d’Aquin, explicite ou muette, est plus importante chez eux que chez leurs contemporains. Qualitativement, leurs lectures et usages des textes thomasiens témoignent d’un rapport privilégié à Thomas, qui est regardé comme une autorité et un maître à penser. Enfin, sur le plan de la politique culturelle, ces lectures se proposent d’adapter certaines élaborations thomasiennes à des buts stratégiques du temps présent.

Dans le cadre du programme ANR-DFG «Thomisme et antithomisme au Moyen Âge», les contributions publiées ici entendent donc proposer une étude historique du thomisme sans présupposer de conception déterminée ou de définition invariante de cette notion. La méthodologie mise en œuvre dans ces travaux réduit les a priori théoriques au minimum nécessaire à la définition d’objectifs programmatiques. Concrètement, il s’agit d’enquêter sur la manière dont certains dominicains ont fait référence aux textes de Thomas d’Aquin, à divers moments de l’histoire de leur réception. Le champ de la présente investigation est limité géographiquement à l’Allemagne, plus précisément aux deux provinces dominicaines allemandes médiévales, la Saxonia et la Teutonia.

Table

Hoenen, Maarten J.F.M. / Imbach, Ruedi / König-Pralong, Catherine: Introduction, p. 227-244

Courtenay, William J.: The Educational and Intellectual Framework of German Dominicans in the late 13th and early 14th centuries, p. 245-259

Hoenen, Maarten J.F.M.: Thomas von Aquin und der Dominikanerorden. Lehrtraditionen bei den Mendikanten des späten Mittelalters, p. 260-285

Beccarisi, Alessandra: Johannes Picardi de Lichtenberg: un exemple de thomisme dans l’horizon culturel allemand, p. 286-302

Leone, Marialucrezia: La Libertà del volere in Giovanni Picardi di Lichtenberg, p. 303-334

Benedetto, Marienza: Materia, corpi ed estensione in Giovanni Picardi di Lichtenberg, p. 335-368

Kaup, Susanne: Gerhard von Sterngassen OP – ein Beitrag zur Rezeption thomasischen Gedankengutes im Kontext pastoral-praktischer Theologie, p. 369-392

Pellegrino, Gianfranco: Un contributo al dibattito storiografico sul tomismo tedesco. Le dimensioni indeterminate nella Summa di Nicola di Strasburgo, p. 393-409

Villani-Lubelli, Ubaldo: « Sicut sentit frater Thomas… » War Heinrich von Lübeck ein Thomist?, p. 410-424

Beccarisi, Alessandra: Le Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi (CPTMA), p. 425-430

Tracce agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg

Andrea Colli, Tracce agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg, Genova, Marietti, 2010, 24 euros, ISBN 978-88-211-6524-5.

La scelta di servirsi delle opere di Agostino per rileggere le tesi provenienti dalla tradizione peripatetica costituisce un tratto originale della riflessione filosofica di Teodorico di Freiberg (1240-1310), domenicano tedesco protagonista del dibattito accademico parigino di fine XIII secolo. Nelle sue opere le nozioni agostiniane di abditum mentis e imago Dei trovano spazio accanto alla noetica aristotelica, così come i richiami all’XI delle Confessiones completano in modo atipico la definizione di tempo del quarto libro della Physica, Egli documenta così un modo di procedere innovativo che fa di Agostino un vero interlocutore filosofico, non semplicemente un punto di riferimento convenzionale. A partire da un’analisi puntuale delle citazioni e delle possibili contaminationes che ne contraddistinguono la ricezione negli scritti di Teodorico è possibile dunque tracciare un interessante quadro interpretativo del pensiero agostiniano, che costituisce un ineludibile punto di partenza per comprenderne la fortuna nella modernità.

La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères

Ruedi Imbach, Adriano Oliva, La philosophie de Thomas d’Aquin. Repères, Paris, Vrin, 2009, 180 p.; ISBN 978-2-7116-2232-0; 12 €.

Le livre que le lecteur tient en main peut être comparé à un guide de voyage, il voudrait aider le lecteur à découvrir la pensée philosophique de Thomas d’Aquin, à se déplacer et se mouvoir dans cet univers que représente l’œuvre intellectuelle du dominicain italien. Le sous-titre indique ce propos : nous souhaitons offrir des repères, à savoir des « marques servant à retrouver un lieu ».
Le plan de cette initiation à la pensée philosophique de Thomas d’Aquin est simple : après une brève biographie de l’auteur, une deuxième partie donne un aperçu synthétique des idées et des arguments philosophiques dans l’œuvre de Thomas. Dans la troisième partie, sont présentées treize œuvres majeures de l’auteur.

Recherches sur Dietrich de Freiberg

Recherches sur Dietrich de Freiberg, Joël Biard, Dragos Calma, Ruedi Imbach (éds), Turnhout, Brepols, 2009, 270 p; ISBN 978-2-503-52882-3;52 €.

Dietrich de Freiberg a peu à peu trouvé sa place dans l’historiographie philosophique du Moyen Âge. Dans l’histoire de sa découverte et de sa promotion sur les devants de la scène scientifique, un rôle essentiel revient à Kurt Flasch, à qui rend hommage ce volume recueillant les contributions prononcées à l’occasion de son soixante-quinzième anniversaire. Elles tentent un bilan des recherches récentes sur le dominicain allemand et attestent l’appartenance de Dietrich à l’histoire de l’aristotélisme médiéval, nullement invalidée par le statut de maître en théologie à Paris (en 1296/7), ni par le fait que le dominicain n’ait pas laissé de commentaire des œuvres du Stagirite.

Table des matières :

Alain de Libera, D’Averroès en Augustin. Intellect et cogitative selon Dietrich de Freiberg

Anne-Sophie Robin, L’antithomisme de Dietrich de Freiberg dans le De Visione beatifica

Tizian Suarez-Nani, Les êtres et leurs lieux : le fondement de la localisation selon Dietrich de Freiberg

Catherine König-Pralong, Le traité ‘De accidentis’ de Dietrich de Freiberg. Stratégies exégétiques pour une reconduction de l’accidentel au par soi

Dragos Calma, La connaissance réflexive de l’intellect agent. Le « premier averroïsme » et Dietrich de Freiberg

Alessandra Beccarisi, Dietrich in den Niederlanden. Ein neues Dokument in niederrheinischer Mundart

Loris Sturlese, Hat Meister Eckart Dietrich von Freiberg Gelesen ? Die Lehre vom Bild und von den göttlichen Vollkommenheiten in Eckharts «Expositio libri Genesis» und Dietrichs «De visione beatifica»

Pasquale Porro, Res praedicamenti / ratio praedicamenti: Teodorico di Freiberg e Enrico di Gand

Matthieu Husson, Les figures dans les traités optiques de Dietrich de Freiberg

Dietrich de Freiberg, Oeuvres choisies, vol. I

Dietrich de Freiberg, Oeuvres choisies, vol. I : Substances, quidités et accidents, textes latins traduits et annotés par Catherine König-Pralong, avec la collaboration de Ruedi Imbach, Introduction de Kurt Flasch, Paris, Vrin, 2008 (Bibliothèque des textes philosophiques), 222 p. ; ISBN 978-2-71116-1983-2 ; 26 €.

Météorite tombé de l’autre côté du Rhin, rebelle à tous les « ismes », splendide, mais apparemment isolé, Theodoricus de Vribergh est pourtant un grand philosophe. Un grand philosophe allemand du Moyen Âge. Il appartient à « l’école d’Albert le Grand », il est un représentant du « néoplatonisme médiéval », il entend défendre l’authentique doctrine d’Aristote et il est un des fondateurs de la « métaphysique de l’esprit ». La publication en français de ses principaux textes, sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera, devrait faire justice de ces raccourcis.
Ce premier volume, consacré à l’ontologie, rassemble deux traités sur la substance, la quidité et l’accident : le De accidentibus et le De quiditatibus entium. Le premier contient une critique de la théorie « commune » de l’accident, dont la fine pointe est tournée contre la doctrine thomasienne de l’eucharistie, le second, une réinterprétation d’ensemble des concepts fondamentaux de la théorie de l’essence, de l’être et de l’étant.

Studi sulle fonti di Meister Eckhart

Studi sulle fonti di Meister Eckhart. I. Aristoteles – Augustinus – Avicenna – Dionysius – Liber de Causis – Proclus – Seneca, a cura di Loris Sturlese, Fribourg, Academic Press (Dokimion 34), 2008, 200 p.; ISBN 978-3-7278-1639-0; 24 €.

I contributi riuniti nel volume affrontano la questione delle fonti del pensiero eckhartiano, per la prima volta sulla base di una documentazione sistematica ed esaustiva, che riposa su un indice complessivo ancora inedito, ma già disponibile, dell’edizione storico-critica: MEISTER ECKHART, Die deutschen und die lateinischen Werke. Dall’insieme di questa documentazione vengono qui tratti e presentati sette segmenti riguardanti autori che hanno esercitato un importante ruolo nella formazione del pensiero di Eckhart: Aristotele (De anima), Agostino (De Trinitate), Dionigi Areopagita, Avicenna, Seneca, Proclo e il Liber de causis. L’indagine sistematica del modo in cui Eckhart ha letto testi di importanza capitale per il Medioevo mette in luce, fra l’altro, nuove prospettive interpretative sulla questione dell’intelletto (Alessandra Beccarisi), della teologia mistica (Elisa Rubino) e dell’immagine (Gianfranco Pellegrino), sulla dottrina della negazione della negazione (Fiorella Retucci), sulla valutazione della cultura pagana (Nadia Bray), sul ruolo di intermediario giocato da Alberto il Grande riguardo alla componente islamica del pensiero di Eckhart (Alessandro Palazzo). Ogni articolo è corredato, in appendice, di una documentazione completa relativa alle citazioni esplicite degli autori studiati, che mette il lettore in condizione non soltanto di valutare da se stesso la novità dei contributi esegetici recati dai diversi interpreti, ma anche di costruire autonomamente percorsi di lettura e di verifica.

D’Averroès à Maître Eckhart. Les sources arabes de la « mystique » allemande

Kurt Flasch, D’Averroès à Maître Eckhart. Les sources arabes de la « mystique » allemande », traduction et adaptation par J. Schmutz, Paris, Vrin, 2008 (Conférences Pierre Abélard), 219 p. ; ISBN 978-2-7116-1941-2 ; 19 €.

Maître Eckhart passe communément pour le maître par excellence de la « mystique allemande ». Ce titre lui a été décerné par la philologie allemande du XIXe siècle, à une époque où les œuvres latines d’Eckhart étaient encore inconnues. Dans ce livre, Kurt Flasch veut ramener le lecteur au Maître Eckart historique. Il reconstruit le contexte intellectuel dans lequel sa pensée s’est développée, et fait apparaître des sources inattendues : c’est la puissante tradition péripatéticienne transmise dans le monde arabe (Avicenne, Maïmonide et surtout Averroès) et reçue chez les pères de la philosophie « allemande » que furent Albert le Grand et Dietrich de Freiberg qui fournissent la clé des principales positions spéculatives de Maître Eckhart. Il s’en dégage une nouvelle conception du Christianisme, fondée sur « les arguments naturels des philosophes » et non sur le miracle ou l’inspiration surnaturelle. Les philosophes allemands ont toujours crû qu’ils descendaient des Grecs : ils découvriront dans ce livre leur ascendance arabe.

Kurt Flasch, né à Mayence en 1930, professeur émérite à l’Université de Bochum (Allemagne). Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à la philosophie médiévale et renaissante.

University, Council, City. Intellectual Culture on the Rhine (1300-1550)

Maarten J.F.M. Hoenen, Laurent Cesalli & Nadja Germann (Hrsg.), Turnhout, Brepols, 2007 (SIEPM – Rencontres de philosophie médiévale), 400 p.; ISBN 978-2-503-52663-8 ; 60 €.

Stretching from Basel to Cologne, the Rhine formed the geographical axis of a broad cultural realm in the late Middle Ages; lending vitality not only to its cities and universities but also to the two great Councils to which it played host. Already in the fourteenth century, the lives of such famous German mystics as Meister Eckhart, Heinrich Seuse and Johannes Tauler testify to the presence of an advanced intellectual culture in the cities of the upper and lower Rhine. In the fifteenth century, the most famous Councils of the late Middle Ages took place along the Rhine, namely the Councils of Constance and Basel, which formed loci of intellectual exchange and which became seedbeds of philosophical ideas that engaged and influenced such participants as Heymericus de Campo and Nicholas of Cusa. With the establishment of the Universities of Cologne (1388), Freiburg (1457), Basel (1459) and Mainz (1476), the intellectual culture of this region took an institutional form that continues to exist to this day, and symbolizes the stability of the intellectual culture of the Rhineland. The main purpose of this volume is to explore the intellectual richness and vitality of the Rhineland in its various facets and on its different levels.

Contributions by: Alessandra Beccarisi, Francisco Bertelloni, William J. Courtenay, Anna Fredriksson Adman, Dagmar Gottschall, Mikhail Khorkov, Corneille H. Kneepkens, Jürgen Miethke, Pepijn Rutten, Wybren Scheepsma, Walter Senner, Geert Warnar and Henrik Wels.