6, 7 et 8 juin 2013. Conférences et journée Incipit du Centre Pierre Abélard (Paris IV)

6 et 7 juin 2013. Conférences Pierre Abélard.

Prof. Dr. Thomas Ricklin (Ludwig-Maximilians-Universität München): Philosophes provocateurs.

1. Jeudi 6 juin, 17h-19h, Sorbonne, amphithéâtre Quinet: Volentes philosophos imitari : Jean de Galles et le défi de l’exemplarité.

2. Vendredi 7 juin, 11h-13h, Immeuble de France, S 104: Vir predicans justitiam : Dante et les lois de l’infamie.

3. Vendredi 7 juin, 16h-18h, Sorbonne, amphithéâtre Michelet: Appo li futuri viver per fama : Boccace et l’étique de la renommée.


8 juin  2013. Journée Incipit du Centre Pierre Abélard (Paris IV Sorbonne).

Sorbonne, amphithéâtre Michelet

10h00-11h00 Conférence d’ouverture: Prof. em. Dr. Peter von Moos (Heidelberger Akademie der Wissenschaften): Les païens au Paradis.

Présentations de publications récentes en histoire de la philosophie médiévale et tables rondes.

11h15-11h35 Jocelyne Sfez, Nouvelles publications sur Nicolas de Cues

11h35-12h25 Table-ronde autour des livres d’Alain Boureau, Richard de Mediavilla: Questions disputées (t. I-V), Belles Lettres, avec Julie Brumberg, Dominique Demange, Aurélien Robert

12h25-12h45 Emanuele Coccia, Présentation du livre de Sylvain Piron, Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, Belles Lettres 2012

14h-14h 15 Véronique Decaix, Présentation du livre de Jan Aertsen, Medieval Philosophy as Transcendantal Thought: from Philipp the Chancellor to Francisco Suarez, Leiden, Brill, 2012.

14h15-14h35 Jean-Baptiste Brenet, Présentation des livres Philosophical psychology in Arabic Thought and the Latin Aristotelianism of the 13th century, éd. par L. X. López Farfeat & J. Alejandro Tellkamp, Vrin, 2013, et Al-Fârâbî, Le livre du régime politique, de Philippe Vallat, Belles Lettres, 2012.

14h35-15h15 Table-ronde autour du livre de Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature, La rationalité scientifique médiévale face à l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle), Belles Lettres, 2013, avec Alain Boureau, Aurélien Robert, Sabine Rommevaux

15h15-15h30 Pause

15h30-16h15 Table-ronde autour du livre de Catherine König-Pralong et Ruedi Imbach, Le défi laïque, Vrin 2013, avec Gianluca Briguglia, Christophe Grellard, Thomas Ricklin, Irène Rosier-Catach

16h15-17h Ruedi Imbach, Épilogue

La journée sera suivie par un pot amical offert par les Éditions Vrin.

 

Autour de la nature de l’accident

Actes du colloque THOM Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle tenu à l’Université Paris IV-Sorbonne les 8 et 9 septembre 2011.



Serge-Thomas Bonino | Autour du De natura accidentis: Présentation | p. 5-8

Ruedi Imbach et Catherine König-Pralong | Aristote au Latran: Eucharistie et philosophie selon Thomas d’Aquin et Dietrich de Freiberg | p. 9-30

Silvia Donati | La doctrine de l’analogie de l’être dans la tradition des commentaires de la Physique: Quelques modèles interprétatifs (commentaires de la Faculté des arts, autour de 1250-1300) | p. 31-60

Alessandra Beccarisi | Le traité bâlois De natura accidentis: Entre thomisme et antithomisme | p. 61-78

Julie Casteigt | Reduplicatio excludit omne alienum a termino: Accident et qualité redupliquée à partir de l’article 13 d’Eckhart condamné dans la bulle pontificale In agro dominico | p. 79-102

Dominique Demange | Accidents et relations non convertibles selon Thomas d’Aquin, Pierre Olivi et Jean Duns Scot | p. 103-120

Serge-Thomas Bonino | Le statut ontologique de l’accident selon Thomas de Sutton | p. 121-156

Jean-Luc Solère | Les variations qualitatives dans les théories post-thomistes | p. 157-204

Joël Biard | Comment définir un accident? Le double statut de l’accidentalité selon Buridan et ses conséquences sur la théorie de la définition | p. 205-230.

Zwei neue Studien über den Universalienstreit im 15. Jahrhundert

Im letzten Heft der Recherches de Théologie et Philosophie médiévales werden zwei Studien des deutschen Teams THOM veröffentlicht, die den Universalienstreit im 15. Jahrhundert betreffen.


Mario MELIADÒ, Scientia peripateticorum. Heymericus de Campo, the Book of Causes, and the Debate over Universals in the Fifteenth Century, RTPM, 2012, 79, 195-230.

Abstract :
The fifteenth-century debate between Albertists and Thomists centered on the elaboration of two alternative models of Peripatetic science, within which the question of universals took on an architectonic function. The present article analyzes the anti-Thomistic position of the Albertist Heymericus de Campo († 1460) and aims to reconstruct the sources as well as the metaphysical assumptions lying behind it. The article shows that the major differences with the rival school originated in Heymericus’ having incorporated within the Peripatetic science the causal paradigm defined by the notion of fluxus. This notion was drawn by Heymericus from the pseudo-Aristotelian Liber de causis as interpreted by Albert. The Book of Causes not only provided Heymericus with the metaphysical foundation for solving the problem of universals, but also represented the main authority legitimizing the inclusion of the doctrine of the flux into the Aristotelian canon. An Appendix offers the edition of Heymericus’ short commentary on the Liber de causis, contained in his Questiones supra libros philosophie Aristotelis (Cod. Cus. 106, ff. 53v-54r).

Silvia NEGRI, The Traps of Realism. The Debate over Universals in the Fifteenth Century and the Thomists of Cologne, RTPM, 2012, 79, 231-265.

Abstract :
Fifteenth-century Thomists were deeply involved in the debate over the nature and mode of universals, which was at the core of the so-called Wegestreit in the late Middle Ages. Their solutions were intended to fill some theoretical gaps left by Thomas Aquinas, who, although he touched on the theme in his work, did not leave a systematic treatment of the topic. This paper investigates the opinions of the major Thomist masters of Cologne as found in their Commentaries on the De ente et essentia and in other sources. It aims to bring into focus the strategies by which those masters ‘canonized’ Aquinas’s doctrine, developing their own views in the process and differentiating them from the views of their institutional rivals.

 

über den Universalienstreit

Le premier commentaire cistercien sur les Sentences de Pierre Lombard par Humbert de Preuilly (†1298)

Article de Monica Brinzei paru dans le Bulletin de philosophie médiévale, 53, 2011, p. 81-148. Cette recherche, réalisée dans le cadre du projet THOM, prélude à l’édition du Commentaire de la Métaphysique de Humbert de Preuilly, par Nikolaus Wicki et Monica Brinzei.

Abstract

The Cistercian Humbert de Preuilly (†1298) played an important role as an early intellectual guide for the members of his Order. He delivered his lectures on the Sentences at Paris around 1290, from which we have the first Cistercian commentary on the Sentences in the form of Conclusiones that summarize the views of Giles of Rome in Book I and of Thomas Aquinas in Books II-IV. Preserved in some 46 manuscripts, Humbert’s Conclusiones super librum Sententiarum clearly served as an introduction to systematic theology for the White Monks. This article presents a new catalogue of manuscripts, a transcription of the Prologue and the tabula questionum.

Dietrich de Freiberg. Œuvres choisies II. La vision béatifique

Bilingue, Traduction et introduction de Anne-Sophie Robin Fabre, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2012. 384 p., 13,5 × 21,5 cm. ISBN : 978-2-7116-2436-2

Dans ce traité de la fin du XIIIe siècle, le dominicain allemand veut résoudre de manière strictement philosophique le problème traditionnel de la vision béatifique. Cette démarche radicale qui, à elle seule, mériterait déjà d’attirer la curiosité scientifique n’épuise cependant pas tout le potentiel d’intérêt historique que recèle le De visione beatifica. Lorsque, dès les premières lignes, l’auteur prétend que, quand ils parlent de l’intellect agent les philosophes péripatéticiens visent ce qu’Augustin entendait en parlant du « fond secret » de l’esprit (abditum mentis), le lecteur se rend immédiatement compte que les catégories historiographiques traditionnelles vont être mises en crise. Si, de plus, on tient compte du rôle que joue Averroès dans l’ensemble de l’oeuvre du dominicain, la conclusion s’impose : on va devoir réviser la taxinomie des écoles philosophiques médiévales, si l’on veut la situer dans une histoire de la réception de la philosophie antique et arabe.
Collection bilingue sous la direction de Ruedi Imbach et Alain de Libera.

30 septembre – 5 octobre 2012. Ecole thématique du LEM/CNRS/EPHE

Centre VVF de Piriac-sur-Mer


QUELLE HISTOIRE POUR LA PENSÉE MÉDIÉVALE ? PHILOSOPHIE  ET HISTOIRE INTELLECTUELLE DU XIIe AU XVIIe SIÈCLE

Lundi 1er octobre

9h | J. Brumberg-Chaumont (LEM/CNRS) et A. Robert (CESR/Tours): Ouverture de l’École thématique

La philosophie naturelle à la croisée des savoirs

Comment faire l’histoire de la philosophie naturelle au Moyen Âge ? La question semble anodine, mais elle soulève en réalité de nombreux problèmes méthodologiques. La philosophie naturelle ne se constitue pas seulement comme une discipline distincte, une simple branche de la philosophie, mais elle se construit aussi dans un dialogue avec les autres disciplines. L’angle d’attaque retenu sera  ainsi celui des rapports qu’entretient la philosophie naturelle avec d’autres types de savoirs, notamment la médecine, la magie, les mathématiques et la théologie. En creux, il s’agira de comprendre les changements qui s’opèrent à l’époque moderne, lorsque la philosophie naturelle semble gagner une certaine autonomie.

10h | Irène Caiazzo (LEM/CNRS) : « Mathématique, médecine et physique élémentaire au XIIème siècle »

11h15 | Nicolas Weill-Parot (Université de Paris-Est Créteil) : « Entre philosophie naturelle, médecine et magie : la forme spécifique du Moyen Âge à la Renaissance »

14h | Joël Chandelier (Université de Paris VIII) /Aurélien Robert (CESR/CNRS) : « L’anthropologie médicale (XIIIe-XIVe s.) »

16h | Jean-Luc Solère (CNRS-Boston College): « La réfutation des indivisibles par Duns Scot et sa postérité »

 Atelier-discussion | 17h-18h30

 

Mardi 2 octobre

L’émergence des vernaculaires dans la sphère philosophique

 Existe-t-il une philosophie en dehors de l’université au Moyen Age? Si cela est le cas, quels sont les auteurs, quels sont les thèmes traités par ces auteurs qui sont en général des laïcs. Quelle est la place des laïcs dans le monde intellectuel médiéval? Les exposés et l’atelier proposeront des réponses à ces questions souvent négligées par l’historiographie traditionnelle. En même temps seront abordés certaines des questions majeures de la réflexion politique autour du rapport entre l’ordre politique et l’église.

10h | R. Imbach (Université Paris IV): « La philosophie et les laïcs au Moyen âge »

11h15 | G. Briguglia (Marie Curie EHESS): « La philosophie politique en langue vulgaire »

Atelier-discussion: Lecture des textes de philosophie politique en langue vernaculaire: Brunetto Latini, Dante, Boccace | 16h-18h30

 

Mercredi 3 octobre

Théologie, philosophie, religion

Une science de Dieu et de la révélation est-elle possible? Alors qu’Aristote a rendu cette science inaccessible en définissant la science la plus haute comme une épistémè théologikè, science que Dieu seul a de lui-même, la période médiévale voit se dessiner un double mouvement: orientation de la métaphysique vers l’être et non plus seulement vers Dieu, connaissance de Dieu par la foi. La théologie repose alors sur des prémisses de foi, ce qui pose le problème de son statut épistémologique: axiomatique? Intelligence fondée sur une évidence supérieure? Procédure dialectique? Science? Sagesse?

La connexion avec la science divine sera assurée par les théories de la subalternation: la science humaine de Dieu repose ainsi sur une participation à la science divine. Mais cette théorie sera elle-même critiquée à la fin du XIIIe s.

9h | D. Poirel (IRHT/CNRS): « Contours, méthode et autonomie d’une discipline théologique avant la naissance des universités »

10h15 | O. Boulnois (EPHE): « De la science théologique à la théologie comme science »

 11h15 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne):  « Science de la théologie et histoire de l’Église »

Atelier-discussion. Difficultés de méthode dans le maniement des textes théologiques | 14h30-17h

Jeudi 4 octobre (matin)

Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine

Ce module présente et discute quelques aspects méthodologiques aujourd’hui débattus en histoire de la philosophie médiévale. En raison de son ancrage dans la discipline philosophique – dont la pratique est relativement autonome dans le champ des sciences humaines et sociales –, l’histoire de la philosophie s’est moins intégrée que les autres disciplines historiques au nouveau champ des sciences sociales et de la culture, qui s’est constitué dès le début du XXe siècle. ‘Doctrine’ et ‘culture’ décrivent deux faces de l’objet philosophique : son contenu d’une part, ses fonctionnalités sociales et épistémiques d’autre part. Le module ‘Écrire l’histoire de la philosophie : culture et doctrine’ propose une réflexion sur l’efficience réciproque, la concurrence et l’alternance de ces deux sélecteurs historiographiques.

8h30 | Ph. Büttgen (Université Paris I Panthéon Sorbonne) : « Cultures confessionnelles et pouvoir des doctrines

09h15 | C. König-Pralong (Université de Fribourg, Suisse) : « Histoire de la philosophie, histoire de la réception, histoire culturelle »

10h30 | Blaise Dufal (EHESS Paris). Une anthropologie de la scolastique : à propos du mythe

11h15 | Gianluca Briguglia (EHESS Paris). Marsile de Padoue et le républicanisme du XXe siècle

12h00-12h45 | Discussion générale

Jeudi 4 octobre (après-midi) et vendredi 5 octobre (matin)

Philosophie du langage, logique et épistémologie

La session consacrée à la philosophie du langage à la logique et à l’épistémologie sera centrée sur la question de l’universalité. Nous nous interrogerons en particulier sur la relation entre grammaire universelle et logique naturelle, sur la manière dont la logique peut être universelle à la fois comme science et comme méthode de tout savoir, sur la statut du latin, sur la nature de la formalité de la logique et de la philosophie du langage médiévales. Nous suivrons l’évolution de ce questionnaire à la Renaissance et à l’époque moderne, avec l’émergence des vernaculaires dans la réflexion linguistique et philosophique, dans un contexte où le paradigme aristotélicien est mis en question.

 14h30 | J. Brumberg-Chaumont (CNRS/LEM): « Formalité vs généralité de la logique comme méthode universelle du savoir »

15h45 | L. Cesalli (CNRS/UMR 8163/Université de Genève): « Universalité–de quoi parlons-nous au juste? Quelques réflexions autour de réponses médiévales »

 16h45 | I. Rosier-Catach (CNRS/UMR7597/EPHE/): « Roger Bacon, Boèce de Dacie et Dante »

Atelier-Discussion 1 (pause café) | 17h15-19h15

Vendredi 05 octobre matin

9h | J. Maat (université d’Amsterdam): « Logic, universal grammar and universal languages in the 17th century »

10h15 | M. Pecharman (CNRS/ Maison française d’Oxford): « Rationalité du langage et théorie de la traduction à Port-Royal »

Atelier-discussion 2 | 11h15-13h

 

Conclusions de l’école thématique (14h30-16h30)

Contact: julieephe5paris@hotmail.com

Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhunderts

Mario Meliadò, Silvia Negri

« Neues zum Pariser Albertismus des frühen 15. Jahrhunderts. Der Magister Lambertus de Monte und die Handschrift Brussel, Koninklijke Bibliotheek, ms. 760 », Bulletin de philosophie médiévale, 53, 2011, S. 349-384.

Abstract

Past and recent historiography on the fifteenth-century Wegestreit described early Parisian Albertism as an intellectual trend internal to the Arts Faculty and almost exclusively identified with the figure of Johannes de Nova Domo. Although historical documents hinted at the existence of a more established school, no further evidence could be provided. In this contribution we focus on the manuscript Brussel, Koninklijke Bibliotheek van België, ms. 760, which contains a commentary to the Sentences given at Paris by Lambertus de Monte, albertista magnus, around 1423. This previously unnoticed source turns out to be the first important witness of the presence of Albertism in the Faculty of Theology at Paris, and testifies to a significant reception and development of the ideas of Johannes de Nova Domo. Moreover, the manuscript evinces an interesting constellation of marginalia, some of which bear traces of unknown works of the Albertist Heymericus de Campo. The article aims to present the source from a textual and material perspective, insofar as it investigates also some peculiar aspects of the history of the manuscript. The codex came from the Augustinian Canons’ Convent of Korsendonk, where it was partially copied, as we discovered, by the erudite Johannes de Meehrout.

Colloque « Thomas d’Aquin et la querelle des universaux » / Compte rendu

En cliquant ici, téléchargez la recension du colloque Thomas d’Aquin et la querelle des universaux (Paris IV Sorbonne, 18-19 février 2011) par Silvia Negri (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg im Breisgau).

Ce texte a été publié dans le Bulletin de philosophie médiévale 53 (2011), p. 432-443. DOI: 10.1484/J.BPM.1.102689.

Nous remercions les éditeurs de nous avoir accordé le droit de diffuser ce texte.

Publications en philosophie médiévale. 2011

Pour l’année 2011-2012, il n’a pas été possible d’établir une bibliographie des travaux en histoire de la philosophie médiévale dans le contexte de l’organisation de la journée Incipit 2012 du Centre Pierre Abélard. On pourra cependant se référer à deux entreprises du même ordre: celle d’Alessandro Pertosa de l’Université de Macerata et la liste des publications récentes établie et actualisée par Irene Zavattero pour le site Philosophia Medii Aevi.

9 juin 2012. Journée Incipit

Journée bibliographique et d’études médiévales organisée par le Centre Pierre Abélard (Paris IV Sorbonne) | 9h30-17h30, EPHE, Site  du 41 rue Gay Lussac, 5ème étage, salle 98


9h30-10h30 Conférence de Dorothea Weltecke (Université de Constance) L’athéisme et le doute au Moyen Age : comment traiter un problème difficile ?

10h30-10h45 Pause

10h45-12h15 Table-ronde Les émotions au Moyen Âge, animée par Damien Boquet (Aix-Marseille) et Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris)

Livres présentés et discutés: Damien Boquet et Piroska Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009 | D. Boquet et P. Nagy (dir.), Politiques des émotions au Moyen Âge, Florence, SISMEL-Edizioni del galluzzo, Micrologus Library 34, 2010 | D. Boquet et P. Nagy (dir.), La Chair des émotions. Pratiques et représentations corporelles de l’affectivité au Moyen Âge, dossier Médiévales, 61, 2011 | Dominik Perler, Transformationen der Gefühle. Philosophische Emitionstheorien 1270-1670, Tübingen, Fischer, 2011.


14h15-15h15 Conférence de Marwan Rashed (ENS Paris) L’être et l’essence à la byzantine. Une réfutation psellienne inédite d’un traité perdu de Proclus

15h15-15h30 Pause

15h30-16h30 Table-ronde animée par Christophe Grellard (Paris I Sorbonne), avec la participation de Tiziana Suarez-Nani (Fribourg) et Jean Ceylerette (Lille), autour du livre de

Joël Biard, Science et nature, La théorie buridanienne du savoir, Paris, Vrin, 2012

16h30-17h30 Table-ronde Scolastique et antiscolastique, animée par Adriano Oliva (CNRS-Commission Léonine) et Sylvain Piron (EHESS)

Livres présentés et discutés: Catherine König-Pralong, Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle, Paris, Vrin, 2011 | Philippe Büttgen, Luther et la philosophie, Paris, Vrin, 2011.


 

Marwan Rashed, Alexandre d'Aphrodise: Commentaire perdu à la Physique d'Aristote (Livres IV-VIII), Berlin, De Gruyter, 2011
Dorothea Weltecke, "Der Narr spricht: Es ist kein Gott" Atheismus, Unglauben und Glaubenszweifel vom 12. Jahrhundert bis zur Neuzeit, Frankfurt-New York, Campus, 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


7, 8 et 11 juin. Conférences Pierre Abélard

Josep E. Rubio Albarracin

Jeudi 7, vendredi 8 et lundi 11, de 16h-18h, Immeuble de France, 190 avenue de France (métro Quai de la Gare, Bus 89), salle 006

Raymond Lulle: Le langage et la raison

1. Langage et réalité: une relation problématique chez Lulle

2. La réalité comme signe. Le jeu des significations dans l’épistémologie lullienne

3. La formalisation d’un nouveau langage: la genèse de l’ARS

4. La raison contemplative, ou la contemplation rationnelle de l’Ars demonstrativa

Le Professeur Josep E. Rubio Albarracin (Université de Valencia)  a publié le traité „Ars demonstrativa“ dans la collection Raimundi Lulli Opera Latina (Turnhout 2007) et il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la philosophie de Lulle dont notamment „Les bases del pensament de Ramon Llull: els orígens de l’art lul·liana“ (Valencia 1997).

14.-16. Juni 2012. Freiburg im Breisgau. Thomas problematicus

Herderbau, Tennenbacher Straße 4, 79106 Freiburg, Raum 100 im 1. Obergeschoss

Marieke Abram (Freiburg) | Kent Emery Jr. (Notre Dame) | Harm J.M.J. Goris (Utrecht) | Maarten J.F.M. Hoenen (Freiburg) | Ruedi Imbach (Paris) | Isabel Iribarren (Strasbourg) | Thomas Jeschke (Köln) | Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris) | Matthias Lutz-Bachmann (Frankfurt) | Mario Meliadò (Siena/Freiburg) | Silvia Negri (Siena/Freiburg) | Pasquale Porro (Bari/Roma) | Zornitsa L. Radeva (Freiburg) | Andrea A. Robiglio (Leuven) | Giulia Sossi (Bari) | Andreas Speer (Köln) | Carlos Steel (Leuven) | Loris Sturlese (Lecce) | Rudi A. te Velde (Utrecht) | Peter Walter (Freiburg)

Über die Auslegung der Schriften des Thomas waren die Meinungen im Mittelalter geteilt. Grund hierfür waren die Spannungen, die Thomas’ Werk innewohnten. Diesen Bruchlinien auf die Spur zu kommen, ist das Ziel dieser Tagung. Denn auf diese Weise lässt sich ein Zugang zur Geschichte des Thomismus gewinnen, auf dessen Grundlage die Komplexität ihrer Tradition beurteilt werden kann. Im Mittelpunkt der Tagung stehen die „Concordantiae conclusionum Thomae Aquinatis in quibus videtur sibi contradicere“ von Petrus de Bergamo, einem Thomisten des 15. Jahrhunderts. In diesem Werk hat Petrus mehr als 1200 Stellen zusammengetragen, in denen Thomas sich zu widersprechen scheint und die Petrus zu lösen versucht. Das Werk deckt so auf einmalige Weise die Spannungen auf, welche die Schriften des Thomas durchziehen und im Laufe der Geschichte immer wieder zu verschiedenen, mitunter gegensätzlichen Interpretationen seiner Lehre Anlass gegeben haben. In diesem Sinne bietet der Text der modernen Forschung ein breites Spektrum an Widersprüchen und Lösungsversuchen, die die thomistische Tradition des Mittelalters gekennzeichnet haben. Die Tagung ist so konzipiert, dass die Vortragenden jeweils zu einer ausgewählten Gruppe von hematisch zusammenhängenden Widersprüchen aus historischer, philosophischer oder theologischer Sicht Stellung nehmen. Eine Buchpublikation auf der Grundlage der einzelnen Beiträge ist angedacht.


Donnerstag, den 14. Juni

Overtüre

14.30 Maarten J.F.M. Hoenen (Freiburg) Begrüßung und Eröffnung
15.00 Mario Meliadò (Siena/Freiburg) Kanon und Konkordanz: das Werk Petrus’ de Bergamo in der Geschichte des Thomismus

Teil I. Moderator: Matthias Lutz-Bachmann (Frankfurt)

15.40 Isabel Iribarren (Strasbourg) Angelus
16.40 Andrea A. Robiglio (Leuven) Appetitus
17.20 Carlos Steel (Leuven) Bonitas
18.00 Andreas Speer (Köln) Theologia


Freitag, den 15. Juni

Teil II. Moderator: Andrea A. Robiglio (Leuven)

9.00 Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris) Ens-Esse
9.40 Silvia Negri (Siena/Freiburg) Creatio

Teil III. Moderator: Carlos Steel (Leuven)

10.40 Rudi A. te Velde (Utrecht) Scientia
11.20 Maarten J.F.M. Hoenen (Freiburg) Intellectus
12.10 Marieke Abram (Freiburg) Anima

Teil IV. Moderator: Ruedi Imbach (Paris)

14.30 Thomas Jeschke (Köln) Damnatio
15.10 Giulia Sossi (Bari) Gratia-Meritum

Teil V. Moderatorin: Catherine König-Pralong (Fribourg/Paris)

16.10 Zornitsa L. Radeva (Freiburg) Individuum
16.50 Kent Emery Jr. (Notre Dame) Actus
17.40 Pasquale Porro (Bari/Roma) Forma


Samstag, den 16. Juni

Teil VI. Moderator: Loris Sturlese (Lecce)

9.00 Ruedi Imbach (Paris) Deus
9.40 Mario Meliadò (Siena/Freiburg) Causa

Teil VII. Moderator: Pasquale Porro (Bari/Roma)

10.40 Peter Walter (Freiburg) Caritas
11.20 Harm J.M.J. Goris (Utrecht) Verbum
12.10 Maarten J.F.M. Hoenen, Silvia Negri Schlussbemerkungen


Organisation:
Maarten J. F. M. Hoenen
Mario Meliadò
Silvia Negri

Kontakt:
Philosophisches Seminar
Albert-Ludwigs-Universität Freiburg
Platz der Universität 3
79085 Freiburg
Tel. +49 (0)761 203-2439
maarten.hoenen@philosophie.uni-freiburg.de
mario.meliado@philosophie.uni-freiburg.de
silvia.negri@philosophie.uni-freiburg.de

Programm und Plakat



Science et nature au Moyen Âge: deux publications récentes

Joël Biard, Science et nature. La théorie buridanienne du savoir, Paris, Vrin, 2012.
Collection « Études de Philosophie Médiévale » XCIX, 978-2-7116-2384-6, 404 p., 16 × 24 cm, 35 €.

La notion médiévale de scientia comporte une multiplicité de dimensions : disposition de l’esprit qui accorde un assentiment justifié à des propositions, discours organisé qui doit être analysé du point de vue des critères sémantiques et des modalités argumentatives, encyclopédie des disciplines profanes ou sacrées.
Cet ouvrage étudie systématiquement la théorie buridanienne de la science, la diversité de ses sens, l’étagement de ses degrés de certitude depuis la connaissance du contingent jusqu’aux formes les plus rigoureuses du savoir démonstratif, ainsi que la diversité de ses rationalismes régionaux. Avec Jean Buridan (né entre 1295 et 1300, mort en 1361), la science est solidement ancrée dans le monde de la nature et des hommes, et se déploie en un réseau des savoirs qui surgissent et se développent dans le cadre du cours naturel du monde, dessinant le champ autonome de la philosophie.


 

Joël Biard & Sabine Rommevaux (eds.), La nature et le vide dans la physique médiévale. Études dédiées à Edward Grant, Turnhout, Breopls, Studia Artistarum 32, 2012.

437 p., 4 b/w ill., 156 x 234 mm, 2012, ISBN: 978-2-503-54476-2, Languages: French, English

Table des matières

Joël Biard et Sabine Rommevaux : Avant-Propos
David C. Lindberg : Homage to Edward Grant

A) Parcours transversaux
Nicolas Weill-Parot : Retour sur « l’horreur du vide » : les origines de la « nature universelle » dans la physique médiévale et ses significations (xiiie‑xvie siècles)
Rega Wood : What Price the Horror vacui ? Insterstitial Vacua and Aristotelian Science
Appendix : Relationship between Roger Bacon and Richard Rufus
Aurélien Robert : Le lieu, le vide et l’espace chez quelques atomistes du xive siècle

B) Le vide dans le monde arabe
Jean Celeyrette : Le vide chez Avicenne
John Walbridge : Illuminationists, Place and the Void
Cristina Cerami : Mélange, minima naturalia et croissance animale dans le Commentaire moyen d’Averroès au De generatione et corruptione, I, 5

C) Le vide chez quelques auteurs du xiiie siècle
Henryk Anzulewicz : Albert the Great on Void. Some Remarks
Joan Cadden : Albertus Magnus on Vacua in the Living Body
Cesare Musatti : The Extracosmic Void in an Anonymous Commentary on De caelo (MS. Paris, Bibl. nat. Lat. 16 160)
Appendix 1 : Anonymus, Questiones supra librum De celo et mundo, I, qu. 23, « Utrum extra celum sit aliquod vacuum ? »
Appendix 2 : Petrus de Alvernia (?), Questiones super libros De celo et mundo, I qu. 32
Appendix 3 : Petrus de Alvenia, Questiones supra librum De caelo et mundo, I, qu. 29

D) Le vide du xive au xvie siècle
Edmond Mazet : Le vide dans les Questiones de motu de Richard Kilvington
Stefan Kischner : Nicole Oresme on the Void in His Commentary on Aristotle’s Physics
Joël Biard : Signification et statut du concept de vide selon Albert de Saxe et Jean Buridan
Sabine Rommevaux : Le vide secundum naturam dans les Questions sur la Physique de Blaise de Parme
Annexe : Blaise de Parme, Questions sur la Physique, IV, qu. 4 et qu. 5, édition critique et traduction par Joël Biard et Sabine Rommevaux
Stefano Caroti : De Pierre de Padoue à Augustinus Niphus : la discussion sur le vide dans quelques auteurs italiens (xive-xvie siècle)

Bibliographie
Index nominum

L’antichità classica nel pensiero medievale

Im Rahmen der deutschen Arbeitsprojekte sind neulich zwei Aufsätze erschienen:


Mario Meliadò, «La teologia delle scuole filosofiche antiche: Eimerico di Campo e la dossografia del “Centheologicon”», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 385-412.

Silvia Negri, «La quaestio „De salvatione Aristotelis“ del tomista Lamberto di Monte», in Alessandro Palazzo (a cura di), L’antichità classica nel pensiero medievale, Porto, FIDEM (TEMA 61), 2011, 413-440.

Der Sammelband L’antichità classica nel pensiero medievale enthält ausserdem Aufsätze von N. Bray, G. Briguglia, G. Fioravanti, F. Forte, G. Gambale, G. C. Garfagnini, A. Palazzo, C. Panti, L. Parisoli, G. Piaia, D. Quaglioni, T. Ricklin, A. Rodolfi, F. Siri, C. Steel, M. Trizio. L. Tromboni, L. Valente.


Beschreibung des Herausgebers:

Il patrimonio della cultura classica, nei suoi molteplici aspetti (dalla filosofia agli auctores letterari, dal diritto alla mitologia, ecc.), ha alimentato, tra «continuità» e «rinascite», in forme varie e differenziate a seconda dei luoghi e dei tempi, delle discipline e degli autori, l’universo intellettuale del Medioevo, al punto che ricostruire le fortune dell’«Antichità classica nel pensiero medievale» significa di fatto tracciare le vicende del sapere medievale. Questo è stato l’argomento del XIX convegno della Società Italiana per lo Studio del Pensiero Medievale (SISPM) i cui atti vengono pubblicati in questo volume.
La raccolta di saggi offre uno spaccato della sopravvivenza della cultura classica nel Medioevo, esaminando una grande varietà di questioni, di autori, di fonti e di generi letterari, toccando ambiti storico-culturali differenti, adottando numerose prospettive metodologiche e proposte teoriche. Seppur prevalenti, filosofia e teologia non sono le uniche discipline rappresentate nel volume, che ha anzi tra i suoi caratteri distintivi l’apertura multidisciplinare: accanto a contributi di contenuto filosofico e teologico, infatti, ve ne sono altri nei quali viene indagata la ricezione di componenti del patrimonio culturale classico quali la mitologia, la poesia e il diritto romano, nei quali i protagonisti del confronto con l’Antichità classica non sono i filosofi o i teologi, bensì i letterati e i giuristi medievali.

Quelques bibliothèques numériques

A côté du célèbre et bien répertorié fonds de livres scannés par Google, plusieurs institutions et bibliothèques proposent une bibliothèque de livres scannés à télécharger ou consulter en ligne. La Medieval Academy of America offre un choix de livres particulièrement intéressant pour l’historien de la philosophie médiévale.  Le site Medieval Philosophy Online, géré par Jean-Luc Solère, réunit une importante collection de ressources relatives à la philosophie, de l’antiquité au XVIIIe siècle. Parmi les fonds généralistes les plus importants, on mentionnera Gallica, de la Bibliothèque nationale de France, le fonds de la Bayerische Staatsbibliothek et celui de la Technische Universität Darmstadt, tous deux riches en incunables et manuscrits. Parmi les fonds importants et généralistes, on mentionnera: UTB E-Book Library (sur inscription), le Göttinger Digitalisierungszentrum, le Project Gutenberg, Open Library et Archive Internet.

Certains sites indexent les contenus de diverses bibliothèques virtuelles, comme Europeana (qui indexe entre autres Gallica et la BSB) et The Online Books Page qui indexe plus d’un million de livres accessibles en ligne. Pour le domaine de la philosophie médiévale, le site Medieval Philosophy Online réalise également d’importants travaux d’indexation. Le site allemand Recherche offre une description détaillée et une liste importante de ressources en ligne et de textes digitalisés.

Concernant les sources antiques et médiévales, une partie des volumes de la patrologie latine de Migne est disponible en version pdf. Les éditions critiques des œuvres d’Henri de Gand ont été numérisées et les pdf mis en ligne parl’Université d’Ashville.

Mentionnons d’autres ressources livresques, dont l’accès est parfois limité ou qui ne permettent pas toujours de télécharger des ouvrages entiers: la bibliothèque virtuelle de l’Université de Yale, le réseau américain Hathi Trust Digital Library, le réseau espagnol Biblioteca Virtual de Patrimonio Bibliográfico et le réseau colonais Digitalisierte Druck.

La plupart des bibliothèques dont le patrimoine en manuscrits  est important numérisent leur fonds de manuscrits antiques et médiévaux. Les digital libraries américaines et anglaises sont très nombreuses; les projets allemands également. Dans chaque cas, il convient de se rendre sur le site de la bibliothèque concernée. Il existe cependant un site européen qui fait l’interface entre de nombreuses bibliothèques numériques dans le monde et permet d’accéder facilement au fac-similé du manuscrit recherché, la Bibliothèque numérique Européenne des manuscrits. Les fonds de manuscrits des bibliothèques suisses sont numérisés par e-codices. Le site Medieval Philosophy Online indexe de nombreuses ressources: catalogues de manuscrits et ressources en ligne de manuscrits digitalisés. Le site Mirabile (Edizioni del Galluzzo) offre un moteur de recherche sur 17’500 auteurs médiévaux et 95’000 manuscrits. On y trouve en outre 300’000 notices bibliographiques médiévales. La Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux de l’IRHT permet de consulter la reproduction d’une large sélection de manuscrits, du Moyen Âge jusqu’au début de la Renaissance, conservés dans des fonds patrimoniaux dispersés sur tout le territoire français, hormis ceux de la Bibliothèque nationale de France. Elle est enrichie par des apports extérieurs, comme les reproductions d’une centaine de manuscrits de la Staatsbibliothek de Berlin.

Certaines bibliothèques numériques présentent enfin des fonds plus variés, iconographiques et livresques, avec des applications audio et vidéo, comme la Bibliothèque numérique mondiale (qui ne présente toutefois, en l’état actuel, qu’un très petit nombre de documents, moins de deux milles).

Ces quelques indications n’ont aucune prétention à l’exhaustivité, mais demandent à être enrichies grâce à vos suggestions.

Etudes sur le premier siècle de l’averroïsme latin. Approches et textes inédits

Dragos Calma, Études sur le premier siècle de l’averroïsme latin. Approches et textes inédits, Turnhout, Brepols, Studia artistarum, 2011.

387 p., 4 b/w ill. + 1 colour ill., 156 x 234 mm, 2011
ISBN: 978-2-503-54291-1
Languages: French, Latin

Ce livre est consacré aux auteurs qui ont repris la pensée d’Averroès dans le monde latin entre 1250 et 1350. De nouvelles remarques sur la polysémie du terme averroista précèdent les grands thèmes abordés : le retour numériquement identique au corps corrompu, le rapport entre matière et puissance, la nécessité et la contingence, l’intellect agent et possible. Des manuscrits et des textes inédits jusqu’à ce jour sont au coeur des discussions qui apportent la preuve que des doctrines puisées dans l’œuvre d’Averroès circulaient entre les Universités de Paris, Oxford, Bologne et Padoue. Sans prétendre aborder tous les aspects de l’averroïsme latin de cette période, le livre reprend sur nouveaux frais des questions considérées comme résolues et propose de nouvelles perspectives de recherche.

Pour commander cliquer ici.

Antworten auf den Neuplatonismus. Thomas von Aquins Kommentar zum Liber de causis

Montag, 16–18 Uhr, Wintersemester 2011/2012, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg im Breisgau, KG I, HS 1224

Prof. Dr. Maarten J.F.M. Hoenen, Mario Meliadò, Silvia Negri

Thomas von Aquin wurde bereits bald nach seinem Tode als der ‚doctor communis‘ gelobt, weil er in seinem Denken verschiedene Traditionen zusammengebracht habe. Die Größe des Thomas bestehe darin, so wurde behauptet, dass er in den zahlreichen philosophischen Theorien immer das Wichtigste erkannte und für seine Verteidigung des christlichen Glaubens einsetzte. Die These, dass Thomas der Inbegriff mittelalterlichen Denkens sei, findet heute noch immer Verteidiger. Die Forschung hat jedoch aufgedeckt, dass die Situation weitaus komplizierter ist und Thomas in der Auswahl und Lektüre seiner Quelle kontroverse Positionen bezog. Das beste Beispiel für den komplexen Umgang mit der philosophischen Tradition ist sein Kommentar zum Liber de causis (1272), einer Neubearbeitung von Teilen der Elementatio Theologica von Proclus, die im 12. Jh. aus dem Arabischen ins Lateinische übersetzt wurde. Der Erfolg des Liber de causis war vor allem durch die falsche Zuschreibung an Aristoteles bedingt. Seine Rezeption erfuhr jedoch eine Wende mit dem Kommentar des Thomas von Aquin: in einer meisterhaften Exegese identifizierte dieser zum ersten Mal den Ursprung der im Liber de causis enthaltenen Lehren (Proclus). Es ist der Kommentar eines Anhängers von Aristoteles, der sich der Bedeutung, aber auch der Gefahren des neuplatonischen Werkes für den Christen bewusst ist. Im Seminar werden wir den Kommentar in seinen Hauptteilen gemeinsam lesen. Dabei gehen wir ausführlich auf den Stand der modernen Forschung ein.

Vgl. auch

Lire le monde au Moyen Âge: signe, symbole et corporéité

Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, 95/2, 2011, 328 p., 28 €. ISBN : 978-2-7116-995-7

Actes du colloque des 8 et 9 janvier 2009, Institut Catholique de Paris, Faculté de philosophie. 

SOMMAIRE

E. Falque. — Présentation (211)

O. Boulnois. — La théologie symbolique face à la théologie comme science (217)

V. Giraud. — Signum et vestigium dans la pensée de saint Augustin (251)

P. Calixto Ferreira Filho. — Symbolisme et métonymies du sensible au divin chez Denys l’Aéropagite (275)

Ph. Richard. — « De ma chair, je verrai Dieu ». Relecture contemporaine d’un texte carolingien sur la vision béatifique (287)

P. Turpin. — Querelle eucharistique et épaisseur du sensible : Bérenger et Lanfranc (303)

J. Leclercq. — Voir le monde par les affects : Bernard de Clairvaux et la voie monastique (323)

Ch. Trottmann. — Isaac de l’Étoile lecteur du livre de la nature (343)

D. Poirel. — Lire l’univers visible : le sens d’une métaphore chez Hugues de Saint-Victor (363)

E. Falque. — Le geste et la parole chez Hugues de Saint-Victor : l’Institution des novices (383)

L. Solignac. — De la théologie symbolique comme bon usage du sensible chez saint Bonaventure (413)

BULLETINS

G. Berceville, M. Borgo, I. Costa, A. Oliva. — Bulletin d’histoire des doctrines médiévales (429)

J.-P. Jossua. — Bulletin de théologie littéraire (473)

RECENSION DES REVUES (505)

Notices bibliographiques (531)

Humbert de Preuilly. Théologien, cistercien, pédagogue tombé dans l’oubli

Notule, par Monica B. Calma

Le cistercien Humbert de Preuilly (Humbertus de Prulliaco) présente un cas emblématique de ces théologiens médiévaux qui, malgré une grande notoriété en leur temps, ne font pas aujourd’hui l’objet d’une attention suffisante. Aucun de ses ouvrages n’a bénéficié d’une édition jusqu’à nos jours.  Très peu de documents permettent de retracer la vie et l’activité intellectuelle de cet auteur. Il est né à Gendrey1, proche de Besançon dans la région de Dôle, mais on ignore la date de sa naissance. Ses études se sont poursuivies au Collège de Saint Bernard vers 1289, où il a probablement eu comme maître Jean de Werde. Son épitaphe, retrouvée au collège de Saint Bernard vers 1700, donne comme date de sa mort l’année 12972.

 1 Selon l’explicit du ms. Montpellier BU, Méd. 181 : Anno Domini MCC nonag. primo compilatum fuit hoc scriptum a domino Hymberto bone memorie, quodam abbate Pruilliaci, bachalario in theologia, nato de Gendreyo prope bisuntinensem civitatem, et monaco cystercienci.

2 Hic sepulta sunt intestina D. Himberti, abbatis Prulliacensis, bachalarii in theologia, qui decessit 1297 pridie idus martii.

(Illustration tirée du ms. Troyes, BM 1733, f.1)

Prochaines publications sur Humbert de Preuilly

Monica B. Calma, « Le commentaire des Sentences d’Humbert de Preuilly », dans Bulletin de Philosophie Médiévale 52, (2011), 65 pp.

Humbert de Preuilly est le premier auteur cistercien à donner une lecture sur le commentaire des Sentences de Pierre Lombard. Le nombre élevé de manuscrits qui ont transmis son commentaire montre la vaste diffusion que ce texte a connu, notamment dans le milieu cistercien et universitaire de son époque. L’esprit de synthèse qui caractérise la pensée d’Humbert explique cette importante circulation du texte. Humbert veut en effet fournir un manuel de théologie à ses frères cisterciens, selon le projet pédagogique annoncé dans l’intitulé de l’un des manuscrits : ad honorem Dei et profectum fratrum habere breviter scriptorum sententiarum veritatem. Cf. ms. Troyes, Bibl. Mun. 1733, f. 1r.

Monica B. Calma, N. Wicki (†),  Humbert de Preuilly, Le commentaire de la Métaphysique, Livre I-V, Turnhout, Brepols, à paraître fin 2011, (Studia Artistarum 32) 560 pp.

Le chantier éditorial du commentaire de la Métaphysique d’Aristote par Humbert de Preuilly (Livres I-V) a été mis en route par le professeur Niklaus Wicki, décédé en mars 2008.  À ce moment, N. Wicki n’avait achevé la transcription que de trois manuscrits. Mes recherches ont permis d’identifier un quatrième manuscrit que j’ai également collationné. Ce travail d’édition sera prochainement publié chez Brepols, dans la collection Studia Artistarum. L’introduction au volume livre une brève présentation du texte, retrace la tradition manuscrite et propose une introduction concise à la pensée métaphysique d’Humbert. Jamais étudié, ce commentaire est particulièrement intéressant dans la mesure où Humbert commente Aristote sur la base d’une synthèse des interprétations d’Averroès, d’Albert le Grand et de Thomas d’Aquin.

Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach

I. ATUCHA, D. CALMA, C. KÖNIG-PRALONG, I. ZAVATTERO (éds), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto, F.I.D.E.M., 2011, 797 p., ISBN: 978-2-503-53528-9, 75 EUR.

Academicus Adnichilatio Adunque Alietas Alto mare aperto Anima Animal Anonyme Antithomisme Anthropopoios Artificialis Atheism Aytoc Beatitudo Bild Certitudo Civilitas Conclusio Coniunctio Curiositas Discretio Distinctio Dolor Eruditio Essentiae Eutrapelia Fascinatio Felicitas Figmentum Hylémorphisme Imago Dei Individuum vagum Inhabitatio Intellectus practicus Kalokagathia Lassitudo Libertas indifferentiae Magie Maneries Manuductio Modi rerum Monopsychite Nuditas Obstinatio Obumbratio Parrhesia Parva logicalia Pater Philocaptus Philosopha Pila argentea Plagium Praedicabilis Principium pure possibile Propositio in re Proverbe Recreatio Res a reor reris Résistance Reverentia Sacrificium intellectus Sein Sermo Societas Substantia Symbole Syndérèse Tino-logia Verificativum Vernünfticheit… et plus encore

Ce livre est à  la fois un lexique, un portrait et un hommage. Un lexique historique et historiographique qui met en série des études courtes consacrées à des notions négligées, marginales ou encore mal définies de la philosophie ou, plus largement, de la pensée médiévale. Un lexique dont chaque article dessine les traits, en creux, de celui qui a souvent attiré l’attention des chercheurs sur des objets marginaux ou négligés par l’historiographie, en multipliant les approches thématiques et en plaidant pour un plus grand pluralisme méthodologique. Un portrait pointilliste de Ruedi Imbach et un hommage, en somme, sous forme de défense et illustration.

Le volume comprend des contributions de: Jan A. Aertsen, Etienne Anheim, Henryk Anzulewicz, Iñigo Atucha, Alessandra Beccarisi, Luca Bianchi, Joël Biard, Magdalena Bieniak, S.-Th. Bonino, Bruno-Marie Borde, Olivier Boulnois, Alain Boureau, Alexander Brungs, Philippe Büttgen, Dragos Calma, Monica Calma, Stefano Caroti, Delphine Carron, Julie Casteigt, Laurent Cesalli, Grellard Christophe, Stephen Chung, Emanuele Coccia, Valérie Cordonier, Iacopo Costa, J.-F. Courtine, Gilbert Dahan, Alain de Libera,  Dominique Poirel, Mary E. Ingham, Gianfranco Fioravanti, Kurt Flasch, Frédéric Gabriel, Anto Gavric, Barbara Hallensleben, Maarten Hoenen, Tobias Hoffmann, Iribarren Isabel, Zénon Kaluza, Theo Kobusch, Catherine König-Pralong, Alfonso Maierù, John Marenbon, Burkhart Mojsisch, Dominic O’Meara, Jürgen  Miethke, Adriano Oliva, Gianfranco Pellegrino, Dominik Perler, Sylvain Piron, Olaf Pluta, Pasquale Porro, François-Xavier Putallaz, Francis Python, Dominguez Reboiras Fernando, Thomas Ricklin, Aurélien Robert, Andrea Robiglio, Anne–Sophie Robin, Irène Rosier-Catach, Jacob Schmutz, Peter Schulthess, Philibert Secrétan, Loris Sturlese, Tiziana Suarez-Nani, Christian Trottmann, Luisa Valente, Anca Vasiliu, Guido Vergauwen, Ubaldo Villani-Lubelli, Peter Von Moos, Olga Weijers, Irene Zavattero.

Commande sur le site de Brepols Publishers.

Maître Eckhart. Philosophe du christianisme

Kurt Flasch, Maître Eckhart. Philosophe du christianisme, traduit de l’allemand par Catherine König-Pralong, Paris, Vrin (bibliothèque des philosophies), 2011, 336 p. ISBN : 978-2-7116-2336-5

Aujourd’hui encore, Maître Eckhart (vers 1260-1328) fascine par la singularité de sa pensée et la puissance de sa langue. Kurt Flasch livre ici une nouvelle interprétation de la vie et de l’enseignement d’Eckhart, philosophe et théologien dont il a fréquenté la pensée durant soixante ans. La recherche de ces dernières décennies a modifié l’image de Maître Eckhart. Ce livre tente un bilan. Il introduit à la pensée d’Eckhart, il invite à lire ses écrits et à penser ses propositions. De manière claire et concise, Kurt Flasch étudie les différentes oeuvres d’Eckhart une à une. Il reconstruit leur contexte biographique et historique, ainsi que le monde intellectuel d’où venait Eckhart et vis-à-vis duquel il se positionnait. Paris, Erfurt, Strasbourg et Cologne apparaissent comme les lieux de l’activité intellectuelle d’Eckhart. Les soupçons et les attaques le conduisent ensuite à Avignon, où il meurt avant la conclusion de son procès et sa condamnation par l’Église.

 

8-9 septembre 2011. Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle

Maison de la recherche, 28 rue Serpente, salle 035, 75006 Paris.

Alessandra Beccarisi Università del Salento | Joël Biard CESR Tours | Serge-Thomas Bonino Institut Catholique Toulouse | Marta Borgo Commission Léonine Paris | Alain Boureau EHESS Paris | Jean-Baptiste Brenet Université Paris Ouest Nanterre | Julie Brumberg-Chaumont EPHE Paris | Dragos Calma Paris | Julie Casteigt Université Toulouse le Mirail | Dominique Demange Université Paris IV Sorbonne | Silvia Donati Albertus-Magnus-Institut Bonn| Alain Galonnier Centre Jean Pépin Villejuif |  Ruedi Imbach Université Paris IV Sorbonne | Catherine König-Pralong Universités de Fribourg et Paris IV Sorbonne | Adriano Oliva Commission Léonine Paris, IRHT | Dominique Poirel IRHT Paris | Jean-Luc Solère CNRS |

Colloque ouvert aux auditeurs, sans inscription

Jeudi 8 septembre 2011

09h00-09h15 | Ruedi Imbach. Ouverture
Présidence de séance : Jean-Luc Solère

I. À la Faculté des arts

09h15-10h00 | Silvia Donati. Die Lehre von der Analogie des Seienden in der Kommentartradition der Physik: Einige Interpretationsmodelle (Kommentare aus der Artistenfakultät, ca. 1250-1300)

II. Un débat allemand du début du XIVe siècle

10h0-10h45 | Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong. Un conflit des orthodoxies en scolastique. Accident aristotélicien et dogme eucharistique (Thomas d’Aquin, Dietrich de Freiberg)

[Pause]

11h15-12h00 | Alessandra Beccarisi. Il trattato (Basiliensis) De natura accidentis tra tomismo e antitomismo

12h00-12h45 | Julie Casteigt. Reduplicatio excludit omne alienum a termino. Accident et qualité redupliquée à partir de l’article 13 d’Eckhart condamné dans la bulle pontificale In agro dominico


Présidence de séance : Alain Boureau

III. Un commentaire pseudo-thomiste

15h00-15h45 | Alain Galonnier. Le Commentum in Boethii De consolatione Philosophiae du Pseudo-Thomas d’Aquin : contenu, sources et influence

[Pause]

IV. Retour à la Faculté des arts

16h15-17h00 | Joël Biard. Comment définir un accident ? Le double statut de l’accidentalité selon Buridan, et ses conséquences sur la théorie de la définition


Conférence publique

Présidence de séance : Jean-Baptiste Brenet

18h00-19h00 | Adriano Oliva. Les sermons de Thomas d’Aquin: problèmes d’authenticité et originalité des contenus


Vendredi 9 septembre 2011

Présidence de séance : Ruedi Imbach

V. Autour du De natura accidentis

09h15-10h00 | Serge-Thomas Bonino. Le statut de l’accident chez Thomas Sutton

10h00-10h45 | Dominique Poirel. Le De natura accidentis: les enseignements d’une édition

[Pause]

11h15-12h00 | Dragos Calma. Les opuscules dans les manuscrits anglais


Présidence de séance : Marta Borgo

14h00-15h00 | Workshop De natura accidentis. Présentation par Jean-Baptiste Brenet et lecture commune/discussion du texte

[Pause]

15h15-16h00 | Julie Brumberg-Chaumont. Étude sur la cohérence doctrinale interne des Opuscules : quelques notions clefs

[Pause]

VI. À partir de Thomas d’Aquin

16h15-17h00 | Jean-Luc Solère. L’intensification et rémission des formes accidentelles chez et après Thomas d’Aquin

17h00-17h45 | Dominique Demange. Accidents et relations non-convertibles selon Thomas d’Aquin, Pierre Olivi et Jean Duns Scot


17h45-18h15 | Conclusion


Argument

Parmi les ouvrages attribués à Thomas d’Aquin dont l’authenticité n’est pas assurée, un groupe de six traités occupe une place à part, les De principio individuationis, De natura materiae, De natura accidentis, De natura generis, De instantibus, De quattuor oppositis.

 

De manière récurrente ces opuscules ont été conjointement transmis dans un même codex et attribués à Thomas d’Aquin, au moins dès le début du XIVe siècle. Aujourd’hui l’authenticité thomasienne de ces six opuscules est fortement contestée ; dans certains cas clairement rejetée. L’histoire et les modalités de l’attribution de ces textes à Thomas d’Aquin est encore à écrire. Pour commencer à démêler les fils de cet écheveau, le groupe parisien du projet THOM s’est attelé à l’édition critique de l’un de ces textes, le De natura accidentis, sous la direction de Dominique Poirel. Pour l’instant, seul le De natura materiae a bénéficié d’une édition critique (par J.M. Wyss en 1953).

 

Le colloque des 8-9 septembre 2011 entend faire un point sur ce travail d’édition qui sera alors presque achevé : il s’agira de présenter le dossier codicologique, de discuter les questions d’attribution et d’ouvrir le chantier doctrinal. Ce dernier aspect devrait contribuer à replacer le De natura accidentis dans le contexte des six opuscules, à mesurer ses ressemblances et divergences avec le De natura generis et le De natura materiae. Un autre texte pseudo-thomiste étudié par Alain Galonnier dans le contexte du programme ANR-DFG, un Commentum in Boethii De consolatione Philosophiae, sera également présenté.

 

Parallèlement, la thématique des accidents sera envisagée dans un contexte élargi, celui des discussions autour des accidents aux XIIIe et XIVe siècles, à la Faculté des arts, dans les studia et à la Faculté de théologie. Une lecture cursive du De natura accidentis révèle en effet la densité des problèmes qui s’y trouvent intriqués : pluralité des formes, rémanence de la forme corporelle après la mort, théorie de l’analogie, ordre de succession des accidents dans la substance, rôle de la quantité et des autres catégories accidentelles, en particulier de la relation et de la qualité.

Programme ANR-DFG franco-allemand THOM | Thomisme et antithomisme au Moyen Âge | ANR-08-FASHS-01201| Ruedi Imbach | Maarten J.F.M. Hoenen | Catherine König-Pralong | Université Paris IV-Sorbonne | Centre Pierre Abélard |UFR de philosophie et de sociologie| Renseignements catherine.koenig-pralong@unifr.ch

A télécharger

Affiche_Opuscule

Programme_Colloque_ANR_THOM

 

8 septembre 2011. Conférence d’Adriano Oliva (Commission Léonine Paris, IRHT)

18h00-19h00, Maison de la recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle 035

Les sermons de Thomas d’Aquin: problèmes d’authenticité et originalité des contenus

Dans le cadre du colloque ANR Opuscules pseudo-thomistes et problématique accidentelle.

Colloque et conférence ouverts à tous.

Le bon usage des savoirs

Catherine König-Pralong, Le bon usage des savoirs. Scolastique, philosophie et politique culturelle, Paris, Vrin, Études de philosophie médiévale, 360 p., 35 euros, ISBN : 978-2-7116-2358-7.

[Parution: septembre 2011] La philosophie médiévale est en général mieux connue que ses auteurs. Ce livre s’intéresse aux acteurs intellectuels auteurs des textes qui ont servi de matériaux à l’histoire de la philosophie médiévale. Qui sont-ils? Dans quels lieux institutionnels et dans quelles conditions culturelles ont-ils travaillé? Quelles conceptions se faisaient-ils de leur mission, de ses intérêts et de ses fins? Démentant un préjugé répandu, les scolastiques se révèlent intéressés à la politique culturelle; ils avaient une conscience aigue des enjeux épistémiques, éthiques et sociaux de leurs pratiques professionnelles. Cette étude documente ces autoreprésentations et les contraste au moyen d’un regard plus extérieur, qui décrit les pratiques savantes des auteurs scolastiques et reconstruit leurs différentes conceptions du savoir et de la société chrétienne. À l’étude des contextes intellectuels et sociaux, elle présente des mises en série, de la division des sciences à la structuration du champ social en évêque, docteur, moine et laïc. À la lecture de textes issus de divers milieux et temps, elle articule des distinctions, entre clerc et laïc, évêque et docteur, arts libéraux et arts mécaniques, sédentaires et pérégrins, adulte et enfant, homme et femme, centre et périphérie, chrétien et non chrétien, théologie et philosophie. Conditions culturelles du savoir et contenus doctrinaux sont approchés par des méthodes irréductiblement différentes, qui convergent cependant sur un même objet, le texte qualifié de « philosophique » par son auteur ou par ses historiens.

Table des matière

Introduction

— Les intellectuels d’aujourd’hui et ceux du Moyen Âge

— La sélection historiographique : un exemple

— Approcher le savoir scolastique par les représentations et les pratiques

I. Intellectualisme clérical : le théologien universitaire en chaire

1. Jean Peckham : Parler latin au paradis

— La langue du paradis

— Latinitas

— Cléricalisme scientifique

2. Richard de Bury : des savoirs élitaires

— Un manifeste en faveur de l’étude

— Des bœufs et des ânes

— L’idéal clérical

3. Thomas d’Aquin : des évêques et des docteurs

— Universitaire

— Docteurs et évêques : scientia et potestas selon Thomas d’Aquin

— Structuration du champ ecclésiastique selon Thomas d’Aquin

4. Henri de Gand : le théologien en chaire

— Sur les traces textuelles d’un parfait universitaire parisien

— Structuration du champ ecclésiastique selon Henri de Gand

— Docteur en théologie : autorité et curiosité du théologien

— Le pêcheur de perles : la rationalité supérieure du théologien

— Gestion de son image publique par le théologien

— Le théologien et son public : une sélection drastique

— Retour sur la réception de l’œuvre d’Henri de Gand

5. Godefroid de Fontaines : un clerc à deux têtes, théologien et philosophe

— La longue carrière universitaire d’un théologien critique

— Structuration du champ ecclésiastique selon Godefroid de Fontaines

— Rendez à la philosophie ce qui est à la philosophie

— Laïcs et docteurs à la même enseigne de la foi, différents par l’érudition

II. Modèles divergents en milieu clérical

1. Roger Bacon : moralité théologique et réforme du savoir scolastique

— Un outsider sur les bords

— Une réception dans l’histoire des sciences

— L’aristocratie corrompue des docteurs

— Défaillance de la scolastique parisienne

— Le schème uti / frui

— Au sujet du « messianisme scientifique de Roger Bacon » : discussion d’une interprétation

— Utilité, beauté et moralité de la science

— La théologie à la lettre d’un clerc qui se sait singulier

2. Pierre de Jean Olivi : pour une expertise théologique souveraine

— L’invention d’un dissident

— Une certaine défense de l’étude (Quaestiones de perfectione evangelica)

— Des simples et des savants (Expositio super Regulam fratrum minorum)

— Place, statut et pratique de la philosophie (De perlegendis philosophorum libris)

— La foi du dormeur et de l’enfant : contre la théologie rationaliste des docteurs (Quaestiones de fide)

— Olivi dans le jeu scolastique (Summa quaestionum in Secundum Sententiarum)

3. Dietrich de Freiberg et la scolastique : distance et divergence

— Un professeur allemand

— Dans un vide interstellaire de l’historiographie philosophique

— Prologues

— La philosophie et la croyance dans les traités

— Un embryon de chronologie

— Un objet embarrassant : le cadavre du Christ

— Le rejet des pratiques coutumières : les combats de Dietrich

Conclusion et point d’orgue

1. Résultats de l’enquête et récapitulations : situations du savoir

2. L’universel désir de savoir

3. Point d’orgue : sortir de la scolastique

— Scolastique

— La damnatio memoriae de la philosophie médiévale laïque

— Réceptions contemporaines de Lulle, Dante et Pétrarque

— La découverte des nouveaux mondes

— Autres mondes, autres coutumes

Bibliographie

Textes médiévaux

Études

Index des noms propres

 

Remerciements 2

Introduction 4

— Les intellectuels d’aujourd’hui et ceux du Moyen Âge 4

— La sélection historiographique : un exemple 11

— Approcher le savoir scolastique par les représentations et les pratiques 17

I. Intellectualisme clérical : le théologien universitaire en chaire 23

1. Jean Peckham : Parler latin au paradis ? 27

— La langue du paradis 27

— Latinitas 29

— Cléricalisme scientifique 34

2. Richard de Bury : des savoirs élitaires 44

— Un manifeste en faveur de l’étude 44

— Des bœufs et des ânes 46

— L’idéal clérical 53

3. Thomas d’Aquin : des évêques et des docteurs 56

— Universitaire 58

— Docteurs et évêques : scientia et potestas selon Thomas d’Aquin 64

— Structuration du champ ecclésiastique selon Thomas d’Aquin 67

4. Henri de Gand : le théologien en chaire 70

— Sur les traces textuelles d’un parfait universitaire parisien 70

— Structuration du champ ecclésiastique selon Henri de Gand 74

— Docteur en théologie : autorité et curiosité du théologien 79

— Le pêcheur de perles : la rationalité supérieure du théologien 84

— Gestion de son image publique par le théologien 94

— Le théologien et son public : une sélection drastique 96

— Retour sur la réception de l’œuvre d’Henri de Gand 106

5. Godefroid de Fontaines : un clerc à deux têtes, théologien et philosophe 110

— La longue carrière universitaire d’un théologien critique 110

— Structuration du champ ecclésiastique selon Godefroid de Fontaines 114

— Rendez à la philosophie ce qui est à la philosophie 117

— Laïcs et docteurs à la même enseigne de la foi, différents par l’érudition 122

II. Modèles divergents en milieu clérical 133

1. Roger Bacon : moralité théologique et réforme du savoir scolastique 134

— Un outsider sur les bords 134

— Une réception dans l’histoire des sciences 139

— L’aristocratie corrompue des docteurs 141

— Défaillance de la scolastique parisienne 147

— Le schème uti / frui 155

— Au sujet du « messianisme scientifique de Roger Bacon » : discussion d’une interprétation 161

— Utilité, beauté et moralité de la science 167

— La théologie à la lettre d’un clerc qui se sait singulier 171

2. Pierre de Jean Olivi : pour une expertise théologique souveraine 175

— L’invention d’un dissident 175

— Une certaine défense de l’étude (Quaestiones de perfectione evangelica) 183

— Des simples et des savants (Expositio super Regulam fratrum minorum) 192

— Place, statut et pratique de la philosophie (De perlegendis philosophorum libris) 196

— La foi du dormeur et de l’enfant : contre la théologie rationaliste des docteurs (Quaestiones de fide) 205

— Olivi dans le jeu scolastique (Summa quaestionum in Secundum Sententiarum) 214

3. Dietrich de Freiberg et la scolastique : distance et divergence 230

— Un professeur allemand 230

— Dans un vide interstellaire de l’historiographie philosophique 237

— Prologues 247

— La philosophie et la croyance dans les traités 261

— Un embryon de chronologie 271

— Un objet embarrassant : le cadavre du Christ 272

— Le rejet des pratiques coutumières : les combats de Dietrich 281

Conclusion et point d’orgue 299

1. Résultats de l’enquête et récapitulations : situations du savoir 299

2. L’universel désir de savoir 303

3. Point d’orgue : sortir de la scolastique 311

— Scolastique 311

— La damnatio memoriae de la philosophie médiévale laïque 315

— Réceptions contemporaines de Lulle, Dante et Pétrarque 319

— La découverte des nouveaux mondes 327

— Autres mondes, autres coutumes 328

Bibliographie 333

Textes médiévaux 333

Études 338

Textes à télécharger

Introduction de: Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts: Lektüren, Aneignungsstrategien, Divergenzen / Thomistes allemands du XIVe siècle: lectures, stratégies d’appropriation, divergences, ed. Maarten J.F.M. Hoenen, Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong, Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 57/2, 2010, par Maarten J.F. M. Hoenen, R. Imbach, C. König-Pralong:

Introduction_FZPHTH_2010

Publications relatives à la philosophie médiévale. Janvier 2010-mai 2011

Cette liste n’est pas exhaustive. Elle indique quelques travaux récents afférents à la philosophie médiévale au sens large, sous les rubriques: Éditions | Traductions | Ouvrages collectifs | Répertoires, Usuels, Lexiques | Monographies.

Éditions

Anonymi Artium Magistri Questiones super Librum Ethicorum Aristotelis (Paris, BnF, lat. 14698), ed. Iacopo Costa, Turnhout, Brepols, 2010 (Studia Artistarum 23).

Aristoteles Latinus, De progressu animalium, De motu animalium, Fragmenta translationis anonymae, ed. P. De Leemans, Turnhout, Brepols, 2011 (ALPE XVII 1. III).

Aristoteles Latinus, De progressu animalium, De motu animalium, Translatio Guillelmi de Morbeka / De motu animalium, ed. P. De Leemans, Turnhout, Brepols, 2011 (ALPE XVII 2.II-III).

Aristoteles Latinus, Meteorologica. Liber quartus. Translatio Henrici Aristippi. Corpus philosophorum Medii Aevi, ed. Elisa Rubino, Turnhout, Brepols, 2010 (ALPE X, 1).

Boethii Daci Quaestiones super Librum De Anima I-II, ed. Robert Wielockx. — Anonymi Boethio Daco usi, Quaestiones Metaphysicae, ed. Gianfranco Fioravanti, Kopenhaven, 2009 (CPDMA 14).

Francisci de Marchia Quaestiones in secundum librum sententiarum (Reportatio). Quaestiones 13-27, ed. Tiziana Suarez-Nani, William O. Duba, Emmanuel Babey, Girard J. Etzkorn, Leuven, Leuven University Press, 2010.

Garnerii de Ruperforti, Contra Amaurianos, a cura di Paolo Lucentini, Turnhout, Brepols, 2010.

Geoffrey of Vinsauf, Poetria nova, Revised edition. Translated by Margaret F. Nims, Introduction to the revised edition by Martin Camargo, Turnhout, Brepols, 2010 (MST 49).

Giles of Viterbo, The Commentary on the Sentences of Petrus Lombardus, ed. Daniel Nodes, Leiden, E.J. Brill, 2010 (Studies in Medieval and Reformation Traditions 151).

Guillelmus Alvernus, Opera homiletica I et II, ed. Franco Morenzoni, Tunrhout, Brepols, 2010 (CCCM 230/231).

Hugo de Miromari, De hominis miseria, mundi et inferni contemptu, ed. Fabrice Wendling, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 234).

Ibn Bagga (Avempace), La conduite de l’isolé et deux autres épîtres, ed. Charles Genequand, Paris, Vrin, 2010 (Textes et traditions).

Iohannes Hus, Polemica, Opera omnia XXII, ed. Jaroslav Eršil, Gabriel Silagi, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 238).

Jean de Reading, Scriptum in primum librum sententiarum, ed. Francesco Fiorentino, Paris, Vrin, 2011 (TPMA).

John Buridan, Quaestiones super libros «De generatione et corruptione» Aristotelis. A Critical Edition with an Introduction, ed. by Michiel Streijger, Paul J.J.M. Bakker, Johannes M.M.H. Thijssen, Leiden, Brill, 2010 (History of Science and Medicine Library 17).

Nicole Oresme, Questiones super geometriam Euclidis, ed. H.L.L. Busard, Stuttgart, F. Steiner 2010 (Boethius 57).

Olszewski Mikolaj, Dominican Theology at the Crossroads. A Critical Edition and Study of the Prologues to the Commentaries on Peter Lombard’s Sentences by James of Metz and Hervaeus Natalis, Münster, Aschendorff, 2010 (Archa Verbi. Subsidia 2).

Petrus Abaelardus, Glossae super Peri hermeneias, ed. Klaus Jacobu, Christian Strub, Turnhout, Brepols, 2010 (CCCM 206).

Richard de Mediavilla, Questions disputées 23-31. Les Démons, Texte établi et traduit par Alain Boureau, Paris, Les Belles Lettres, 2011 (Bibliothèque scolastique).

Thomas Gallus, Explanatio in libros Dionysii, ed. Declan Lawell, Turnhout, 2010 (CCCM 223).

Thomas Wylton, On the Intellectual Soul, ed. Lauge O. Nielsen and C. Trifogli, English Translation by Gail Trimble, Oxford, Oxford University Press, 2010.


Traductions

AAVV, La philosophie arabe IXe-XIVe siècle, Textes choisis et présentés par Pauline Koetschet, Paris, Points, 2011 (Essais).

Albert le Grand, Métaphysique, Livre XI, traités II et III, Texte latin et traduction française, Introduction et notes par Isabelle Moulin, Paris, Vrin, 2010 (Sic et Non).

Averroes on Aristotle’s ‘Metaphysics’, An annotated translation of the so-called Epitome by Rüdiger Arnzen, Berlin-New York, De Gruyter, 2010 (Scientia Graeco-Arabica).

Averroes, Die entscheidende Abhandlung und die Urteilsfällung über das Verhältnis von Gesetz und Philosophie, Mit einer Einleitung und kommentierenden Anmerkungen übersetzt von Franz Schupp, Hamburg, Meiner, 2009.

Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire, traduction et commentaires sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard, 2011.

Dante Alighieri, De vulgari eloquentia, Introduzione, traduzione e commento di Mirko Tavoni, Milano, Mondadori, 2010 (Dante Alighieri, Opere minori I, a cura di M. Santagata).

Hugo von Sankt Viktor, Über die Heiltümer des christlichen Glaubens, Peter Knaue (Übersetzung) Rainer Berndt (Kommentar), Münster, Aschendorff, 2010 (Corpus Victorinum. Schriften 1).

Ibn Zuhr de Séville, Le Traité médical (Kitâb al-Taysir), Introduction, traduction et notes par Fadila Bouamrane, Paris, Vrin, 2010 (Études musulmanes).

Jacques de Viterbe, L’âme, l’intellect et la volonté (Quodlibet I, 7, 12, 13), Trad. Antoine Côté, texte latin d’Eelcko Ypma, Paris, Vrin, 2010 (Translatio).

Maximus the Confessor, Ambigua to Thomas and Second Letter to Thomas, Introd., transl. and notes by Joshua Lollar, Tunrhout, Brepols, 2010.

Nicolas De Cues , Les conjectures – De coniecturis, Texte traduit avec introduction et notes par Jean-Michel Counet, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

Nicolas de Cues, Traité du béryl, Texte, traduction et notes par Maude Corrieras, Paris, Ipagine, 2010.

Peter Lombard, The Sentences, Book 4 : On the Doctrine of Signs, Translated by Giulio Silano, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2010.

Radulphus Ardens, The Questions on the Sacraments: Speculum uniuersale 8.31–92, Edited and translated by Christopher P. Evans, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2010 (ST 171) (Mediaeval Law and Theology 3).

Roger Bacon, The Art and Science of Logic. A translation of the Summulae dialectices with notes and introduction by Thomas S. Maloney, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2009 (MST 47).

Teodorico di Freiberg, L’origine delle realtà predicamentali, trad. a cura di Andrea Colli, Milano, Bompiani, 2010.

William of Auvergne, Selected Spiritual Writings, Translated by Roland I. Teske, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2011 (MST 50).


Ouvrages collectifs

« Videre et videri coincidunt ». Theorien des Sehens in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts, ed. Wolfgang Christian Schneider, Harald Schwaetzer, Marc de Mey, Inigo Bocken, Aschendorff, Münster, 2010.

1308. Eine Topographie historischer Gleichzeitigkeit, ed. by Andreas Speer, David Wirmer, Berlin-New York, W. de Gruyter 2010 (Miscellanea Mediaevalia. Veröffentlichungen des Thomas-Instituts der Universität Köln 35).

A Companion to Henry of Ghent, ed. Gordon A. Wilson, Leiden, E.J. Brill. 2010 (Brill’s Companions to the Christian Tradition 23).

Arts du langage et théologie aux confins des XIe/XIIe siècles, ed. Irène Rosier-Catach, Turnhout, Brepols, 2011.

Boethius Christianus? Transformationen der Consolatio Philosophiae in Mittelalter und Früher Neuzeit, éd. Reinhold F. Glei, Nicola Kaminski, Franz Lebsanft, Berlin, De Gruyter, 2010.

Communities of Learning. Networks and the Shaping of Intellectual Identity in Europe, 1100-1500, ed. by Constant Mews, John N. Crossley, Turnhout, Brepols, 2010 (Europa Sacra 9).

Continuities and Disruptions between the Middle Ages and the Renaissance. Proceedings of the colloquium held at the Warburg Institute, 15-16 June 2007, jointly organised by the Warburg Institute and the Gabinete de Filosofia Medieval, ed. Charles Burnett, José Meirinhos, Jacqueline Hamesse, Turnhout, Brepols, 2009 (TEMA 48).

Deutsche Thomisten des 14. Jahrhunderts: Lektüren, Aneignungsstrategien, Divergenzen / Thomistes allemands du XIVe siècle: lectures, stratégies d’appropriation, divergences, ed. Maarten J.F.M. Hoenen, Ruedi Imbach, Catherine König-Pralong, Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, 57/2, 2010.

Etienne Langton, prédicateur, bibliste, théologien, ed. Louis-Jacques Bataillon et alii, Turnhout, Brepols 2010 (BHCMA 9).

Greeks, Latins, and Intellectual History 1204-1500, ed. Martin Hinterberger, Christopher Schabel, Leuven, Leuven University Press, 2011 (Recherches de Théologie et de Philosophie Médiévales – Bibliotheca 11).

I beni di questo mondo. Teorie etico-economiche nel laboratorio dell’Europa medievale. Atti del convegno della S.I.S.P.M., Roma, 19-21 settembre 2005, a cura di Roberto Lambertini, Leonardo Sileo, Porto, FIDEM, 2010 (TEMA 55).

I manoscritti e la filosofia. Atti della giornata di studi, Siena 18 aprile 2007, a cura di Paola Bernardini, Siena, Edizioni dell’Università, 2010

Il silenzio / The Silence, Firenze, SISMEL, Edizioni del Galluzzo, 2010 (Micrologus XVIII).

Immaginario e immaginazione nel Medioevo, a cura di Maria Bettetini, Louvain-la-Neuve, Brepols, 2010 (TEMA 51).

Itinerarium Joao Duns Escoto (1308-2008), Numero Especial comemorativo do VII Centenario da morte do Doutor Subtil, Ano LV / N°195, Setembro – Dezembro 2009.

Johannes Duns Scotus 1308-2008, Die philosophischen Perspektiven seines Werkes, Investigations into his Philosophy. Proceedings of the « Quadruple Congress » on John Duns Scotus. Part 3, ed. Ludger Honnefelder and alii, Münster, Aschendorff, 2010.

John Duns Scotus, Philosopher, Proceedings of « The Quadruple Congress » on John Duns Scotus, Part 1, ed. Mary Beth Ingham and Oleg Bychkov, Franciscan Institute Publications, Aschendorff Verlag, 2010.

Knowledge, Discipline and Power in the Middle Ages. Essays in Honour of David Luscombe, ed. Joseph Canning, Edmund King and Martial Staub, Leiden, Brill, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 106).

L’Atlante della letteratura italiana, I. Dalle origini al Rinascimento, a cura di Sergio Luzzatto e Gabriele Pedullà, Torino, Einaudi, 2010.

L’école de Saint-Victor de Paris. Influence et rayonnement du Moyen Âge à l’Époque moderne, ed. Dominique Poirel, Turnhout, Brepols, 2010 (Bibliotheca Victorina 22).

Les innovations du vocabulaire latin à la fin du moyen âge autour du Glossaire du latin philosophique. Actes de la journée d’étude du 15 mai 2008, ed. Olga Weijers, Iacopo Costa et Adriano Oliva, Turnhout, Brepols, 2010.

Les lieux de l’argumentation. Histoire du syllogisme topique d’Aristote à Leibniz, ed. Joël Biard, Fosca Mariani Zini, Turnhout, Brepols, 2010 (Studia Artistarum 22).

Lo Scotismo nel Mezzogiorno d’Italia. Atti del Congresso Internazionale (Bitonto 25-28 marzo 2008) in occasione del VII Centenario della morte del beato Giovanni Duns Scoto, a cura di Francesco Fiorentino, Fédération Internationale des Instituts d’Etudes Médiévales, Porto, 2010 (TEAM 52).

Luoghi e voci del pensiero medievale, a cura di Mariateresa Fumagalli Beonio Brocchieri e Riccardo Fedriga, Milano, Encyclomedia, 2010.

Methods and Methodologies : Aristotelian Logic East and West, 500-1500, ed. Margaret Cameron, John Marenbon, Leiden, Brill, 2011.

Philosophy and Theology in the Long Middle Ages. A Tribute to Stephen F. Brown, ed. Kent Emery, Jr., Russell L. Friedman and Andreas Speer, Leiden, Brill, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 105).

Pierre de Jean Olivi. Philosophe et théologien, ed. Catherine König-Pralong, Olivier Ribordy, Tiziana Suarez-Nani, Berlin, De Gruyter, 2010 (Scrinium Friburgense, 29).

Politiques des émotions au Moyen Âge, ed. Damien Boquet, Piroska Nagy, Firenze, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2010 (Micrologus’ Library, 34).

Presenze filosofiche in Umbria I. Dal Medioevo all’età moderna, a cura di Antonio Piretti, Milano, Mimesis, 2010.

Rethinking the History of Skepticism. The Missing Medieval Background, ed. Henrik Lagerlund, Brill, Leiden, 2010 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 103).

The Creation of the Ius commune. From Casus to Regula, ed. John W. Cairns et Paul J. du Plessis, Edinbourg, Edinburgh University Press, 2010.

The Medieval Translator. Traduire au Moyen Âge. Lost in Translation?, ed. Denis Renevey, Christiana Whitehead, Turnhout, Brepols, 2010 (The Medieval Translator 12).


Répertoires, Usuels, Lexiques

Ebbesen, Sten, Goubier, Frédéric, A catalogue of 13th century sophismata, Paris, Vrin, 2010.

Encyclopedia of Medieval Philosophy. Philosophy between 500 and 1500, ed. Henrik Lagerlund, Dordrecht-Heidelberg-London-New York, Springer, 2011.

Lohr, Charles H., Latin Aristotle Commentaries. I.2 Medieval Authors. M-Z, SISMEL, 2010 (Corpus Philosophorum Medii Aevi. Subsidia, 18).


Monographies

Allegro, Giuseppe, Teologia e metodo in Pietro Abelardo, Presentazione di Constant J. Mews, Palermo, Officina di studi medievali, 2010.

Ariani, Marco, Lux inaccessibilis. Metafore e teologia della luce nel ‘Paradiso’ di Dante, Roma, Aracne, 2010.

Aurell, Martin, Le Chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011.

Bartlett, Robert, The Natural and the Supernatural in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Benedetto, Marienza, Un enciclopedista ebreo alla corte di Federico II. Filosofia e astrologia nel Midrash ha-hokmah di Yehudah ha-Cohen, Bari, Edizioni di Pagina, 2010 (collana Biblioteca filosofica di Quaestio).

Bieniak, Magdalena, The Soul-Body Problem at Paris, ca. 1200-1250: Hugh of St-Cher and His Contemporaries, Leuven, University Press, 2010.

Boureau, Alain, En somme. Pour un usage analytique de la scolastique médiévale, Lagrasse, Verdier, 2011.

Boureau, Alain, L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les Franciscains et la Vierge Marie à la fin du XIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2010 (Histoire).

Calma, Dragos, Le poids de la citation. Étude sur les sources arabes et grecques dans l’œuvre de Dietrich de Freiberg, Fribourg, Academic Press, 2010 (Dokimion 35).

Chang, Sheng-Chia, William Ockham’s View on Human Capability, Frankfurt a.M., P. Lang, 2010 (European University Studies. XXIII. Theology 899).

Colli, Andrea, Tracce agostiniane nell’opera di Teodorico di Freiberg, prefazione di Maarten J.F.M. Hoenen, Genova, Marietti, 2010.

d’Avray, David L., Medieval Religious Rationalities. A Weberian Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

d’Avray, David L., Rationalities in History. A Weberian Essay in Comparison, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Ebbersmeyer, Sabrina, Homo agens. Studien zur Genese und Struktur frühhumanistischer Moralphilosophie, Berlin , de Gruyter, 2010 (Quellen und Studien zur Philosophie 95).

Egerding, Michael, Die Exempla in der Deutschen Mystik systemtheoretisch beobachtet Paderborn, Schöningh 2011.

Ernst, Stephan, Anselm von Canterbury, Aschendorff, Münster, 2011 (Zugänge zum Denken des Mittelalters 6).

Falzone, Paolo, Desiderio della scienza e desiderio di Dio nel Convivio di Dante, Bologna, Il Mulino, 2010.

Flasch, Kurt, Introduction à la philosophie médiévale, Deuxième édition augmentée d’une postface de l’auteur, traduit de l’allemand par Janine de Bourgknecht, Ruedi Imbach et François-Xavier Putallaz, préface de Ruedi Imbach et François-Xavier Putallaz, Paris 2010 (Cerf).

Flasch, Kurt, Meister Eckhart. Philosoph des Christentums, München, Beck, 2010.

Forthomme, Bernard, Les aventures de la volonté perverse, Bruxelles, Lessius, 2010.

Giraud, Cédric, Per verba magistri. Anselme de Laon et son école au XIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2010.

Gregory, Tullio, Giovanni Scoto. Quattro studi, praef. Enrico Menestò, Spoleto, Fondazione Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 2011 (Uomini e mondi medievali 24).

Griffel, Frank, Al Ghazali’s Philosophical Theology, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Hahn-Jooss, Barbara, « Ceste Ame est Dieu par condicion d’Amour ». Theologische Horizonte im «Spiegel der einfachen Seelen» von Marguerite Porete, Münster, Aschendorff, 2010 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, Neue Folge, Band 73).

Hasse, Dag N., Latin Averroes Translations of the first half of the Thirteenth century, Olms, Hildesheim, 2010.

Heyder, Regina, Auctoritas scripturae. Schriftauslegung und Theologieverständnis Peter Abaelards unter besonderer Berücksichtigung der „Expositio in Hexaemeron“, Münster, Aschendorff, 2010 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters. Neue Folge, Band 74).

Humphrey, Illo, Boethius. His Influence on the European Unity of Culture: from Alcuin of York (†804) to Thierry of Chartres (†1154), Nordhausen, Bautz, 2010.

Jeschke, Thomas, Deus ut tentus vel visus. Die Debatte um die Seligkeit im reflexiven Akt (ca. 1293 – 1320), Brill, Leiden, 2011 (Studien und Texte zur Geistesgeschichte des Mittelalters 104).

Kobusch, Theo, Die Philosophie des Hoch- und Spätmittelalters, München, Beck, 2011.

Lizzini, Olga, Fluxus, Bari, Edizioni di Pagina, 2011 (Biblioteca filosofica di Quaestio).

Marmo, Costantino, La Semiotica del XIII secolo, Milano, Bompiani, 2010.

Meier-Staubach, Christel, Studi sull’enciclopedismo medievale, Louvain-la-Neuve, Brepols, 2010.

Monaco, Davide, Deus trinitas. Dio come «non altro» nel pensiero di Niccolò Cusano, con una prefazione di Werner Beierwaltes, Roma, Città Nuova, 2010.

Perler, Dominik, Transformation der Gefühle. Philosophische Emtionstheorien 1270-1670, Frankfurt, Fischer, 2011.

Pitour, Thomas, Wilhelm von Auvergnes Psychologie. Von der Rezeption des aristotelischen Hylemorphismus zur Reformulierung der Imago-Dei-Lehre Augustins, Paderborn, Schöningh, 2011 (Augustinus. Werk und Wirkung 2)

Ruth Glasner, ‘Averroes’ Physics. A turning point in medieval natural philosophy, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Scott, John, A., Perché Dante?, Firenze, Società Dantesca Italiana, 2010.

Sorge, Valeria, Seller, Fabio, Filosofia, scienza e teologia dall’Opus Maius (Ruggero Bacone), Armando Editore, 2010 (I classici della filosofia).

Terry, Wendy R., Seeing Marguerite in the Mirror. A Linguistic Analysis of Porete’s Mirror of Simple Souls, Leuven, Peeters, 2011.

Van Bladel, Kevin, The Arabic Hermes. From Pagan Sage to Prophet of Science, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Van Geest, Paul, The Incomprehensibility of God. Augustine as a Negative Theologian, Leuven, Peeters, 2011 (Late Antique History and Religion 4).

Traités pseudo-thomistes sur les universaux

Notes préliminaires, par Emanuele Coccia. En relation avec le colloque Thomas d’Aquin et la querelle des universaux (Paris 18-19 février 2011).

1. La genèse de la question

Le 2 mai 1274 le recteur, les procureurs et les maître ès arts actu regentes de l’université de Paris écrivirent une lettre au chapitre général de l’Ordre des Prêcheurs réuni à Lyon, lors du concile de Lyon.

En plus de communiquer leur stupeur et leur tristesse à l’occasion de la mort de Thomas d’Aquin, les autorités universitaires demandèrent de pouvoir obtenir «les dépouilles de ce grand docteur» [corpus tanti doctoris] pour en honorer et perpétuer la fama. Elles sollicitèrent aussi l’Ordre des Prêcheurs de leur envoyer les écrits philosophiques que Thomas avait commencé à rédiger à Paris [Parisius inchoata ab eo] sans pouvoir les achever avant son départ. Il s’agissait d’un commentaire de Simplicius, d’un commentaire sur le De caelo et mundo et d’un commentaire sur le Timée de Platon : selon leur témoignage Thomas aurait explicitement promis d’envoyer ces écrits à l’Université une fois la rédaction terminée. Outre ces trois textes, l’Université réclama les écrits relatifs à la logique [ad loycam pertinentia] éventuellement rédigés par Thomas après son départ de Paris[1].

Cet intérêt pour des livres logiques seulement «virtuels» est historiquement assez significatif. Il est tout d’abord important de remarquer que des maîtres ès art essaient d’obtenir des œuvres logiques et philosophiques de Thomas d’Aquin. Pour nos propos, il est pourtant encore plus important de souligner que la recherche d’un corpus «imaginaire» d’opuscules logiques accompagne la postérité intellectuelle de Thomas d’Aquin dès le moment de sa mort. La recherche du «texte de logique perdu» (ou peut-être n’ayant jamais existé) ne coïncide pas seulement – au moins chronologiquement – avec l’histoire même du «thomisme» : elle constitue un aspect importante de la « vie posthume et de la gloire » de l’œuvre de Thomas.

2. Comment étudier un corpus pseudépigraphique?

Accélérée par les polémiques et le succès de des textes thomasiens comme Vorlage pour l’étude dans les Studia des ordres mendiants et fortement influencée par le procès de canonisation terminé en 1323, la constitution d’un canon éditorial des œuvres de Thomas d’Aquin a conduit (comme dans n’importe quel cas de canonisation textuel[2]) à la production d’un grand nombre d’œuvres pseudépigraphiques. Les quatre textes ici présentés en sont un échantillon assez important dans le domaine de la logique.

Par nature, dimension, teneur philosophique, originalité et situation historique, ces quatre opuscules sont très différents. On pourrait même s’interroger sur la légitimité de leur approche simultanée dans le cadre d’un seul colloque. Tout d’abord les thèmes traités sont assez divers. L’on passe d’une compilation de passages du De ente et essentia (traité Circa), à un traité consacré à la discussion classique des rapports entre logique et métaphysique (traité Quoniam sicut dicit) ; d’une exposition doctrinale secundum Thomam (traité Universale esse) à une exposition extrêmement marqué par l’albertisme (traité Quoniam secundum Philosophum). L’homogénéité doctrinale et la concordance avec l’œuvre authentique de Thomas sont donc loin d’être assurées. Si, dans la plupart de cas, il reste possible d’établir un lien direct avec des thèses ou des textes de Thomas (souvent implicitement cités), parfois ce lien est très faible. Souvent l’attribution dans les manuscrits est contradictoire ; dans un cas (le Quoniam secundum Philosophum) la plupart des manuscrits attribuent l’œuvre à d’autres philosophes.

L’histoire de la philosophie médiévale ne semble pas encore être arrivée à poser la question de la juste méthode d’interprétation de la littérature philosophique et théologique pseudépigraphique. En ce sens, il pourrait être utile de s’approprier des techniques herméneutiques élaborées par les études bibliques, où le phénomène de l’écriture pseudépigraphique est beaucoup plus massif[3]. L’exemple peut-être le plus célèbre et pourtant le plus difficile est celui du Liber de Causis : dans l’interprétation de ce texte, qui a été considéré par beaucoup de ses commentateurs comme un œuvre authentique d’Aristote, l’historien oscille entre une attitude de négation inconsciente de son objet de recherche (s’il souligne la différence par rapport à la doctrine aristotélicienne) et un plat fidéisme qui risque de gommer toute différence. Et pourtant l’effort de conciliation entre les principes aristotéliciens et la métaphysique néoplatonicienne véhiculée par le Liber a des raisons plus profondes que l’ignorance. Au même titre, les raisons qui ont amenés au XIVème ou au XVème siècle à considérer ces textes De universalibus comme secundum Thomam vont peut-être bien au delà de l’erreur ou de la superficialité du copiste.

Ce colloque voudrait être aussi une occasion pour définir un discours de la méthode à partir de la lecture commune de ces quatre traités. Pour expliquer les raisons qui expliquent la genèse, l’usage polémique et le relatif succès éditorial de ces textes il faudra peut-être essayer d’individuer à chaque fois le nouveau visage et l’image de Thomas d’Aquin qui résulte de chacun de ces textes. Si l’histoire de ce corpus de logicalia Thomae commence avec la mort de Thomas et coïncide avec l’histoire de la réception des ses doctrines, la compréhension de ce corpus ne peut pas être séparée de l’étude des différends dans lesquels les textes et les thèses de Thomas ont été utilisé, de la polémique autour de Correctoria au Wegestreit des universités allemandes.

3. Pour une histoire doxographique des Opuscula

Si écrire l’histoire du thomisme signifie  aussi écrire l’histoire des écrits pseudépigraphiques ad loycam pertinentia, le destin des ces quatre traités De universalibus ne peut être séparé de l’histoire des recueils d’opuscula authentiques et pseudépigraphiques composés par ou attribués à Thomas d’Aquin entre le XIIIème siècle et le XVème siècle. Cette histoire, malgré les recherches de Mandonnet[4], de Grabmann[5], Gauthier[6] et de Dondaine[7], reste encore à écrire. Les recherches en cours du groupe coordonné par D. Poirel produiront des résultats aussi pour l’évaluation du rôle historiques et paléographique de nos quatre traités. Une étude comparative du contenu des manuscrits et des imprimés des Opuscula[8] jusqu’à la deuxième collection publiée par A. Pizzamano en 1497/8[9] montre non seulement que le nombre mais aussi le poids des opuscules logiques s’accroit avec le temps. Au-delà même des recueils thomasiens, les textes proprement logiques connaissent un important succès au XVème siècle.

En renvoyant au dossier pour les données plus concrètes de la tradition manuscrite, nous voudrions ici retenir certains faits qui nous paraissent importants :

– comme souvent pour ce genre de textes au XVe siècle, on observe la complémentarité et la modularité des quatre ouvrages, qui apparaissent souvent copiés dans le même manuscrit et qui accompagnent souvent d’autres opuscules apocryphes de Thomas d’Aquin (e.g. le De sensu respectu singularium et intellectu respectu universalium.[10])

– Deux des quatre textes ont connu une diffusion imprimée assez abondante au XVème siècle (cf. Dossier).  C’est probablement pour cette unique cause qu’ils ont été inclus dans les grandes collections des Opuscula de la fin du XVème siècle (la Summa Opusculorum, les deux éditions de Pizzamano, puis plus tard dans les éditions des œuvres complètes). Une étude paléographique et codicologique de la diffusion manuscrite des autres traités De universalibus ainsi que d’autres opuscules pseudo-thomasiens pourrait contribuer à poursuivre l’œuvre de « décolonisation du passé » que le projet voudrait réaliser.

Emanuele Coccia


[1] Chartularium Universitatis Parisisensis, n. 447, pp. 504-5 : «si enim merito ecclesia ossa et reliquias sanctorum honorat, nobis non sine causa videtur honestum et sanctum, tanti doctoris corpus in perpetuum honorem haberi, ut cujus famam apud nos scripta perpetuant, ejusdem perseverans memoria sepulture ipsorum in cordibus successorum nostrorum stabiliat sine fine. Ceterum, sperantes quod obtemperetis nobis cum effectu in hac petitione devota, humiliter supplicamus ut cum quedam scripta ad phylosophiam spectantia, Parisius inchoata ab eo, que in suo recessu reliquerit imperfecta, et ipsum credamus, ubi translatus fuerat, complevisse, nobis benivolentia vestra cito communicari procuret, et specialiter super librum Simplicii, super librum de celo et mundo, et expositionem Tymei Platonis, ac librum de aquarum conductibus et ingeniis erigendis; de quibus nobis mittendi speciali promissione fecerat mentionem. Si qua similiter ad loycam pertinentia composuit, sicut quando recessit a nobis humiliter petivimus ab eodem, ea vestra benignitas nostro communicare collegio dignetur»

[2] Pour la question de constitution du canon biblique cf. le texte de D. Stökl Ben Ezra, «Canonization – a Non-Linear Process? Observing the Process of Canonization through the Christian (and Jewish) Papyri from Egypt», in  Zeitschrift für Antikes Christentum 12 (2009) pp. 193–214. Après la canonisation d’ailleurs, les techniques employées pour la constitution d’un canon stable et fiable pour l’étude des textes de Thomas sont en partie comparables à celles utilisées avec le texte sacré. Un exemple de ce traitement est la rédaction de « concordantiae », une technique utilisée tout d’abord dans le droit canon et en théologie – dans le cas donc de textes qui ont une valeur normative.

[3] Sur cette question la litérature est immense. Cf. K. Aland, « The problem of anonymity and pseudonymity in christian literature of the first two centuries », in Journal of Theological Studies 12 (1961), pp. 39-49 ; W. Speyer, Die literarische Fälschung im heidnischen und christlichen Altertum. Ein Versuch ihrer Deutung, Beck, Munich 1971 ; B. M. Metzger, «Literary Forgeries and Canonical Pseudepigrapha», in Journal of Biblical Literature 91 (1972), pp. 3-24 ; D. G. Meade, Pseudonymity and Canon. An Investigation into the Relationship of Authorship and Authority in Jewish and Earliest Christian Tradition, Mohr, Tübingen 1986; R. Zimmermann, «Unecht – und doch wahr? Pseudepigraphie im Neuen Testament als theologisches Problem», in Zeitschrift für Neues Testament 12 (2003), S. 27-38.

[4] P. F. Mandonnet, « Les opuscules de saint Thomas d’Aquin », Revue Thomiste 32 (1927), pp. 121- 157

[5] M. Grabmann, Die Werke des heiligen Thomas von Aquin. Eine literarhistorischen Untersuchung und Einführung, Münster 1949

[6] P. Glorieux, «Autour des opuscules. Thomas d’Aquin ou Thomas de Sutton ?», Mélanges de Science Religieuse 31 (1974) pp. 113-120.

[7] A. Dondaine, «Les „Opuscula Fratris Thomae“ chez Ptolémée de Lucques», in Archivum Fratrum Praedicatorum 31 (1961), pp. 142-203; Id. «Introductio generalis. Les opuscules de Saint Thomas», in Thomae de Aquino, Opera omnia iussu Leonis XIII P. M. edita, vol. 40 (Ad Sanctae Sabinae, Romae, 1969), pp.  I-X.

[8] Parmi les premiers recueils d’Opuscula thomasien il faut nommer les mms. Napoli, Nazion VII. B. 16 (18 opuscules); Pommersfelden 90/2656 (21 opuscules); Metz 1158 (détruit, 27 opuscules); Paris B.N. lat. 14546 (31 opuscules, mais 3 en double copie) Cambridge Corpus Christi Coll. 35 (30 opuscules); Paris, Sainte-Geneviève 238 (39 opuscules) et le Vat. Lat. 807 (37 opuscules), copié pour Jean XXII en 1320 qui est le premier à porter explicitement le titre d’Opuscula

[9] Thomas Aquinas, Opuscula, avec une Vita Sancti Thomae éd. par Antonius Pizamanus, Venetiis Bonetus Locatellus pour Octavianus Scotus, 31 déc. 1498 [ou 22.XII.1497] [GW M46033]

[10] Pour un cas semblable cf. le traité sur les universaux attribué à Johannes de Nova Domo. Pour un résumé de la question cf. P. Rutten, « Contra occanicam discoliam modernorum : The So-Called De universali reali and the Dissemination of Albertist Polemies against the via moderna »,  in Bulletin de philosophie medievale 45 (2003), pp. 131-165

L’ Origine delle realtà predicamentali

TEODORICO DI FREIBERG, L’origine delle realtà predicamentali, a cura di ANDREA COLLI, Milano, Bompiani (Testi a fronte), 2010, 18 euros, ISBN 45267093.

Il De origine rerum praedicamentalium è il primo trattato di Teodorico di Freiberg, domenicano tedesco attivo all’università di Parigi tra il XIII e il XIV secolo. Scritto per non disattendere le aspettative di alcuni colleghi e pensato nell’alveo di discussioni peripatetiche sull’ontologia categoriale, il De origine diviene presupposto ineludibile di tutta la riflessione teodoriciana, in virtù dell’innovativa concezione noetica in esso proposta. Coniugando in modo del tutto inedito la tradizione arabo-aristotelica e la tradizione agostiniana, Teodorico attribuisce all’intelletto una funzione costitutiva nei confronti della realtà extramentale, formulando così una teoria di simultaneità delle cause che rende complementari creazione divina, generazione naturale e attività conoscitiva. Rispondendo alle esigenze del dibattito filosofico a lui contemporaneo, la gnoseologia di Teodorico offre suggestioni teoretiche che si estendono ben oltre i confini del Medioevo.

Oltre all’Introduzione completano il volume i consueti Apparati (Note alla traduzione, Parole chiave, Bibliografia). Il testo latino a fronte riproduce quello stabilito da L. Sturlese per l’edizione critica degli scritti di Teodorico di Freiberg contenuta nel Corpus Philosophorum Teutonicorum Medii Aevi.

18-21 janvier 2011. Initiation à l’édition critique: édition collective d’un texte latin du Moyen Âge

10h00-17h00. IRHT, 40, av. d’Iéna, 75116 Paris, m° Iéna / Boissière, Salle Terroine.

Séminaire-bloc. Professeur Dominique Poirel.

18-19 janv.: exposé général des méthodes de l’édition critique.

20-21 janv.: application de ces méthodes à un bref opuscule, transmis par une trentaine de manuscrits et attribué à Thomas d’Aquin, le De natura accidentis.

Ce séminaire se tient dans le cadre du projet ANR-DFG: « Thomisme et antithomisme au Moyen Âge ». Il est ouvert à tous les étudiants et chercheurs désireux d’acquérir les méthodes de l’édition critique, à partir d’un exemple bref mais suivi ensemble du début à la fin.

Contact: dominique.poirel@irht.cnrs.fr